Verrues génitales - symptômes et traitement

Tout changement non prévu dans l'apparence est discutable, en particulier pour les femmes. L'apparition de n'importe quel néoplasme est une raison de visiter un établissement médical, en particulier lorsqu'il s'agit de condylomes.

Les condylomes sont des verrues dont l'apparition cause le virus du papillome humain. Il existe plusieurs variétés de ces verrues dans la liste qui comprend le type en pointe. Toutes les réponses aux questions les plus courantes sur les verrues génitales sont le sujet de cet article.

C'est intéressant

La première classification du virus du papillome humain (VPH) a été faite dans les années 70 du 20e siècle. À ce jour, 400 souches ont été découvertes, dont 40 sont susceptibles de provoquer des verrues génitales. Les types les plus courants sont 6 et 11. Cependant, une personne peut être porteur de plusieurs types de PCI en même temps.

Aucun médicament ne peut vaincre le VPH et les vaccins contre le virus ne sont pas non plus pratiqués. Un virus ne peut exister sans porteur et est rapidement inactivé.

Signes externes et causes

En apparence, les verrues génitales ressemblent beaucoup à la verrue commune, la seule différence étant la tige à la base sur laquelle repose, à proprement parler, la nouvelle croissance.

Le toucher ne cause pas de douleur, la sensibilité est préservée, la couleur des verrues peut être, au plus près de la couleur de la peau, et avec un sous ton rose. On se sent doux, la structure de la peau n'est pas cassée.

En apparence, il peut ressembler au chou-fleur (fleurons). Le nombre et le diamètre des tumeurs peuvent être très différents (de 1 à 100 excroissances, de la plus petite taille à plusieurs millimètres). La photo ci-dessous montre l'une des variantes des verrues génitales chez les femmes et les hommes:

La cause de l'apparition est la présence de papillomavirus dans le corps. Il existe plusieurs méthodes de transmission:

  1. Avoir des relations sexuelles avec une personne infectée,
  2. Lorsque vous allaitez (de mère à enfant),
  3. Au moment de l'accouchement (transmission de la mère à l'enfant),
  4. Contact - ménage (lors de l'utilisation de l'hygiène personnelle des personnes infectées),

Le papillomavirus est très courant, selon les statistiques, une femme sur trois sur la planète peut trouver sa trace dans le sang. Cependant, cela ne signifie pas que pratiquement tout le monde a des verrues génitales. La plupart des gens agissent uniquement en tant que porteurs du virus. Et non seulement les femmes peuvent être infectées, mais aussi les hommes, et la probabilité pour les deux est presque la même. La seule différence est que les néoplasmes chez les femmes apparaissent plus souvent que chez les hommes.

Les papillomes se propagent dans le corps avec l'aide du sang et l'habitat principal est constitué de cellules cutanées. En eux, il se multiplie, ce qui provoque une modification des fonctions des cellules et la formation de verrues génitales. La tumeur est initialement bénigne, mais dans certaines conditions, elle peut provoquer l’apparition d’une tumeur maligne.

La période latente (latente) de la maladie peut aller de plusieurs mois à plusieurs décennies. Par conséquent, la probabilité que le porteur n'en sache pas autant sur son diagnostic tout au long de sa vie est assez grande. Pour que le virus devienne actif et que les premiers signes visibles de condylome apparaissent, il faut un "déclencheur" dont le rôle est de diminuer l'immunité.

La communauté médicale identifie plusieurs causes possibles de verrues génitales:

  1. Perturbation ou diminution de l'activité du système immunitaire,
  2. Rechute de candidose (muguet chez la femme et muguet chez l'homme),
  3. Maladies du système urogénital de nature inflammatoire,
  4. Rapports sexuels non protégés,
  5. Surrefroidissement ou surchauffe,
  6. Stress constant
  7. Manque de repos approprié,
  8. Déséquilibre hormonal chez les femmes

Probabilité particulièrement élevée chez les femmes de plus de 25 ans qui n'ont pas de partenaire régulier et qui ont une vie sexuelle active.

Le lieu principal du centre d'éducation condylomedes femmes - les organes génitaux, l'anus et la bouche. Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir des néoplasmes dans la région de l'anus:

La plupart des préoccupations qui les concernent sont les suivantes:

  • Douleur abdominale basse
  • Irritation des petites lèvres causée par le port de sous-vêtements
  • Baisse de la qualité des rapports sexuels,
  • Scalls qui altèrent l'apparence et l'hygiène,
  • Inconfort en allant aux toilettes,

Le stade initial de développement a ses propres symptômes caractéristiques:

  • L'apparition de démangeaisons
  • Changer la texture de la peau, la peau devient noddy au toucher,
  • Irritation et rougeur de la peau sur les lèvres,

Chez l’homme, les symptômes ressemblent à ceux de la femme, principal lieu d’apparition sur la tête, la bride ou le scrotum. Les verrues génitales chez les hommes apparaissent le plus souvent dans des lieux de microdamages. La photo ci-dessous montre les verrues génitales sur la tête d'un homme.

Comment est le diagnostic?

Les verrues génitales chez les femmes et les hommes sont les mêmes. Après avoir découvert le motif de la demande, le gynécologue ou l'urologue pose un diagnostic:

  1. Spécifiez l'heure du contact non protégé,
  2. Inspection visuelle (pour les femmes dans un fauteuil),
  3. L'analyse PCR (grattage des cellules cutanées), vous permet de déterminer le type de virus et son degré de propagation,
  4. Examen histologique (examen de la zone de la peau),
  5. Examen cytologique (étude du site au niveau cellulaire)
  6. Anoscopie (inspection de la région de l'anus)
  7. Urethroscopy (examen de l'urètre). Il est conduit pour diagnostiquer le canal et rechercher des excroissances dedans
  8. Prélèvement d'un échantillon pour l'oncocytologie (chez l'homme, un frottis est prélevé dans l'urètre, chez la femme, dans le canal cervical et le col de l'utérus),
  9. Biopsie. Prélever un échantillon de condylome pour analyse,
  10. Examen de la membrane muqueuse du vagin avec une solution de lugol et d'acide acétique (pour femme),

Il y a aussi un échantillon de sang supplémentaire pour l'analyse, un immunologiste et un dermatovénérologue sont visités.

Comment est-il traité?

Le traitement vise à renforcer l'immunité et à "prendre le virus sous contrôle". C'est à dire prévenir l’apparition de nouveaux processus et la détérioration du patient. Une autre procédure à réaliser est l’élimination des papillomes génitaux déjà existants.

La suppression est effectuée localement. Il existe plusieurs méthodes de suppression:

  • À l'aide de courant (électrocoagulation). Exposition à des verrues génitales à haute température. À la place de l'excroissance se forme une croûte qui disparaît au bout de quelques jours. La procédure est réalisée sous anesthésie locale. Considéré comme l’un des plus abordables et des plus douloureux,
  • Utiliser de l'azote. Le condylome gèle, sous l'influence de la basse température, la protéine à l'intérieur est détruite. Le néoplasme meurt et disparaît, à sa place apparaît une plaie qui guérit en 2 semaines. La procédure est effectuée à l'hôpital. La douleur ne cause pas, mais le coût est beaucoup plus élevé
  • Utiliser un alcali ou un acide concentré. Le traitement de la néoplasie n’est effectué que par un médecin expérimenté, il est donc nécessaire d’observer une grande précision de l’application, car il existe une probabilité de dommages pour une peau saine,
  • Utiliser des ondes radio.
  • Avec un laser. L'exposition à un faisceau étroit entraîne l'assèchement du condylome avec formation d'une croûte (disparaît en une semaine). L’avantage de la méthode est l’absence de marques et de cicatrices après le retrait,
  • Intervention chirurgicale. C'est une méthode obsolète, rarement utilisée. Les performances ne sont possibles que sous anesthésie, locale ou générale. À la place de l'incision est une couture. Des cicatrices peuvent apparaître,

Le choix d'une méthode appropriée dépend des résultats de l'étude, de l'assistance technique et du coût de la procédure. Et effectuer le retrait n'est possible qu'après avoir passé l'étude et les tests.

Une autre direction est le renforcement de l'immunité, le cours du traitement est sélectionné individuellement en fonction de l'analyse du statut immunitaire. Ce cours aide à réduire l’activité du virus du papillome dans le corps, ce qui ralentit ou arrête la croissance de nouvelles verrues.

Médicaments pour le traitement

Dans certains cas, les médicaments anti-herpès sont utilisés pour le traitement, mais leur efficacité dans le cas des verrues génitales est très faible. Comme souvent avant la procédure de retrait, le médecin traitant peut prescrire un traitement médicamenteux, par exemple:

  • Pommade oxolinique (3%). Utilisé pour enlever les tumeurs. La zone touchée est traitée pendant 2 semaines 3 fois par jour,
  • Acide trichloroacétique (concentré 80-90%). Cause la mort des tissus locaux, mais fait référence aux médicaments faibles. Assigné aux femmes enceintes
  • Solkoderm. Appliquez sur les zones touchées et faites-les mourir. Il est appliqué de 1 fois par semaine à 1 fois par mois,
  • Feresol. Les condylomes sont traités une fois par semaine, le médicament est un mélange de tricrésol et de phénol,
  • Podofilline. L'application est possible uniquement dans un établissement médical, est produite sous la forme d'une solution avec une concentration de 10 à 25%,

Verrues aiguës et grossesse

L'absence de mesures de planification en cas de grossesse est un phénomène caractéristique des pays de la CEI. Et le plus souvent, une femme découvre la présence d’une maladie particulière déjà pendant sa grossesse lorsqu’elle se rend dans une clinique prénatale.

Une femme dans une position intéressante, le corps fonctionne de manière différente et, à première vue, même la plus anodine, la maladie peut être dangereuse.

Pendant la grossesse, l’immunité de la femme diminue fortement et la probabilité d’activation du virus augmente considérablement. Pendant la grossesse, le bébé dans l'utérus ne présente aucun danger. Cependant condylome chez les femmes sur les muqueuses et dans le vagin peut entraîner des complications importantes, voire dangereuses, pour la mère et le bébé lors de l'accouchement. C'est:

  • Saignement
  • Obstruction du canal de naissance,
  • Des cassures dans le vagin et les petites lèvres,

Par conséquent, si un condylome apparaît chez une femme enceinte, après toutes les recherches, on lui prescrit un traitement médicamenteux sans danger pour elle et le bébé, ce qui permet de réduire le taux de condylomes. L'enlèvement est effectué uniquement au 3ème trimestre, peu de temps avant l'accouchement.

S'il n'y a ni traitement ni retrait, le bébé risque alors de contracter l'état du larynx avec l'état du larynx si son premier souffle survient lors du passage dans le canal génital. Dans de telles situations, la future mère subit une césarienne.

Si les verrues sont supprimées, la probabilité d'infecter l'enfant est proche de zéro. Les verrues génitales chez les femmes qui envisagent seulement de devenir mères nécessitent un examen complet, le retrait de ces tumeurs et un traitement avant la grossesse.

Complications possibles

L'une des complications principales et les plus dangereuses est la formation d'une tumeur maligne à partir de verrues bénignes et l'apparition ultérieure d'un cancer de la peau.

Les complications latérales et moins dangereuses sont: la formation d’ulcères sur la membrane muqueuse, sur petit lèvres, saignements, inflammation et formation de pus avec croissance traumatique. Le condylome est caractérisé par le fait que si le sang est mal prélevé, il est difficile d’arrêter le sang et, au lieu d’une croissance, plusieurs nouvelles apparaissent habituellement.

Les types de complications suivants développent des problèmes du système reproducteur. Le papillomavirus peut provoquer une érosion ou une dysplasie du col de l'utérus et chez les femmes ayant une formation continue en oncologie.

Verrues génitales chez les hommes capable de provoquer une inflammation de l'urètre, ce qui entraîne une difficulté à uriner et une douleur intense.

Le processus de traitement est également important. Cela dépend de la qualité de vie du patient. Avec la suppression incorrecte ou non professionnelle des verrues sont possibles:

  1. Désensibilisation des lèvres génitales,
  2. Cicatrices et cicatrices sur la tête et les muqueuses,
  3. Perte d'élasticité des tissus, ce qui est dangereux, en particulier pour les femmes qui planifient des enfants,
  4. Rétrécissement du vagin
  5. Formation de re-néoplasmes

Y a-t-il de la prévention?

Les mesures de prévention des verrues génitales sont, leur liste comprend:

  1. Partenaire permanent
  2. Examen médical régulier
  3. Maintien de l'immunité
  4. Mode de vie sain
  5. Une alimentation variée et équilibrée
  6. Repos complet,

Même les personnes atteintes du papillomavirus en phase active peuvent mener une vie bien remplie. Ce n'est pas une phrase, de telles personnes sont tout à fait capables de vivre activement, ont une famille et des enfants. Pour eux, quelques précautions et une hygiène personnelle stricte sont nécessaires.

Définition de la maladie. Causes de la maladie

Verrues génitales - formations cutanées causées par la présence de papillomavirus humain (VPH) dans les tissus. L'activation des virus entraîne l'apparition de tumeurs à la surface de la peau dans l'anus, les organes génitaux externes et le canal anal.

Un autre synonyme commun de cette pathologie est les verrues anogénitales. Cette maladie est décrite par Hippocrate comme une "verrue génitale". Elle est sexuellement transmissible et sujette aux rechutes.

Les verrues anogénitales sont des excroissances douces et volumineuses de couleur rose pâle avec une surface inégale dépassant de la surface de la peau. La taille et le nombre de verrues vont de simples verrues de 1 à 2 mm de diamètre à de multiples formations drainantes de 9 à 10 cm et même davantage.

Les condylomes peuvent apparaître et atteindre des tailles significatives en quelques jours seulement.

La raison de l'apparition des verrues est la présence de papillomavirus humain dans le sang. Le virus pénètre dans l'organisme par contact sexuel par le biais de défauts de la membrane muqueuse ou de la peau. La voie de transmission périnatale est possible: l’enfant est infecté pendant le travail par une mère malade lorsqu’il passe par le canal utérin. Il existe également un chemin de transmission contact-ménage, mais les données sur cette variante de transmission sont peu nombreuses.

Pendant longtemps après l’infection, une personne peut ne pas être au courant de son état de porteur du VPH.. La période d'incubation dépend des caractéristiques de l'immunité de l'individu et peut durer de deux mois à trois ans. Plus tard, lorsque les mécanismes immunitaires diminuent, des verrues apparaissent à des endroits caractéristiques.

Le VPH est l’une des infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes - jusqu’à 55-65% du nombre total de maladies. Son danger réside également dans le fait que le porteur peut ne pas être au courant de sa maladie et ne pas présenter de signes d'infection externes (excroissances, verrues).

Le plus souvent, le VPH est diagnostiqué chez les jeunes de 18 à 25 ans. Les contacts sexuels, même avec l'utilisation de contraceptifs barrières (préservatifs), sont susceptibles d'infecter les partenaires.

Il existe jusqu'à 600 types de VPH (HPV), dont certains apparaissent sous forme de verrues cutanées au niveau de la poitrine, du visage et des aisselles. D'autres choisissent la localisation des muqueuses de la bouche, des organes génitaux ou du canal anal. Dans les verrues anogénitales, 6 et 11 types de VPH (papillomavirus) sont plus souvent détectés.

Symptômes de verrues génitales

En dehors de l'exacerbation, la présence de HPV dans le sang ne se manifeste pas. Lorsqu'une infection virale est activée les symptômes de la maladie peuvent apparaître en quelques heures seulement:

  • la formation de verrues génitales (souvent dans les lieux des plus traumatisés, des frictions lors de contacts sexuels):

- sur la peau autour de l'anus, dans le périnée, sur la bride, la tête du pénis, les lèvres de l'ouverture externe de l'urètre chez l'homme,

- sur la membrane muqueuse des lèvres génitales chez la femme, dans l'urètre chez l'homme,

  • démangeaisons, sensation de brûlure, inconfort au site d'apparition des verrues - de telles sensations désagréables sont souvent très intenses et affectent considérablement le bien-être du patient,
  • sensation d'un corps étranger dans le canal anal (avec formation de verrues à l'intérieur de l'anus),
  • la libération d'une petite quantité de sang sous forme de bandes écarlates lors de la défécation (si les verrues sont situées à l'intérieur du canal anal et sont blessées lors du passage des masses fécales),
  • dysurie, miction douloureuse, si les verrues sont dans l'urètre,
  • douleur pendant les rapports sexuels (dyspareunie).

Une autre option pour la manifestation du VPH peut être la présence de papules à la surface veloutée dans la fourche ou de taches de couleur brun grisâtre, rose ou brun rougeâtre. De telles formes morphologiques sont beaucoup moins courantes et rendent souvent difficile l'établissement d'un diagnostic primaire.

Pathogenèse des verrues génitales

Le point clé de la pathogenèse de la maladie est la pénétration du VPH dans l'organisme hôte. Avec un seul contact sexuel, la probabilité d'infection est de 80%, puis, en bon état du système immunitaire, les agents infectieux sont éliminés (détruits).

Les virus de différents types sont adaptés à un hôte spécifique. Il existe des centaines de types de virus, dont beaucoup ne sont pas dangereux pour l'homme, car ils sont tropicaux pour les tissus des mammifères, des reptiles et des oiseaux et provoquent des tumeurs bénignes (formation de papillomes).

Dans l’étude du VPH, trois types de virus ont été identifiés: alpha, bêta et gamma. Parmi ceux-ci, les lésions anogénitales sont à l’origine des papillomavirus du premier groupe (α). Les agents infectieux appartenant aux genres Beta et Gamma sont plus fréquents en cas de papillomes de l’épithélium cornéen - des verrues palmaires apparaissent.

À la naissance, lors de la classification des virus, des types (génotypes) ont été identifiés. Ils sont désignés par des chiffres arabes. Parmi les centaines de génotypes de virions, des particules à risque cancérogène élevé sont identifiées - il s'agit des α 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59. Elles sont détectées dans 90 à 95% des processus cervicaux malins. , le vagin et la vulve. Les types 16 et 18 sont particulièrement significatifs. De tels types oncogènes de HPV, contenant les protéines E6 et E7 dans leur ADN, sont capables de supprimer l'activité des protéines suppresseurs de tumeurs p53 et pRb, conduisant à une transformation maligne rapide des papillomes en carcinomes.

Environ 90% des cas de verrues anogénitales sont causés par les HPV α 6 et 11. Ce sont des agents pathogènes à faible risque cancérogène. Ce groupe à faible risque comprend les VPH 40, 42, 43, 44, 54, 61, 72 et 81.

Pénétration

Les virions par des dommages microscopiques pénètrent dans la couche basale de l'épithélium, puis se fixent aux protéines de la membrane cellulaire. Ensuite, ils utilisent le mécanisme de l'endocytose du récepteur (avec la participation de l'intégrine et de la protéine L1 de la capside virale) et pénètrent dans le cytoplasme. La protéine L2 de la capside du virus contribue à la libération de l'ADN du virus et à sa pénétration dans le noyau.

Élevage

Les protéines El et E2 de l'ADN du virus sont impliquées dans la réplication d'un génome étranger dans le noyau de la cellule affectée. Dans le même temps, la cellule conserve la capacité de se diviser et de reproduire son propre ADN. En multipliant son ADN, le virus assure sa présence en tant qu'épisome dans le cytoplasme (environ 100 par cellule). Un tel «travail» conjoint du virus et de la cellule hôte conduit à un échec des processus de prolifération (reproduction cellulaire) et de différenciation dans la couche basale, conduisant à des manifestations visuelles.

Les manifestations

Des excroissances endophytes ou exophytiques anormales de l'épithélium apparaissent - papillomes, taches ou condylomes. Les muqueuses lâches ou l’épithélium atypique des processus sont prédisposés aux traumatismes rapides et à la macération (ramollissement). Dans ce contexte, apparaissent une infection secondaire plus rapidement, douleur, inconfort, écoulement abondant, inflammation, gonflement, odeur désagréable et ulcération du condyle.

La réplication active du virus se produit dans les cellules de la couche basale et, à mesure que les cellules des verrues se différencient, leur réserve de sang est considérablement réduite, ce qui réduit les vaisseaux centraux. Mais, restant dans les couches supérieures de l'épithélium sous une forme inactive, c'est ici que le virus est dangereux en termes d'infection par contact.

Au cours de l'histopathologie des matériaux de biopsie, l'épithélium est épaissi, des zones d'acanthose, de papillomatose sont détectées. Les coylocytes (cellules redimensionnables avec cytoplasme brillant, vacuoles multiples, bord brillant périnucléaire) sont détectés. Leurs noyaux sont hyperchromatiques. Il y a souvent des cellules avec deux noyaux ou plus.

De ce qui précède, nous pouvons conclure que les virus qui causent la formation de verrues anogénitales appartiennent, dans 90% des cas, aux types α 6 et 11 HPV. Avec un faible degré de probabilité, ils peuvent provoquer une tumeur maligne (dégénérescence cancéreuse). Cependant, il existe des cas fréquents de persistance (séjour) commun de virus de divers types chez un même vecteur. Cela oblige le patient et le médecin à porter une attention particulière aux examens préventifs, à leur qualité et à leur régularité pour prévenir cancer ano-rectal.

Classification et stades de développement des verrues génitales

Les verrues génitales sont les manifestations classiques les plus courantes d'infection de la peau et des muqueuses par le virus du papillome humain dans la région anogénitale - jusqu'à 65% du nombre de maladies sexuellement transmissibles.

Les autres résultats de diagnostic peuvent être:

  • verrues papule
  • infiltration de la muqueuse sous forme de taches gris rosé ou brunes,
  • néoplasie intraépithéliale,
  • papules bovenoïdes, la maladie de Bowen est un type de papules distinct, elles apparaissent sous la forme de taches sur les muqueuses de couleur brun rougeâtre, brun orangé, sur la peau, la couleur des formations est rose grisâtre,

  • papillome géant (Bushke - Levenshteyna). Sa croissance commence par des verrues génitales, qui grossissent et grandissent rapidement, se confondent et se transforment en une grande tumeur à la surface inégale recouverte de végétations et de projections en forme de villosités.

Bien que la maladie (papillome géant) soit associée aux virus de types 6 et 11, avec un faible risque de carcinogenèse, c'est dans le cas des papillomes géants que la protéine suppressive des tumeurs p53 est supprimée et que la formation se transforme en carcinome épidermoïde. La cause de cette malignité fréquente (malignité) peut être la présence d'états d'immunodéficience, d'infections associées, d'affections cutanées dystrophiques chroniques (lichen scléroatrophe, lichen plan). Même après un traitement chirurgical radical du papillome, Buschke - Levenshteyna est sujet à des récidives fréquentes.

Complications des verrues génitales

Problèmes esthétiques. Le tissu en croissance rapide du condyle, en plus de l'inconfort physique, apporte beaucoup d'inconvénients au patient. Les excroissances dans la région des organes génitaux externes, l'anus réduisent de manière significative l'estime de soi et interfèrent avec une vie sexuelle complète et une bonne hygiène.

Suppuration, inflammation. Les verrues anogénitales ont tendance à être rapidement blessées avec des effets mécaniques mineurs ou des frictions. Ces microtraumatismes, plaies deviennent une porte pour une infection secondaire. Des érosions, une inflammation périfocale apparaissent. Les blessures commencent à macérer (tremper), à suppurer. Avec le développement de complications rejoignent l'odeur désagréable et la douleur. Il est impossible de procéder à un traitement hygiénique complet de la zone périanale en raison de la prolifération excessive qui aggrave encore le processus inflammatoire.

Tumeur maligne. Les types de virus à activité cancérogène élevée, persistants (de longue durée) dans la peau et les muqueuses, entraînent la transformation de cellules et leur transformation en cellules atypiques (cancéreuses). Comme mentionné précédemment, les verrues anogénitales ne sont généralement pas aussi dangereuses en termes de transformation du cancer qu'une lésion virale du col de l'utérus (types HPV 16, 18, etc.). Mais le problème peut survenir si le patient a au moins deux types de virus avec différents indices de cancérogénicité et s'il existe un état d'immunodéficience.

Rechute après traitement chirurgical. En présence d'une infection virale dans le corps, il est impossible de s'en débarrasser, car les virions ont déjà pénétré dans les cellules en traversant la membrane protectrice. Le traitement chirurgical peut éliminer radicalement les symptômes visibles. Si vous vous arrêtez uniquement sur l'élimination des verrues, la probabilité de rechute sera de 50 à 60%.. Un traitement conservateur avec des immunomodulateurs réduira considérablement l'activité du processus de reproduction de l'ADN du VPH, la reproduction d'éléments étrangers cessera. Le risque de rechute sera déjà de 10%, mais ils resteront dans le cytoplasme à l'intérieur des cellules sous forme d'épis et seront «prêts» à un début massif avec une diminution des mécanismes immunitaires dans l'organisme hôte - de tels moments peuvent se produire lors de situations stressantes, dans le cas de maladies aiguës et d'exacerbations de maladies chroniques. C'est pourquoi les rechutes se produisent souvent et les verrues réapparaissent.

Il est important de changer le mode de vie en général afin de maintenir en permanence la santé et d'empêcher l'activation des virions en sommeil.

Diagnostic des verrues génitales

Lors de la détection de verrues génitales dans la zone périanale, des études diagnostiques supplémentaires ont pour but de clarifier le génotype de HPV, ainsi que l'exclusion de structures qui leur ressemblent extérieurement:

  1. naevus intradermique
  2. molluscum contagiosum,
  3. chancre syphilitique,
  4. kératose séborrhéique.

Un moyen rapide d’établir le VPH dans les formations (condylomes) lors de la réception est le test avec une solution à 5% d’acide acétique. Sous l'influence de cette substance, les papillomes, causés par le VPH, pâlissent, acquérant une teinte grisâtre pâle dans laquelle un motif capillaire caractéristique est visualisé. L'étude est de nature préliminaire.

Tests de laboratoire minimes:

  • réaction sérologique aux agents pathogènes de la syphilis,
  • détection des anticorps anti-VIH, hépatite B, C,
  • PCR pour le typage du virus,
  • cytologie du frottis cervical chez la femme
  • cytologie des frottis,
  • étude de spécimens de biopsie et de formations distales - verrues anogénitales.

Avec des récidives fréquentes de la maladie, des tumeurs de grande taille, leur croissance rapide ou un diagnostic douteux, ils recourent à des méthodes de recherche supplémentaires.

Avec des exacerbations fréquentes, une étude du statut immunitaire est réalisée.

Si vous soupçonnez une dégénérescence maligne des verrues, des papillomes à base large, des sécrétions vaginales ou rectales atypiques sont effectués:

  • Capteur échographique vaginal et rectal,
  • coloscopie
  • Échographie des organes abdominaux,
  • radiographie de la poitrine,
  • colposcopie
  • Études sur les IST.

Les patients sont souvent envoyés en consultation chez le gynécologue, l'urologue, l'oncologue et le dermatologue.

Traitement des verrues génitales

Dans le cas des verrues génitales, une approche de traitement intégré est la plus efficace. Il est impératif d'informer le patient de la nécessité de traiter ses partenaires sexuels, porteurs éventuels du VPH.

Des recommandations générales sont données sur la nécessité de modifier le mode de vie afin de maintenir un état d'immunité adéquat, afin de prévenir une infection supplémentaire par d'autres IST:

  • rationaliser la sexualité
  • utilisation de méthodes contraceptives de barrière,
  • correction de poids
  • exercice suffisant
  • bonne nutrition, etc.

Traitement conservateur

Utilisé des médicaments qui stimulent la réponse immunitaire locale et humorale. Cela est nécessaire car tous les patients atteints d'une lésion papillomateuse ont révélé des violations du statut d'interféron (système immunitaire inné). Les contre-indications à la thérapie immunomodulatrice sont des papillomes à grande échelle.

  1. suppositoires rectaux avec «Genferon»,
  2. "Panavir" sous forme de pommade et d'injection,
  3. "Inosine pranobex" pour administration orale selon le schéma.

Les symptômes peuvent être réduits dans trois cas sur quatre (jusqu'à 84%) avec des condylomes simples de petite taille.

En cas d'évolution persistante et récurrente de la maladie, ainsi que si les aspects esthétiques préoccupent le patient, ils ont recours à des méthodes chirurgicales.

Traitement chirurgical

Selon la taille, la forme, l’emplacement du condylome et les préférences du chirurgien, des méthodes de retrait chimiques, physiques et cytotoxiques peuvent être utilisées.

Méthodes physiques utilisé pour toutes les tailles et localisations des verrues anogénitales. Une méthode au scalpel, à la vaporisation au laser, à la cryodestruction (destruction du tissu de la verrue à des températures extrêmement basses sous l'influence de l'azote liquide) ou à une onde radioélectrique (radioSURG) est éventuellement utilisée.

Tissus excisés inclus avec sa propre plaque du derme. Si le condylome du canal anal est retiré, le sphincter interne forme le fond de la plaie. Dans la zone périanale, le fond de la plaie doit être constitué de tissu sous-cutané.

Le retrait des formations n’est pas effectué sans consulter un oncologue, s’il existe le moindre soupçon de malignité (ulcération, nécrose, croissance infiltrante).

Habituellement, lorsque l’excision du condylome est excisée, une analgésie locale ou rachidienne est suffisante (diminution de la sensibilité à la douleur). L'hospitalisation peut être réalisée en cas de maladies concomitantes (pathologie de la coagulation et autres), ainsi qu'en cas d'impossibilité de traitement en ambulatoire.

Méthodes cytotoxiques suggèrent l'utilisation de médicaments "podofilline" et "podofillotoksine". La méthode est soumise à des restrictions: seuls quelques petits condylomes situés à l'extérieur du canal anal et du vagin sont traités avec ce type. L'utilisation de médicaments dans un cas sur cinq peut provoquer une réaction locale sous forme d'irritation, de démangeaisons, d'inflammation, etc. La fréquence des récidives varie de 31 à 70% des cas.

Méthodes chimiques implique l’utilisation d’une solution à 80-90% d’acide trichloroacétique, «Solkoderma» (combinaison d’acides concentrés) ou «Feresol» (combinaison de tricrésol et de phénol). L'action des médicaments repose sur la destruction locale des papillomes: une zone nécrosée de tissu coagulé se forme, les verrues sont momifiées et disparaissent. La méthode est efficace pour les petites verrues simples. Le taux de récurrence est inférieur à la méthode précédente.

Prévisions Prévention

Le pronostic pour un traitement opportun et adéquat des verrues génitales est favorable. Il est nécessaire de procéder à un examen histologique des lésions distantes pour exclure le diagnostic d'une tumeur maligne. Dans les cas douteux, des consultations supplémentaires par un gynécologue, un dermatologue, un oncologue, un radiologue, des examens de laboratoire et instrumentaux sont nécessaires.

Avec un traitement complexe, tous les symptômes disparaissent généralement. Cependant, les rechutes ne sont pas exclues et leur fréquence varie de 10 à 50% et plus. L’état de santé général du patient, la présence de maladies concomitantes et les états d’immunodéficience influent sur l’augmentation du risque de rechute.

La prévention comprend:

  • examen préventif opportun par un gynécologue, un urologue et un proctologue,
  • correction du mode de vie, nutrition,
  • rationaliser le sexe.

Avant l’activité sexuelle, vous pouvez suivre le schéma de vaccination avec le vaccin polyvalent contre le VPH des types 6, 11, 16 et 18 (les causes les plus courantes de verrues génitales sont les HPV 6 et 11) et le cancer du col de l’utérus (HPV 16 et 18). L'âge recommandé pour l'administration du vaccin est de 9 à 17 ans (par exemple, dans le calendrier américain de 2015, l'âge de vaccination recommandé est de 9 à 11 ans). Dans un certain nombre de pays (États-Unis, Autriche, Allemagne, France, etc.), la vaccination est incluse dans le calendrier de vaccination obligatoire. En Russie, il s'agit actuellement d'une procédure volontaire.

Est-il possible de comprendre qu'il y a un problème?

Des manifestations externes d'une affection telle que la condilomatose ne se produisent toutefois pas toujours. Par conséquent, de nombreuses personnes apprennent qu'elles ne sont touchées par le virus du papillome humain qu'après avoir examiné le sang pour rechercher des infections, qui sont généralement transmises sexuellement.

Si vous remarquez de petites pousses roses ou de couleur chair, situées dans les zones intimes, il s'agit probablement de la manifestation de la maladie considérée. Les verrues génitales chez les hommes peuvent se propager à tous les organes génitaux.On les trouve sur la partie pubienne, sur la tête du pénis, sur sa couronne, sur la bride, sur le prépuce. Ils s'étendent souvent jusqu'à l'anus. Mais cela ne signifie pas du tout qu'un homme préfère les relations intimes non traditionnelles, et non seulement elles causent la candilomatose dans cette région.

Les verrues génitales chez les femmes peuvent apparaître à la fois sur les grandes et petites lèvres, dans le vagin et à la veille de celles-ci, dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre. Ils affectent également le col de l'utérus. L'hymen ne fait pas exception, s'il n'a pas encore été endommagé. Mais même l’absence apparente de manifestations ne signifie pas qu’il n’ya pas de maladie. Il arrive qu'ils ne puissent être envisagés qu'après un traitement spécial de la peau.

Ce type de verrues affecte souvent plusieurs zones à la fois. Les verrues solitaires peuvent se combiner pour former de grandes excroissances. En règle générale, ils sont indolores, mais certaines personnes parlent de l'apparition de démangeaisons et d'irritations.

Danger de verrues

Ne pensez pas que cela suffit pour vous débarrasser des manifestations externes de la maladie. Il est très important de supprimer le virus responsable des verrues génitales. Le traitement doit viser à renforcer l’immunité et à lutter contre les microorganismes à l’origine de cette infection. Parfois, cela prend plusieurs mois et ne produit pas toujours les résultats du premier cours. Mais la thérapie de jet à mi-chemin ne devrait pas être au moins pour la raison que près de 90% des patients qui ont découvert le canal cervical ont été infectés par le virus du papillome humain.

La présence de cette infection ne signifie pas que vous développerez de l'oncologie, mais les personnes touchées par celle-ci sont à risque. Ils devraient être plus attentifs à leur santé. Des excroissances malignes peuvent se développer dans le vagin, le pénis ou l'anus.

Diagnostic d'infection

La syphilis, qui provoque des modifications cutanées, également appelées condylomes larges, ou molluscum contagiosum, peut également donner des manifestations similaires. Par conséquent, il est recommandé de rechercher le VIH et la syphilis lors de la détection des condylomes, ainsi que de nombreuses autres infections sexuellement transmissibles.

Enlever les verrues

Le traitement des manifestations de l’infection à papillomavirus humain commence souvent par le fait qu’elles suppriment les excroissances. L'élimination des verrues génitales peut être effectuée par l'une des méthodes suivantes: électrocoagulation, cryodestruction et traitement au laser. Ils sont aussi parfois simplement coupés avec un scalpel ou des ciseaux.

La méthode la plus appropriée devrait être choisie exclusivement par le médecin en fonction des manifestations de la maladie. Mais n'oubliez pas que ses préférences seront influencées par l'équipement technique de la clinique où il travaille. Par conséquent, au début, il est important de déterminer de manière indépendante quelles sont les méthodes pour éliminer les manifestations de la maladie, en quoi elles diffèrent. Sachant cela, vous ne pouvez pas compter sur le matériel, qui est équipé d’un hôpital de ville, et sur un centre médical doté des équipements les plus récents, avec lequel les verrues génitales sont supprimées. Le traitement avec cette approche dans certains cas sera plus efficace.

Traitements au laser

Si le patient a des rechutes récurrentes et que les verrues génitales apparaissent après son retrait, il est recommandé de changer de tactique pour traiter les manifestations de la maladie. Dans ce cas, un traitement au laser est recommandé. Il est également utilisé si une grande surface est touchée. Cependant, les procédures au laser sont très douloureuses; par conséquent, une anesthésie locale, voire même générale, est nécessaire avant leur réalisation. Avec un rayon laser, toutes les verrues génitales sont détruites. Les raisons de leur apparition doivent encore être traitées. Cela signifie que le simple fait d'éliminer les manifestations de la maladie par cette méthode ne suffit pas. Un traitement antiviral et immunostimulant est nécessaire. Sinon, des verrues peuvent apparaître dans les zones adjacentes.

Malgré son efficacité élevée, cette méthode présente de nombreux inconvénients. Donc, tout d’abord, les patients parlent du coût élevé de la procédure, qui n’est pas disponible pour tous les patients. On appelle aussi moments négatifs une longue période de guérison et de cicatrisation.

Le traitement est effectué par un spécialiste qui doit porter une combinaison et un masque sur le visage, car lors de la combustion des verrues au laser, des fragments du virus s’envolent et créent un risque potentiel d’infection par d’autres.

Électrocoagulation

Les nouvelles pousses peuvent également être éliminées par exposition à des températures élevées. Cette procédure s'appelle électrocoagulation. Cela se fait sous anesthésie locale. Le principal inconvénient est que les cicatrices restent après. Comme pour la procédure laser, le personnel doit être protégé. Une attention particulière est portée à l’abri des voies respiratoires. La pièce où l’enlèvement des verrues doit être équipée d’une hotte spéciale.

Méthodes alternatives pour se débarrasser du problème

Les verrues génitales doivent être lubrifiées avec un applicateur spécial deux fois par jour, toutes les 12 heures. Ceci est fait pendant trois jours, après quoi une pause est prise. Sa durée peut varier de 4 à 7 jours. Les cours sont répétés jusqu'à la disparition complète des manifestations de la maladie.

En outre, l'industrie pharmaceutique a mis au point la crème Imiquimod, qui s'applique directement aux verrues génitales chez l'homme. Le traitement avec son utilisation peut durer jusqu'à 16 semaines. Arrêtez son utilisation dès que les verrues disparaissent. Il peut également être utilisé par les femmes si ces verrues ont affecté uniquement les organes génitaux externes.

Traitement de virus

Votre médecin peut vous prescrire une série de médicaments tels que Proteflazid, Interferon, Viferon, Isoprinosine, conçus pour lutter contre divers virus. Une attention particulière devrait être accordée au renforcement du système immunitaire. Pour cela, vous pouvez utiliser à la fois des stimulants médicaux et des procédures de revenu.

Méthodes folkloriques

Étant donné que l’infection par le virus du papillome humain est très répandue, il existe de nombreuses méthodes non médicamenteuses pour lutter contre les manifestations de la maladie. Avec leur aide, vous pouvez éliminer complètement les verrues génitales chez les hommes. Le traitement consiste à utiliser des matériaux végétaux pour combattre les verrues cutanées dans les zones intimes. A propos, ces méthodes peuvent aussi être testées par les femmes, mais seulement si la zone touchée n'affecte pas la membrane muqueuse.

L'un des moyens les plus courants consiste à utiliser de l'ail. Sur la zone touchée par les verrues, vous pouvez appliquer une compresse. Pour ce faire, couper la plaque d'une gousse d'ail à la taille de l'éducation et fixé sur les verrues avec un plâtre. En outre, les verrues peuvent être lubrifiées avec le jus de cette plante.

Très souvent, il existe des recettes dans lesquelles les verrues génitales sont traitées à l'aide de la teinture de pharmacie de chélidoine. Il est appliqué au moins trois fois par jour sur les verrues. Les gens disent que toutes les manifestations de la maladie ont lieu quelque part dans un mois.

Les compresses d'oignon sont également populaires. Ils doivent imposer 7 jours d'affilée. Pour cela, l'oignon est coupé en deux et trempé dans du vinaigre. Chauffé, attachez la coupure aux verrues pendant la nuit. N'oubliez pas de réparer le remède.

Certains conseillent des formations lubrifiantes de blanc d'oeuf cru. Il est également recommandé de faire des applications à partir de la pâte mélangée à de la farine et du vinaigre.

Prévention des maladies

Le risque d'infection sera minimisé si des méthodes de contact avec barrière sont utilisées à chaque rapport sexuel. Seuls les préservatifs sont inclus. Lorsque vous utilisez d'autres méthodes de protection, le risque d'infection est assez élevé. Bien que les préservatifs ne fournissent pas une protection à cent pour cent, car lors des rapports sexuels, les zones de la peau qu’il ne couvre pas sont en contact. Par conséquent, la méthode la plus fiable est la proximité uniquement avec le partenaire interrogé qui n'a pas ce virus dans le corps. Mais si vous constatez que les organes génitaux sont atteints de candidose condominale, il vaut mieux s'abstenir de tout contact.

Des visites régulières chez le gynécologue et des recherches sont le meilleur moyen de surveiller votre santé. Par exemple, si vous avez déjà souffert du VPH, la colposcopie est recommandée chaque année.

Afin de prévenir l’infection par ce virus, deux vaccins ont été mis au point: Cervarix et Gardasil. Le premier d'entre eux empêche l'infection des 16ème et 18ème types de virus hautement oncogènes. Il est conçu pour les filles âgées de 10 à 25 ans dans lesquelles il n’ya pas d’infection.

Le vaccin "Gardasil", ainsi que "Cervarix", protège contre les 16ème et 18ème types du virus, en outre, il est toujours efficace contre les 6ème et 11ème espèces. Il est destiné aux personnes âgées de 9 à 26 ans.

Clinique et symptômes

L'infection se produit par contact (par voie sexuelle - c'est la même voie d'infection par contact).

La source d'infection est le condylome chez le malade, c'est-à-dire les cellules modifiées de la peau ou des muqueuses dans lesquelles se développe le virus.

Attention
Le condylome lui-même n'est peut-être pas encore vu par les yeux, mais il y a déjà des cellules altérées sur la peau. Lors du contact avec la peau d'une autre personne, le virus issu de ces cellules entre en contact avec sa peau, pénètre dans les microfissures et commence à se développer dans la peau.






  • petites bulles et bosses sur la peau et les muqueuses,
  • légère rougeur autour
  • légère démangeaison

  • les formations atteignent une taille allant jusqu'à 1-1,5 cm
  • l'apparition de "chou-fleur" ou "écusson de coq",
  • les démangeaisons augmentent
  • apparaissent ensuite de nouvelles bulles.

  • Organes génitaux: Aine, pubis, organes génitaux chez l'homme et la femme (gland, prépuce, vulve, vagin, lèvres),
  • anus (anus). Cet arrangement a donné le deuxième nom: les verrues anogénitales.
  • rarement - dans l'urètre et sur le col de l'utérus,
  • rarement dans la bouche, les lèvres, les joues et la langue.

1) chez l'adulte, le principal mode de transmission est sexuel.

2) très rarement, la voie de transmission par contact est possible - à travers le bord sale d'une cuvette de toilette, prendre un bain commun, utiliser des articles d'hygiène courants, des couverts courants, etc. Le virus persiste plusieurs minutes dans un état viable dans un environnement chaud et humide. Ce mécanisme de transmission explique de tels cas lorsque des verrues génitales sont détectées chez des vierges, chez des enfants.

3) les préservatifs réduisent le risque de transmission du VPH. Mais pas à 100%. Contact de peau non protégée pendant les rapports sexuels (par exemple, contact du scrotum et des lèvres) - risque d'infection.

Du moment du contact sexuel jusqu'à l'apparition de la formation - 2-3 mois ou plus. Si l'immunité est forte, cette période peut durer plusieurs années, voire plusieurs décennies.

Au moment de l'affaiblissement du système immunitaire apparaissent des verrues. Chez les femmes, parfois pendant la grossesse, lorsque le système immunitaire de la femme est également sollicité.

Le système immunitaire et son fonctionnement sont décrits en détail ICI.
Comment améliorer l'immunité - lisez ICI.

Complications du condylome.

  • Inflammation du condylome
  • Traumatismes et ulcères
  • Phimosis et paraphimosis chez l'homme (rétrécissement du prépuce)
  • Progression de la maladie
  • Infection de l'enfant en travail.

Attention: les verrues n'affectent pas la capacité de tomber enceinte.

Diagnostic - comment faire un diagnostic?

  1. L'image caractéristique est "chou-fleur", "cockscomb".
  2. Contact sexuel 2-3 mois à l'avance.
  3. Test d'acide acétique. Un coton est humidifié avec 5% (.) D’acide acétique. Placez-le sur la zone touchée pendant 5 minutes. Si après 5 à 10 minutes, la région devient blanche, il s'agit alors d'un condylome.

  • Diagnostic PCR. Découvrez le nombre et le type de virus HPV. Il est conseillé de transmettre immédiatement la maladie, les maladies sexuellement transmissibles (MST). La condilomatose est souvent associée à d'autres MST - trichomonase, chlamydia, syphilis, etc.
  • Les femmes - requis (.) examen du col et prise d'un frottis cytologique pour exclure la dysplasie et le cancer du col de l'utérus. En savoir plus sur la dysplasie et la CIN ici: lien.
  • Une analyse de contrôle de la PCR pour le HPV est effectuée 2 mois après la fin du traitement.

Diagnostic différentiel

Les verrues génitales au stade initial peuvent être confondues avec:

  • Pyoderma (acné et ulcères) sur la peau du pubis et des organes génitaux.
  • Papillomes filamenteux sur les hanches.
  • Molluscum contagiosum dans le pubis et les organes génitaux (lire sur le molluscum contagiosum)
  • Plan du lichen rouge sur les organes génitaux (pour en savoir plus sur le lichen plan)
  • Papules nacrées. Ils peuvent survenir chez les hommes et les femmes. Et ceci est une variante de la norme. Ce n'est pas du tout un condylome. Mais pour les distinguer des maladies vénériennes, il est préférable de consulter un médecin (vénéréologue, urologue ou gynécologue).

Méthodes d'enlèvement

1) Azote liquide ou cryodestruction.
En savoir plus sur la technique à lire ICI

Papillomes gel d'azote liquide sur les lèvres, le pénis, sur la peau dans la région de l'aine. Dans ce cas, le papillome meurt, tombe. Le site des engelures guérit rapidement. La méthode est efficace mais doit être réalisée par un spécialiste expérimenté.

À propos de quels types de papillomes sont, je dis en détail ici.

2) Cautérisation avec des substances nécrosantes

Les acides concentrés, les alcalis et un certain nombre d'autres substances provoquent des brûlures chimiques des verrues. Elle meurt et tombe. À sa place reste une petite plaie, qui guérit rapidement.

Vous devez être très prudent avec les agents de cautérisation afin de ne pas brûler une peau saine autour, sinon il y aura une cicatrice. Le traitement des condylomes avec de telles substances agressives ne doit être effectué que par un médecin.

- Super Cleaner (en savoir plus sur le produit - lien).

Le médicament contient un alcali. Il est extrêmement agressif pour la peau, il est donc principalement utilisé pour éliminer les verrues communes. Sur la peau des organes génitaux n'est pas recommandé.

Le médicament contient du phénol et du métacrésol. Il agit plus doucement, les cicatrices ne restent presque pas. Peut être utilisé sur la peau dans la région de l'aine.

Le médicament agit en douceur, mais la durée du traitement est plus longue.

- Solkoderm
En savoir plus sur la solkoderma ici

Le médicament contient des acides nitrique, acétique et oxalique, qui brûlent les tissus des verrues.

Scheme: Appliquez 1 goutte de solcoderme sur le condylome une fois avec un applicateur, si la formation est importante, puis 2 à 3 gouttes, de sorte qu'elles couvrent toute la surface, ne coule pas dans une peau saine, une pause - 1 semaine, si l'éducation pas parti, puis répétez le traitement.

- Condilin ou podofiline.
Instructions détaillées ici

Ce médicament contient la substance podophyllotoxine. Il retarde la division des cellules humaines, les détruisant ainsi.

Si vous frottez la surface du condylome avec des verrues, sa taille diminuera. Le médicament est dangereux pour une peau saine. Le traitement doit être sous la supervision d'un médecin.

Scheme: la peau autour est traitée avec de la crème, 2 gouttes par jour avec un applicateur, appliquez 1 goutte à la surface de chaque formation, ou plus, si le condylome est grand, le temps de séchage de la condiline est de 3 à 5 minutes, répétez le traitement pendant 3 jours, puis une pause de 4 jours.

En savoir plus sur le retrait au laser ici.

Et voici une critique de lecteur sur l'élimination du laser: lien.

Élimination du condylome au laser - sans impact et peu douloureuse. Le faisceau laser évapore la formation. Une petite blessure se resserra rapidement.

Regardez la vidéo sur l'élimination du papillome au laser:

Cette excision des verrues génitales par électrocautérisation. Le chirurgien soulage le tissu avec de la novocaïne. Ensuite, l'électrocautérisation brûle les verrues. L'opération n'est pas facile et peut avoir des conséquences sous la forme de cicatrices sur la peau.

Sur la vidéo: élimination des papillomes par un coagulateur.

5) Méthode par ondes radio ou appareil Surgitron. Plus en détail sur cette méthode, je raconte ici

L'excision du condylome par ondes radio de haute fréquence. Cette méthode est similaire à un laser. Mais l'appareil "Surgitron" est très cher, le prix de cette procédure est donc également élevé. Il n'y a pas de complications après cela.

Sur la photo: l'appareil Surgitron

6) Enlèvement de scalpel

Technique obsolète. Il est rarement utilisé - uniquement pour les grandes tailles. Elle est réalisée sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale. Après excision au scalpel, la peau est suturée avec des sutures chirurgicales.

Médicaments antiviraux

  • Isoprinosine (ou groprinosine): 2 comprimés - 3 fois par jour, 14 à 28 jours. Instructions plus détaillées: ici.
  • Allokin-alpha: 1 ampoule, la poudre est dissoute dans 1 ml de chlorure de sodium à 0,9%, injectée par voie sous-cutanée 1 fois en deux jours, au cours de 6 injections. Article détaillé sur l'allokine: lien.
  • Epigenes intimate spray: vaporisez la zone des verrues 4 fois par jour pendant toute la durée du traitement. Détails sur les épigènes: lien
  • Panavir: disponible sous différentes formes - gel, aérosol, suppositoires, solution pour injection - tout dépend de la prévalence et de la localisation du condylome. Détails sur le Panavir: lien

Immunostimulants

Les préparations immunitaires suivantes sont utilisées dans le traitement général des condylomes: immunal, polyoxidonium, cycloferon, reaferon, leucopide et plusieurs autres.
Attention: les immunostimulants sont des médicaments. Ils doivent être prescrits par un médecin.

  • Immunal: sur 1 tabl - 4 fois par jour, un cours de 2 à 8 semaines.
  • Reaferon: Diluer 1 flacon de poudre (1 ml de ED) avec de l'eau (une demi-cuillère), boire 30 minutes avant les repas - 2 fois par jour, pendant 10 jours.
  • Polyoxidonium: 1 bougie (12 mg) dans le vagin ou dans le rectum pendant la nuit, 10 fois par jour.

Article détaillé sur le système immunitaire et ses fonctions: lire.

Rappelez-vous:

  • les méthodes thérapeutiques de traitement ne font que compléter la chirurgie, de sorte qu’après le retrait il n’y ait plus de récidive,
  • les rechutes surviennent chez 30% des patients chez qui on a enlevé les verrues,
  • Un traitement indépendant des verrues peut être, mais rarement. La base de l'auto-guérison - renforcement de l'immunité,
  • les virus en grand nombre sont dans l'épaisseur de chaque condylome, ils doivent donc être supprimés.

Traitement des remèdes populaires

1) Teinture d'iode.
Je ne recommande pas Perdre du temps et de la santé.

La lubrification de la surface avec de la teinture de condyle d'iode l'assèche progressivement et il devrait tomber. MAIS: cela n'arrive pas toujours, mais très très rarement. De plus, la lubrification de la peau et des muqueuses avec de l'iode peut provoquer des brûlures et l'apparition de cicatrices supplémentaires.

Et plus important encore - l'iode est absorbé par la peau, s'accumulant dans la glande thyroïde, et en excès entraîne une perturbation de la thyroïde, qui est très très grave. Prenez soin de votre thyroïde, allez dans une clinique de cosmétique ou chez un dermatologue, et il retirera vos tumeurs rapidement et sans douleur.

2) Celandine (herbe!).
Plus de détails sur la chélidoine ici.

Les verrues génitales sont enduites de jus de chélidoine frais plusieurs fois par jour. MAIS: l’effet d’une telle lubrification n’est positif que si le condylome est de petite taille (plusieurs millimètres de diamètre). Si c'est grand, alors il n'y aura aucun effet. Passez du temps en vain.

Dans ce cas, il est préférable de procéder ainsi: retirez un gros condylome dans une clinique esthétique ou chez un dermatologue. Et les plus petits sont presque graisseux avec de la chélidoine.

3) Mode de vie sain sous toutes ses formes: durcissement, alimentation saine, réduction du stress, élimination de l'alcool et du tabac, sommeil suffisant, activité physique et promenades au grand air.

Rappelez-vous un sanatorium ou une maison de repos - tout son régime vise à améliorer les défenses de l'organisme. Essayez autant que possible de répéter le régime du jour du sanatorium et votre immunité commencera progressivement à faire face à des malheurs tels que les verrues génitales ou autres infections virales.

Plus sur la pathologie

Les verrues génitales sont des verrues papillaires formées à la surface de la peau des organes génitaux et de l'anus. Dans de rares cas, des verrues se forment dans la cavité buccale. Ce sont des tumeurs cutanées spécifiques qui surviennent lorsqu'un organisme est infecté par le virus du papillome humain (VPH). Les condylomes forment souvent des grappes particulières qui ressemblent à des choux-fleurs. Un liquide parfumé contenant plus de particules virales peut être libéré par la verrue endommagée. De telles manifestations de l'infection à HPV ne provoquent qu'une douleur mineure et un inconfort psychologique, mais il existe également un risque de dégénérescence maligne de cellules anormales ou de dysfonctionnement d'organes.

Contrairement aux papules de nacre non dangereuses, qui se forment dans la région du pénis chez les hommes, les verrues génitales sont molles et de formes diverses. L'apparition de telles tumeurs augmente le risque de transmission au partenaire sexuel. Dans ce cas, les verrues peuvent ne pas se former immédiatement ou être de petite taille. Par conséquent, tous les patients ne consultent pas leur médecin en temps voulu. Réduire le risque d'infection par la vaccination.

Papillomavirus humain

L'infection à HPV est une maladie sexuellement transmissible. Dans la plupart des cas, la pathologie ne semble pas symptomatique et se résout spontanément. Cependant, les patients présentent souvent des tumeurs bénignes dans la région génitale, l'anus et la cavité buccale. Les verrues de couleur chair sont le seul signe d'infection par le VPH. Des études ont montré que la croissance de telles tumeurs augmente le risque de cancer du col de l'utérus, du vagin, du pénis et de l'anus.

Les experts connaissent un grand nombre de types de VPH, de génomes et de virulences différents. Les verrues génitales apparaissent généralement lors de l’invasion du virus du papillome humain 6 ou 11. Ces variétés de pathogènes sont moins susceptibles de provoquer une dégénérescence maligne des tissus, mais le risque de carcinogenèse demeure. De plus, plusieurs types de virus peuvent être détectés chez une même personne. À cet égard, il est recommandé de procéder à la vaccination en temps utile et de se faire examiner régulièrement par un vénéréologue ayant une vie sexuelle active.

Le papillomavirus humain est l'infection sexuellement transmissible la plus courante. Selon les données épidémiologiques, la maladie sous une forme cachée peut être détectée chez 40% des personnes. Chez la plupart des patients, l'infection ne se manifeste pas de façon symptomatique et les verrues de la région anogénitale ne sont présentes que chez 1% des hommes et des femmes sexuellement actifs. Le risque le plus élevé de complications liées au VPH concerne les patients infectés par le VIH, car seul un système immunitaire en bonne santé peut supprimer l’activité du virus.

Les causes

Les changements cutanés se produisent sur le fond de l'invasion virale et des changements dans la nature de la division cellulaire. Cependant, dans 90% des cas, l'infection à HPV est transmise lors de relations sexuelles orales, vaginales ou anales. L'utilisation d'un préservatif réduit considérablement le risque d'infection par des souches de HPV oncogènes. Cependant, les types de virus responsables des verrues génitales peuvent également être transmis lors de rapports sexuels protégés.

Autres moyens de transmettre le virus

  1. Infection domestique. L'agent infectieux peut persister dans l'environnement externe et pénétrer dans le nouvel organisme par le biais de microtraumatismes cutanés.
  2. Transmission du virus au nouveau-né pendant l'accouchement. Dans ce cas, le bébé peut apparaître des verrues dans le larynx.
  3. Auto-infection - transfert de l'infection d'une région anatomique à une autre.

Bien que dans 90% des cas, l'infection par le VPH soit éliminée par un corps sain dans les deux ans suivant l'infection, l'agent pathogène peut persister dans les cellules infectées et provoquer les symptômes de la maladie plusieurs années après l'invasion. Notez également que le virus peut être transmis au partenaire sexuel, même en l'absence de verrues dans la région génitale.

Loading...