Pression intracrânienne chez les nourrissons: traitement des symptômes

L'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons (hypertension intracrânienne) est une pathologie qui, en règle générale, n'est pas une maladie indépendante, mais est le signe de nombreuses maladies.

Il s'agit d'une condition dangereuse pouvant entraîner de graves complications. Il est donc conseillé aux parents de savoir ce qu'est l'hypertension intracrânienne, pourquoi elle se produit, comment elle se manifeste et quoi faire lorsque vous découvrez des signes de maladie chez un enfant.

La pression crânienne (contrairement à la pression artérielle, qui peut être contrôlée à la maison) ne peut être mesurée à la maison. En cas de suspicion d’hypertension intracrânienne chez le nourrisson, il faut immédiatement en informer le médecin, car la pathologie est traitée rapidement et efficacement à un stade précoce, avant que ne se manifestent des effets irréversibles. En l’absence de traitement adéquat en temps voulu, l’hypertension intracrânienne peut entraîner un retard mental, une perte de vision, une paralysie, l’épilepsie et d’autres neuropathies et, dans les cas graves, la mort.

Chez les nourrissons, l'augmentation de la pression intracrânienne se manifeste par une diminution de l'activité de succion, une tension et un gonflement des fontanelles, dans lesquelles il n'y a pas de pulsations, une dilatation des veines de la tête, une augmentation du tonus musculaire et un grand cri.

Signes de pression intracrânienne chez les nourrissons

Les symptômes de la pression intracrânienne chez les nourrissons ne sont pas spécifiques et peuvent survenir dans certaines autres conditions pathologiques.

Chez les nourrissons, l'augmentation de la pression intracrânienne se manifeste par une diminution de l'activité de succion, une tension et un gonflement des fontanelles, dans lesquelles il n'y a pas de pulsations, une dilatation des veines de la tête, une augmentation du tonus musculaire et un grand cri. L'anxiété chez les enfants souffrant d'hypertension intracrânienne augmente généralement le soir et en position horizontale. L'enfant peut refuser de se nourrir (en cours de succion, la pression intracrânienne augmente), ce qui entraîne une perte de poids.

Les symptômes de l'hypertension intracrânienne peuvent augmenter lentement (en général, cette option est observée chez les enfants âgés de 2 mois à 6 mois, dans certains cas jusqu'à un an), ou se développer rapidement (généralement chez les enfants de plus d'un an).

Symptômes à croissance lente: régurgitations fréquentes après avoir mangé, vomissements abondants plusieurs fois par jour, quelle que soit la prise de nourriture, pleurs fréquents sans raison apparente, sommeil superficiel, augmentation de la tête disproportionnée ne correspondant pas à la norme d'âge, divergence des coutures entre les os du crâne, retard du développement (Les enfants commencent plus tard à se tenir la tête, à s’asseoir, à ramper).

L'augmentation rapide de la pression intracrânienne chez les enfants se manifeste par des vomissements non-stop, des convulsions, une perte de conscience. Si de tels symptômes apparaissent, vous devez immédiatement appeler une ambulance.

Les maux de tête avec hypertension intracrânienne chez les nouveau-nés et les nourrissons apparaissent généralement le matin. En position verticale, la douleur diminue ou disparaît complètement à mesure que la circulation du liquide céphalo-rachidien s'améliore.

En cas de suspicion d’hypertension intracrânienne chez le nourrisson, il faut immédiatement en informer le médecin, car la pathologie est traitée rapidement et efficacement à un stade précoce, avant que ne se manifestent des effets irréversibles.

En cas de violation de la sortie du liquide céphalo-rachidien en raison d'obstacles organiques, l'enfant peut développer une altération de l'odorat, de la vision, de la sensibilité et des fonctions motrices. Dans certains cas, des pathologies endocriniennes sont notées (surcharge pondérale, retard de croissance, diabète sucré). Chez le nourrisson souffrant d'hypertension intracrânienne, on observe souvent des tremblements des membres, tremblements du menton, strabisme, troubles de la conscience.

Les parents considèrent souvent les saignements de nez fréquents comme un signe d'augmentation de la pression intracrânienne chez l'enfant. Le Dr Komarovsky rappelle que ce symptôme n'est pas lié à l'hypertension intracrânienne et qu'il constitue le plus souvent la manifestation d'une hydratation insuffisante de la muqueuse nasale.

Causes et facteurs de risque

Les causes immédiates de l'augmentation de la pression intracrânienne chez le nouveau-né sont une libération accrue du liquide céphalo-rachidien, un faible degré d'absorption, des troubles de la circulation dans les voies du liquide céphalo-rachidien et une augmentation du volume de liquide tissulaire ou de sang. L’hypertension intracrânienne se développe avec méningite, encéphalite, hydrocéphalie, accident vasculaire cérébral, blessures à la tête, lésions des vaisseaux sanguins cervicaux, abcès et diabète grave.

  • antécédents d'hypoxie intra-utérine,
  • accouchement pathologique,
  • Toxicose maternelle au dernier trimestre de la grossesse
  • maladies infectieuses subies par la mère pendant la grossesse
  • blessure précoce
  • intoxication
  • développement anormal du cerveau et / ou des vaisseaux cérébraux.

Diagnostics

Afin de comprendre quel traitement est nécessaire pour un enfant souffrant d'hypertension intracrânienne, il est nécessaire de déterminer le diagnostic exact, car cette affection est généralement une pathologie secondaire.

En cas de violation de la sortie du liquide céphalo-rachidien en raison d'obstacles organiques, l'enfant peut développer une altération de l'odorat, de la vision, de la sensibilité et des fonctions motrices.

Lorsque des symptômes d'hypertension intracrânienne sont détectés chez les enfants, il est nécessaire de consulter un pédiatre (médecin généraliste), un neuropathologiste et un ophtalmologiste.

Des violations probables de la pression intracrânienne chez un enfant peuvent dans certains cas être suspectées au stade prénatal du développement lors de l'examen d'une femme enceinte et de la détection d'une hypoxie intra-utérine du fœtus. L'échographie du dernier trimestre de la grossesse vous permet d'identifier les modifications vasculaires pouvant entraîner une privation d'oxygène et une hypertension intracrânienne subséquente chez un enfant.

Les pathologies graves (par exemple, l'hydrocéphalie), qui peuvent entraîner une augmentation de la pression intracrânienne chez les nouveau-nés et les nourrissons, sont souvent déterminées par un néonatologiste lors de l'examen du bébé immédiatement après la naissance. L'état pathologique peut être suspecté lors d'une inspection de routine.

Pour le diagnostic de l'hypertension intracrânienne, une échographie du cerveau (neurosonographie) peut être nécessaire - une méthode abordable et sûre permettant d'estimer la taille des ventricules cérébraux en tant que signe indirect de pression crânienne.

Dans certains cas, on utilise la tomographie par résonance magnétique ou calculée (généralement pour exclure une pathologie intracrânienne grave), l'échoencéphalographie. La résonance magnétique ou la tomodensitométrie sont peu utilisées, car il est nécessaire d’obtenir des images de haute qualité pour garantir l’immobilité continue de l’enfant, ce qui peut être difficile. Habituellement, si un tel diagnostic est nécessaire, une anesthésie générale est utilisée chez l’enfant, ce qui peut nuire à son état.

Pour clarifier le diagnostic peut nécessiter un examen radiologique du cerveau, une ponction de la colonne vertébrale.

L’hypertension intracrânienne se développe avec méningite, encéphalite, hydrocéphalie, accident vasculaire cérébral, blessures à la tête, lésions des vaisseaux sanguins cervicaux, abcès et diabète grave.

L'ophtalmoscopie est une étape importante du diagnostic. Au cours de l'examen du fond de l'œil au cours de l'hypertension intracrânienne, il se produit un gonflement de la tête du nerf optique et une dilatation des veines du fond d'œil.

Traitement de la pression intracrânienne accrue chez les enfants

Tout d'abord, il convient de garder à l'esprit que si l'on soupçonne une hypertension intracrânienne, et encore plus lorsque l'hypertension intracrânienne est prouvée chez un enfant, l'automédication est inacceptable. Cette condition peut être le signe d'une maladie grave et l'élimination des symptômes sans éliminer la cause peut entraîner une aggravation de l'état du patient, le développement de complications et le décès.

Le traitement de l'hypertension intracrânienne chez les nourrissons est complexe. Selon la cause et la gravité de l'affection, des méthodes conservatrices et chirurgicales sont utilisées.

La pharmacothérapie consiste à utiliser des diurétiques et des décongestionnants (le diacarbe est souvent prescrit, ce qui, selon les revues, donne de bons résultats chez les nouveau-nés et les nourrissons), les médicaments neuroprotecteurs. Après réduction de la pression intracrânienne, le traitement consiste à traiter la maladie sous-jacente.

Si la pression intracrânienne chez les nourrissons est augmentée dans le contexte d'hydrocéphalie, de tumeurs, d'hématomes, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Le traitement chirurgical consiste à enlever un néoplasme ou à une dérivation - ce qui crée une voie artificielle pour la sortie du liquide céphalorachidien. À mesure que l'enfant grandit et grandit, il peut être nécessaire d'allonger le tube plusieurs fois pour permettre au liquide céphalo-rachidien de s'écouler.

Le traitement principal peut être complété par des techniques physiothérapeutiques, des massages, des remèdes populaires (plantes médicinales, etc.). Cependant, tout traitement doit être coordonné avec votre médecin.

L'ophtalmoscopie est une étape importante du diagnostic. Au cours de l'examen du fond de l'œil au cours de l'hypertension intracrânienne, il se produit un gonflement de la tête du nerf optique et une dilatation des veines du fond d'œil.

Un bon effet thérapeutique dans certains cas a la natation thérapeutique. Les enfants atteints d'hypertension intracrânienne sont invités à passer plus de temps à l'extérieur.

La durée du traitement de l'hypertension intracrânienne chez les nourrissons est en moyenne de 3 à 6 mois.

Le pronostic dépend de la rapidité de la détection de la pathologie et du traitement, ainsi que de la maladie primaire.

Nous proposons de visionner une vidéo sur le sujet de l'article.

Éducation: 2004-2007 "Première école de médecine de Kiev", spécialité "Diagnostic en laboratoire".

Vous avez trouvé une erreur dans le texte? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Les os humains sont quatre fois plus solides que le béton.

Afin de dire même les mots les plus courts et les plus simples, nous allons utiliser 72 muscles.

Une personne instruite est moins susceptible aux maladies du cerveau. L'activité intellectuelle contribue à la formation de tissu supplémentaire, compensant ainsi la maladie.

Un travail qui ne plaît pas à la personne est beaucoup plus préjudiciable à sa psyché que le manque de travail du tout.

Si votre foie avait cessé de fonctionner, la mort serait survenue dans les 24 heures.

Une personne prenant des antidépresseurs souffrira à nouveau de dépression dans la plupart des cas. Si une personne fait face à la dépression par ses propres forces, elle a toutes les chances d'oublier cet état pour toujours.

Aux États-Unis, les médicaments contre les allergies dépensent plus de 500 millions de dollars par an. Croyez-vous toujours qu’un moyen de vaincre enfin une allergie sera trouvé?

Pendant les éternuements, notre corps cesse complètement de fonctionner. Même le coeur s'arrête.

James Harrison, un résident australien âgé de 74 ans, est devenu un donneur de sang environ 1 000 fois. Il a un groupe sanguin rare dont les anticorps aident les nouveau-nés atteints d'anémie sévère à survivre. Ainsi, l'Australien a sauvé environ deux millions d'enfants.

Des scientifiques de l'Université d'Oxford ont mené une série d'études dans lesquelles ils ont conclu que le végétarisme peut être nocif pour le cerveau humain, car il entraîne une diminution de sa masse. Les scientifiques recommandent donc de ne pas exclure le poisson et la viande de leur régime alimentaire.

Des millions de bactéries naissent, vivent et meurent dans nos intestins. Ils peuvent être vus seulement avec une forte augmentation, mais s'ils se combinent, ils iraient dans une tasse de café ordinaire.

Les dentistes sont apparus relativement récemment. Dès le 19ème siècle, il était de la responsabilité d'un barbier de retirer les dents douloureuses.

Au Royaume-Uni, il existe une loi selon laquelle un chirurgien peut refuser d'opérer un patient s'il fume ou est en surpoids. Une personne devrait abandonner ses mauvaises habitudes et peut-être n'aura-t-elle pas besoin d'une intervention chirurgicale.

La température corporelle la plus élevée a été enregistrée chez Willie Jones (États-Unis), qui a été hospitalisé à une température de 46,5 ° C.

Dans un effort pour sortir le patient, les médecins vont souvent trop loin. Par exemple, un certain Charles Jensen de 1954 à 1994. a survécu à plus de 900 opérations d’élimination du néoplasme.

Chaque personne peut faire face à une situation où elle perd une dent. Cela peut être une procédure de routine effectuée par un dentiste, ou une conséquence d'une blessure. Dans chacun et.

Qu'est-ce que le PCI chez un enfant?

La pression intracrânienne est causée par une quantité excessive (hypertension) ou (hypotension) de liquide céphalo-rachidien qui protège le tissu cérébral des dommages. C'est ce qu'on appelle de l'alcool. Ce problème est souvent dû à une privation prolongée d'oxygène des cellules du cerveau. La pression intracrânienne chez le nouveau-né, qui est légèrement élevée, est normale. Après un certain temps, en règle générale, il se normalise sans intervention.

Pression intracrânienne congénitale

Il existe deux types de PIC: congénital et acquis. Plus difficile dans le traitement de la pression intracrânienne congénitale chez les nourrissons est une conséquence du traumatisme à la naissance, des complications pendant la grossesse. Dire à l'avance s'il existe un risque de présence de cette maladie chez un bébé n'est pas possible. Pendant les examens, il n’ya peut-être pas de prérequis pour le PCI, mais selon les statistiques générales, un cinquième enfant est atteint d’une telle pathologie. La pression intracrânienne acquise chez le nourrisson est le résultat d’une encéphalite, d’une méningite ou d’une blessure.

Les signes de PCI chez les nourrissons

Chaque mère rêve d’un bébé en bonne santé. Il est donc important de pouvoir prévenir l’apparition de la maladie et de détecter rapidement ses symptômes, car une sortie difficile du liquide céphalo-rachidien peut causer des inconvénients et de la douleur au nouveau-né. Beaucoup de nouveaux parents se réjouissent de l'activité de leur progéniture, sont touchés lorsque le bébé se penche ou secoue la tête et ne pensent pas que ce sont les premiers signaux d'alarme.

Symptômes de la pression intracrânienne chez les nourrissons:

  • réveils fréquents la nuit,
  • hyperactivité, irritabilité,
  • Échec prématuré du sein
  • régurgitation abondante, vomissements,
  • mouvements involontaires du globe oculaire,
  • tremblement
  • pleurs fréquents sans cause
  • rotation de la tête
  • forte réaction au changement de temps
  • léthargie
  • retard dans le développement physique, psycho-émotionnel,
  • laisser tomber la tête en arrière.

Veines sur la tête chez les nourrissons

Les jeunes mamans ont souvent peur, se plaignent auprès du médecin de la présence de veines visibles sur la tête du nourrisson. Il n’ya rien de terrible dans ce phénomène, car la peau du nouveau-né est plus fine que celle de tout adulte et la couche de graisse sous-cutanée est insuffisamment développée. Au fil du temps, le maillage veineux deviendra moins visible. Dans certains cas, les veines gonflent et gonflent, ce qui peut être le signe d'un mauvais écoulement du liquide céphalo-rachidien: vous devez consulter un neurologue le plus tôt possible afin qu'il puisse commander le test et les tests nécessaires.

Grand front

Parfois, le premier signe de PIC est un front haut et bombé chez le nourrisson, avec quelques surplombs du crâne à l'arrière de la tête. Il est souvent confondu avec l'hydropisie. Si vous remarquez un écart similaire, regardez les photos des enfants avec ce diagnostic et faites attention à la violation du pédiatre lors de l'examen. Cela peut être le signe d'autres maladies, telles que l'hydrocéphalie ou le rachitisme.Dans tous les cas, ne paniquez pas et demandez un examen supplémentaire du bébé pour vous assurer qu'il n'y a pas de danger.

La divergence des coutures du crâne chez les nourrissons

La particularité du crâne du nouveau-né réside dans la mobilité des plaques osseuses. Cela est nécessaire pour faciliter le passage de l'enfant par le canal de naissance. Parfois, il peut y avoir une différence entre les sutures crâniennes chez les bébés, ce qui revient à la normale en quelques mois et la fontanelle grossit. Si cela ne se produit pas, assurez-vous de consulter le pédiatre qui surveille l'enfant. Il devrait effectuer une étude de la structure de la tête, estimer la taille des espaces entre les plaques et prescrire les mesures préventives ou le traitement nécessaires.

La pression intracrânienne chez les enfants de moins d'un an peut causer de nombreuses difficultés et problèmes de santé chez les personnes âgées. Le succès du traitement dépend principalement de la rapidité de l’assistance fournie. Pour identifier le PCI chez un enfant, il est important de surveiller attentivement son comportement, en particulier au cours des 2 à 3 premières semaines de vie. Parfois, il est très difficile de remarquer les premiers signes de la maladie.

Causes de la pression intracrânienne chez le nouveau-né:

  • hypoxie (manque d'oxygène causé par un enchevêtrement du cordon ou d'autres problèmes)
  • toxémie forte tout au long de la grossesse
  • décollement placentaire ou sa maturation rapide,
  • accouchement grave, traumatisme à la naissance,
  • médicaments imprudents pendant la grossesse,
  • l'hérédité
  • tumeurs cérébrales
  • hémorragie dans la cavité crânienne,
  • blessure grave à la naissance.

Comment fonctionne la pression intracrânienne chez les nourrissons

L'augmentation de la pression intracrânienne chez un enfant se manifeste par une forte anxiété, un changement brusque d'humeur et une hyperactivité. Si votre bébé pleure souvent sans raison, réfléchissez: c’est peut-être l’un des symptômes de la PIC associée à un mal de tête dû à une pression accrue. En outre, le bébé peut refuser de téter, souvent et abondamment pour régurgiter, tourner la tête et rouler des yeux.

Parfois, la pression augmente temporairement, puis elle redevient normale. Il est donc difficile de remarquer le malaise. Dans ce cas, le symptôme principal reste les pleurs sans raison apparente et un comportement agité, ce qui est souvent attribué aux coliques et autres problèmes de l'enfance. Rappelez-vous que normalement, les bébés de moins de 2 mois devraient passer la majeure partie de leur temps dans un état de sommeil, ne pleurant que de l'inconfort dû à une couche mouillée ou à la faim. Si votre enfant se réveille plus de 3 fois par nuit en pleurant et en se cambrant, c'est une raison sérieuse de consulter un pédiatre.

Comment déterminer la pression intracrânienne chez les nourrissons

Un diagnostic correct de la pression intracrânienne chez les enfants commence par une inspection visuelle et une mesure d'indicateurs tels que le volume de la tête et la taille de la fontanelle: chez un enfant d'un an, elle doit croître complètement ensemble. Un autre point important de l’enquête - vérifier le tonus musculaire et la réaction du bébé. Dans 99% des cas, ces méthodes permettent à temps de constater l’écart des indicateurs et de reconnaître la violation. Aux fins de mesures de sécurité supplémentaires, une échographie du tissu cérébral est attribuée à presque chaque enfant à travers l'ouverture de la fontane et, dans certains cas, un encéphalogramme ou une tomographie.

Comment traiter la pression intracrânienne chez les nourrissons

N'oubliez pas que le traitement de la pression intracrânienne chez les enfants est prescrit par un neurologue uniquement après une échographie spéciale ou une tomographie. Les symptômes ne suffisent pas à eux seuls pour prendre des médicaments. Ce n’est qu’après s’être assuré que le diagnostic est correct que les enfants reçoivent des injections d’Actovegin et les enfants plus âgés des comprimés Glycine. Ils améliorent l'absorption du glucose par les cellules cérébrales, normalisent le métabolisme et ont un effet positif sur le sommeil.

L'hypoxie (manque d'oxygène) est souvent la cause de la PIC. Dans ce cas, des procédures spéciales à base d'eau et des sédatifs sont prescrits comme traitement. Il aide à améliorer la circulation sanguine et la saturation du cerveau en oxygène. En règle générale, la pression diminue après un traitement de ce type. Sinon, des médicaments plus forts sont prescrits.

Le spécialiste doit mettre l'enfant sur le compte et fixer une seconde date de visite pour une nouvelle inspection. Souvent, il est nommé après le passage d'un ophtalmologue, qui doit effectuer une étude du fond d'œil et du déroulement du massage pour enfants, nécessaire à l'amélioration globale du bébé. Après toutes les procédures décrites, une mesure répétée du tour de tête, une échographie et une inspection visuelle sont effectuées. Si, à la suite de l'examen, le médecin établit un diagnostic, votre enfant sera enregistré pendant un certain temps avec une inspection obligatoire tous les six mois.

Dans de rares cas, une augmentation du volume et une accumulation de liquide céphalo-rachidien dans les tissus cérébraux peuvent constituer un grave danger et nécessitent une intervention chirurgicale. L'opération est réalisée sous anesthésie générale, un peu de liqueur en excès est éliminé pour normaliser la pression. La rééducation postopératoire implique l'utilisation de médicaments auxiliaires et une surveillance constante par un médecin.

Causes du PCI

La PCI chez les nourrissons survient pour plusieurs raisons. Mais cela produit une quantité excessive de liquide céphalo-rachidien.

Par la suite, la circulation dans la boîte de la moelle épinière est perturbée. Il s'agit d'une cavité spécifique dans laquelle se trouvent le cerveau, le sang et le liquide céphalorachidien (appelé liquide céphalo-rachidien).

Premièrement, le liquide céphalo-rachidien est produit dans le plexus vasculaire. Il est ensuite transporté vers le crâne via le canal rachidien.

Ensuite, le liquide céphalo-rachidien lave le cerveau, le nourrissant ainsi avec de l'oxygène et d'autres substances bénéfiques.

Pendant un certain temps, il continue d’être dans les soi-disant ventricules. Mais plus tard laisse le crâne en raison de sinus veineux.

La liqueur est un fluide vital. Après tout, il protège le cerveau des dommages et du stress possibles. Elle est toujours sous pression. Il y a une mise à jour continue et une circulation d'une zone à une autre.

Un tel cycle dure environ 1 semaine. Mais parfois, il y a un dysfonctionnement dans le corps, à cause de quoi la liqueur s'accumule dans certaines zones. En fin de compte, une pression intracrânienne accrue se produit.

Pourquoi ICP survient-il chez les enfants?

L'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons survient à la suite d'un problème neurologique.

Des maladies telles que l'hydrocéphalie (dans la plupart des cas de sa forme congénitale) peuvent être provocatrices.

Hydrocéphalie - développement anormal du cerveau. Ce processus est causé par une accumulation excessive de fluide dans celui-ci.

Chez l'adulte, l'éventail des causes possibles est beaucoup plus large. Les principales maladies qui provoquent le développement du PCI:

  • rupture d'anévrisme cérébral,
  • Anomalie de Chiari,
  • tumeurs
  • des maladies telles que la méningite ou l'encéphalite.

Parmi les autres raisons, il convient de noter:

  • intoxication du corps,
  • un excès de vitamine A,
  • violation des processus métaboliques. Pour cette raison, un liquide insuffisant pénètre dans le sang,
  • hypoxie cérébrale
  • situations stressantes
  • en surpoids.

Mais c'est typique de l'âge adulte. Et la pression intracrânienne chez les nourrissons est due à des pathologies de nature neurologique. Habituellement, il n'y a pas de problèmes graves.

Avec un traitement en temps opportun, la pression se stabilise.

Les principaux symptômes de la PCI chez un enfant

Les symptômes sont différents. Tout dépend de ce qui a stimulé l'état pathologique.

L'âge du patient compte également.

Les signes de pression intracrânienne chez les nourrissons peuvent être:

  • l'enfant régurgite souvent, et cela ne dépend pas de l'apport alimentaire ni du niveau de satiété,
  • augmentation de la taille de la tête
  • la fonction oculomotrice est altérée,
  • le bébé est extrêmement agité (pleure souvent sans raison apparente),
  • une augmentation significative de la distance entre les coutures de la fontanelle.

Une ICP habituellement élevée est observée dès la naissance du bébé. Mais souvent, le bébé l'obtient en raison de certains facteurs. Par exemple, après les processus infectieux et inflammatoires transférés. Impact négatif et situations stressantes.

En cas de commotion cérébrale ou de blessure, il s'agit d'un symptôme courant.

On remarque souvent que la taille du crâne a considérablement augmenté. Dans ce cas, il convient de mesurer sa taille. Pour le compteur de ce tailleur idéal. Il est important de se rappeler que tous les signes n'indiquent pas nécessairement une faible pression intracrânienne. Il est donc important de poser un diagnostic professionnel.

Le tableau clinique chez les adultes est semblable à ce qui se passe chez les adolescents. Chez les hommes, diminution de la fonction sexuelle. Mais généralement, les symptômes varient en fonction de la cause principale du problème.

Par exemple, lorsque la méningite est à la base d’un changement de PCI, ces signes s’ajoutent à l’état de fièvre ou au dysfonctionnement de la fonction motrice.

En présence de toute blessure s'évanouit. Et avec une tumeur, il y a un trouble de la mémoire et d'autres problèmes caractéristiques de cette maladie.

Principes de traitement

Beaucoup de gens portent un coup dévastateur à la santé en appliquant les méthodes de traitement populaires parmi la population. Mais avec la pression intracrânienne, cela ne donnera aucun résultat positif. De plus, la condition ne fait qu'empirer.

Quoi ne pas faire:

  • prendre des remèdes homéopathiques et divers remèdes à base de plantes,
  • abus d'aller au bain ou au sauna,
  • les médicaments qui affectent la circulation sanguine peuvent nuire à votre santé dans cette situation,
  • Vous ne pouvez pas prendre de drogue. Ceux-ci incluent des complexes de vitamines. Seul un médecin peut déterminer la carence d'une substance.

L'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons est traitée à l'aide d'un traitement visant à stimuler la circulation sanguine. De plus, il est important d'augmenter l'efficacité nutritionnelle du cerveau avec des nutriments. Parfois, il existe un besoin de sédatifs, ainsi que d'agents vasculaires.

Un bon effet peut être obtenu en ayant recours à des procédures physiothérapeutiques. Ceux-ci incluent: électrophorèse, traitement au laser, immersion à sec. Aussi prescrit des médicaments diurétiques.

L'essentiel est de ne pas se soigner soi-même. Le traitement ne doit être prescrit que par un néonatologiste ou un neurologue.

Les symptômes de l'hypertension peuvent devenir perceptibles quelques jours après la naissance.

L'augmentation de la pression intracrânienne chez le nouveau-né est normalisée avec succès à l'aide d'un massage thérapeutique.

Opinion du Dr. Komarovsky

Tout d’abord, le médecin note que la pression intracrânienne change souvent, quel que soit l’âge. Et ce problème est résolu avec succès. Il est nécessaire de s'appuyer sur des indicateurs normaux, en tenant compte de la phase de l'état de veille de l'enfant. Pendant le sommeil, le liquide céphalo-rachidien se déplace plus lentement le long de la moelle épinière.

Même des problèmes mineurs tels que la toux ou l'indigestion affectent le coefficient de pression intracrânienne. Dans cette veine, un parallèle peut être établi entre pression artérielle et pression intracrânienne. Ce dernier est plus difficile à contrôler en raison de diagnostics spécifiques.

Le résultat exact peut être obtenu en introduisant une aiguille spéciale dans le canal rachidien. Mais cette version de l'enquête est extrêmement dangereuse. Pour les enfants, il est utilisé dans des cas exceptionnels.

Des études modernes ont montré qu'une augmentation de la pression intracrânienne est un symptôme de nombreuses maladies. L'hydrocéphalie est la principale maladie qui stimule la PCI. Il est de gravité variable. Il s'agit d'un problème de traitement congénital qui doit être traité le plus tôt possible. L'un des premiers signes est exprimé par une augmentation marquée de la tête. Et pas tellement la taille, mais la dynamique du changement. Mais l'hydrocéphalie est assez rare.

Quant aux nouveau-nés, la PCI est rarement augmentée. Mais cela a de lourdes conséquences. Par conséquent, l'aide des médecins et l'hospitalisation sont nécessaires. Dans de rares cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Mais la priorité est l'utilisation de médicaments.

Que peuvent être des complications?

En l'absence de traitement rapide, des complications sont autant de risques de menacer la santé que la PCI. L'enfant peut commencer à se développer. La pathologie associée à une pression intracrânienne accrue n'est pas courante. Mais ces enfants ont souvent un développement médiocre par rapport à leurs pairs.

Avec le stade avancé de l'hydrocéphalie, le risque de lésions cérébrales augmente. Le handicap physique est possible. Mais une telle maladie ne signifie pas qu'une personne ne peut mener une vie habituelle pour tout le monde. Le bon système de traitement joue un rôle important.

En l'absence d'assistance qualifiée, un enfant de son enfance souffrira de maux de tête. Les déficiences psychomotrices sont perturbées et l'état émotionnel est instable.

Prévention

Comme prophylaxie de la PCI chez les nourrissons, il est recommandé de marcher constamment à l'air frais. Cela normalise l'état émotionnel de l'enfant. De plus, une quantité suffisante d'oxygène a un effet positif sur l'état de la liqueur.

Il est nécessaire de fournir un complexe complet de vitamines à l'enfant. C'est particulièrement difficile à l'alimentation artificielle. Il est important de se rappeler que l'enfant est susceptible à tout son puissant. Par conséquent, l'atmosphère devrait être calme.

Dans le cas de PCI, les jeunes enfants n'ont pas à paniquer. Ce trouble est résolu avec un traitement approprié. Mais n'essayez pas de résoudre ce problème vous-même. Il est également important de prêter attention non seulement aux symptômes cliniques, mais également aux changements de comportement et d'humeur de l'enfant.

Dans la plupart des cas, ce problème peut être détecté à la maison. Et après cela vaut la peine de passer le diagnostic à la clinique. Aussi, ne refusez pas l'hospitalisation. Le traitement à domicile n'est pas aussi efficace.

Augmentation de la pression intracrânienne et son danger

Un fluide (liquide céphalo-rachidien ou liquide céphalo-rachidien) circule à l'intérieur du crâne, qui est formé à partir de sang dans des plexus vasculaires spéciaux situés dans les ventricules du cerveau. Le liquide intracrânien joue le rôle d’amortisseur, atténuant les secousses du cerveau et de la moelle épinière lors des mouvements de la personne, des coups de tête. De plus, le liquide céphalo-rachidien est un vecteur de nutriments et d'oxygène du sang aux cellules du système nerveux central. La pression exercée par le liquide céphalo-rachidien sur le cerveau est appelée intracrânienne.

Pression intracrânienne normale chez les enfants et les adultes

ICP n'est pas une constante pour l'homme. Il peut augmenter légèrement pendant le stress physique et psycho-émotionnel, l'exposition aux stimuli externes. Chez un petit enfant, ICP change s’il pleurait, ne dormait pas, était fatigué, se figeait ou, au contraire, surchauffait. Les performances normales ne doivent pas dépasser certaines limites.

Les indicateurs ICP normaux (en position couchée) correspondent aux valeurs suivantes:

  • pour les nouveau-nés de 1,5 à 6 mm. Hg Art.
  • pour les enfants 1-14 ans 3-7 mm. Hg Art.
  • pour les adultes 3-15 mm. Hg Art.

Une augmentation temporaire due à l'allaitement, à la toux et aux pleurs n'est pas un signe de pathologie. Le danger est l'augmentation constante de la pression intracrânienne chez les nourrissons.

Conséquences de l'augmentation du PCI chez les enfants

Si le temps ne fait pas attention aux manifestations de la pathologie et ne traite pas le bébé, il prendra du retard dans son développement physique et mental. Il sera tourmenté par de graves maux de tête, une possible déficience visuelle, une coordination des mouvements. Par la suite, l'enfant va souffrir d'épilepsie, de troubles mentaux.

Le bébé peut subir un arrêt respiratoire, une perte de conscience et des troubles de la motricité, si la cause de l'augmentation de la PCI est une atteinte du cervelet. La violation de l'écoulement de liquide intracrânien entraîne l'émergence d'une maladie aussi grave que l'hydrocéphalie.Certes, cette pathologie est très rare (environ 1 enfant sur 2 à 4 000).

En règle générale, un traitement compétent en temps opportun conduit à la normalisation de l'indice de PCI, après quoi l'enfant se développera pleinement.

Pathologie congénitale

Les raisons de l'augmentation temporaire du PCI chez un nouveau-né peuvent être:

  • grossesse maternelle grave (toxicose tardive, décollement du placenta),
  • accouchement trop prolongé
  • hypoxie causée par le cou fœtal du cordon ombilical.

Des signes de troubles de la circulation du liquide intracrânien apparaissent chez les nourrissons au cours des premiers jours. Lorsque le corps devient plus fort et que les facteurs qui l’ont provoqué cessent d’avoir un effet néfaste, la pression redevient normalement normale pendant environ six mois.

La pression intracrânienne, en augmentation constante, est une condition indiquant une pathologie congénitale (probablement héréditaire) du développement du cerveau, la présence d’un traumatisme crânien à la naissance, la formation d’une tumeur au cerveau. En conséquence, la production et le débit du liquide céphalo-rachidien avec facultés affaiblies sont altérés. La pression peut également être élevée si le cerveau présente une hémorragie chez le nouveau-né.

Un «dysfonctionnement cérébral minimal» (une pathologie dans laquelle un enfant de plus de 6 mois présente un PCI accru de manière stable) n'est pas nécessairement le signe d'une maladie grave. Mais le fait est que l’enfant a un système nerveux affaibli et que tout stress peut provoquer une augmentation encore plus importante de la pression intracrânienne et une détérioration de la santé. Par conséquent, le bébé devrait être sous la supervision d'un neurologue, deux fois par an pour suivre un traitement préventif. Il faut prendre soin de son système nerveux, éviter les situations stressantes.

Dans ces conditions, le bébé se développera normalement, ses capacités mentales ne seront pas affectées.

Pathologie acquise

Les signes d'un déséquilibre acquis dans la circulation du liquide intracrânien peuvent survenir chez un nourrisson à la suite d'une grave infection du cerveau et de l'apparition de maladies inflammatoires telles que l'encéphalite et la méningite. Les causes de la pathologie peuvent être des ecchymoses à la tête, des blessures à la tête, ainsi que des interventions chirurgicales au cerveau.

La violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien entraîne son accumulation dans le crâne. Jusqu'à environ un an chez un enfant, les plaques osseuses situées dans la zone des fontanelles sont déplacées, car elles ne sont reliées que par un tissu tissé souple. Cette caractéristique anatomique facilite le passage du fœtus à travers le canal de naissance.

Sous la pression du liquide céphalo-rachidien qui s'accumule du fait d'une violation de son écoulement, les os du crâne divergent, ce qui entraîne une augmentation inhabituelle de la tête. L'enfant a une hydrocéphalie.

Ajout: La prolifération précoce du ressort situé sur la couronne d'un bébé allaité peut également entraîner une augmentation du PCI, bien que cela n'entraîne pas toujours la survenue de conséquences dangereuses. Très probablement, la cause est la caractéristique individuelle de son développement, et l'état du corps va rapidement revenir à la normale.

Signes d'augmentation de PCI chez les nourrissons

Les particularités de son comportement et de son développement permettent de deviner que le bébé a augmenté sa pression intracrânienne. Il n'est pas recommandé aux parents de tirer des conclusions indépendantes, en observant tout écart par rapport aux normes généralement acceptées chez un enfant. Pas toujours leur apparence parle de pathologie. Mais vous devez signaler vos soupçons à un médecin capable de reconnaître les symptômes d'une véritable maladie.

Les manifestations les plus caractéristiques de la circulation altérée du liquide intracrânien sont les suivantes:

  1. Mouvement atypique du globe oculaire (un symptôme de Grefe). Quand un enfant a l'air droit, l'œil a l'air normal. S'il baisse les yeux, la protéine est légèrement visible au-dessus de la pupille, de sorte que l'œil apparaît bombé. Ce phénomène est dû au fait que le synchronisme du mouvement du globe oculaire et de la paupière supérieure, qui descend plus tard et n’a pas le temps de fermer la protéine, est perturbé.
  2. Manque de réflexe Moro. Ce réflexe inné se manifeste (y compris dans un rêve) si le bébé est effrayé par un son aigu qui frappe à la surface sur laquelle il repose. En même temps, il jette involontairement la tête en arrière, jette les poignées sur le côté, écarte les épaules et ouvre les poings. Puis il reprend la pose habituelle. Une telle réaction se produit chez un enfant âgé d'environ 4 mois. S'il est absent, cela peut indiquer une hémorragie cérébrale ou un œdème.
  3. Réveil fréquent (plus de 3 fois) la nuit et pleurs prolongés. Jusqu'à deux mois, le bébé dort habituellement la majeure partie de la journée. S'il se réveille souvent, le mal de tête peut en être la cause.
  4. Insuffisance cardiaque précoce, régurgitations constantes, vomissements.
  5. Tremblement des membres et rotation fréquente de la tête (l'enfant tente involontairement de se débarrasser d'un mal de tête).
  6. Gonflement des veines sur la tête. C'est un signe dangereux qu'il ne faut pas ignorer. Mais dans le même temps, il convient de rappeler que chez les enfants, la peau est fine et délicate, le motif veineux est exprimé chez un enfant en bonne santé. Avec l'âge, les vaisseaux sanguins deviennent moins visibles.
  7. Augmentation trop rapide de la tête, acquérant une forme caractéristique: le front devient bombé et large, l'arrière de la tête dépasse.
  8. Sur-croissance intempestive de la fontanelle (toutefois, des déviations individuelles par rapport aux conditions usuelles sont possibles même avec l'état de santé normal du nourrisson).

Ces symptômes, associés à une excitabilité accrue et à un retard dans le développement physique, indiquent la présence d'une ICP accrue.

Méthodes de diagnostic des PIC chez les nourrissons

Un neurologue qui soupçonne qu'un enfant a une PIC élevée se fait prescrire un examen. Vous pouvez clarifier les hypothèses sur les causes de la pathologie et mesurer également la pression du liquide intracrânien sur le cerveau. La mère et l’enfant sont dirigés vers un ophtalmologiste qui, après avoir examiné le fond de l’œil du bébé, sera en mesure de détecter les signes d’une augmentation de la PIC (veines rétiniennes, gonflement du nerf oculaire). Après cela, il devient clair qu'un examen plus approfondi est nécessaire.

La neurosonographie (échographie du cerveau) est une méthode de recherche suffisamment informative. L'image résultante montre clairement des modifications caractéristiques de la taille des ventricules cérébraux, ainsi que de ses autres structures. Pour les enfants dont le printemps n'est pas envahi par la végétation, un transducteur à ultrasons est appliqué sur la couronne.

En utilisant la méthode des ultrasons (ultrasons Doppler) des vaisseaux du cou et du cerveau, on détecte les troubles circulatoires, ce qui provoque une augmentation de la PIC.

Une autre technique utilisant l'échographie est utilisée: l'échoencéphalographie. Sur la surface de la tête, déplacez 2 capteurs. Dans le même temps, recevez une image en deux dimensions du cerveau.

Les examens par ultrasons sont absolument sans douleur et sans danger. Les indications précises de PIC ne sont pas obtenues avec leur aide, mais avec une probabilité élevée, il est possible de confirmer la présence d'une pathologie dans l'état du cerveau. Dans les cas les plus difficiles, des méthodes de tomographie par ordinateur sont utilisées.

Il est extrêmement rare, uniquement lorsque cela est absolument nécessaire, que l’ICP soit mesurée en insérant une aiguille spéciale avec capteur dans le canal rachidien ou dans les ventricules du cerveau.

Traitement avec ICP accru chez les nourrissons

Le traitement consiste à éliminer les causes de la circulation altérée du liquide intracrânien. Les médicaments ne sont prescrits qu'en toute confiance dans le diagnostic. Les moyens sont sans danger pour les nourrissons. Les doses sont sélectionnées individuellement.

Pour réduire la pression intracrânienne, on prescrit aux nourrissons des diurétiques (furosémide), des agents réduisant la production de liquide intracrânien, tels que le diakarbe ou le triampur. Les médicaments nootropes (piracétam, cavinton) sont utilisés dans le traitement. Ils améliorent la circulation sanguine dans le cerveau, accélèrent le métabolisme. Améliorer la nutrition du cerveau aide à restaurer son fonctionnement normal.

Des médicaments neuroprotecteurs (glycine) sont prescrits. Ils sont nécessaires pour renforcer le système nerveux.

Les enfants reçoivent également des sédatifs qui aident à réguler le sommeil. Il est recommandé de marcher beaucoup avec le bébé, de faire une gymnastique spéciale avec lui. La natation a un effet bénéfique sur le psychisme d'un enfant.

En cas d'urgence, un traitement chirurgical est réalisé, par exemple, l'enlèvement d'une tumeur cérébrale ou un défaut anatomique. Lorsque l'hydrocéphalie provoque une dérivation du cerveau - rétablissement chirurgicale du flux sanguin dans ses vaisseaux (élimination de l'ischémie).

Dans des cas particuliers, le liquide du crâne est drainé à l'aide d'un cathéter inséré dans celui-ci ou par abduction de l'excès de liquide céphalo-rachidien dans la cavité abdominale.

Après le traitement, le bébé doit être réexaminé périodiquement, en particulier en surveillant étroitement son développement, en prêtant attention aux moindres écarts. Il est important de se rappeler que le traitement doit être rapide et que seuls des spécialistes qualifiés doivent le nommer. Vous ne pouvez pas compter sur les remèdes populaires et les méthodes d'auto-traitement à domicile.

Jeux de mots et substitution de concept

C’est l’un des phénomènes les plus mystérieux de notre pédiatrie nationale: l’exagération constante du sujet de la pression intracrânienne accrue. "Nos" agents de santé trouvent cette maladie chez presque tous les jeunes enfants (et en particulier le bébé), dont les parents se sont plaints auprès du neuropathologiste au sujet de pleurs trop hystériques, de tremblements du menton, de grands yeux qui roulent et de "bizarreries" similaires dans le comportement du bébé. Les médecins examinent minutieusement les enfants, écoutent les plaintes troublantes de leurs parents, puis parlent au strabisme du scientifique: "Il est évident que l'enfant a augmenté la pression intracrânienne" et prescrivent des médicaments pour stimuler l'activité cérébrale (le plus souvent de la glycine) ou des diurétiques.

Script familier? La situation similaire est observée partout. Ceci est un exemple typique de «surdiagnostic» dans notre pays: quand on prescrit à vous ou à votre enfant un traitement pour ce qui est par nature un processus physiologique absolument normal.

Il est difficile de le dire encore plus clairement et de manière plus accessible à la compréhension parentale que le pédiatre bien connu, le Dr Komarovsky, a déclaré: «Si votre enfant mange normalement, dort plus ou moins normalement, bouge activement et se développe conformément à la norme - alors il n’a aucune pression intracrânienne pathologiquement accrue, bien sur que non! Les enfants avec un PCI élevé ne seront jamais rencontrés sur le terrain de jeu, ils sont à l'hôpital et le plus souvent en soins intensifs. ”

Pression intracrânienne: une excursion dans la science

Qu'est-ce que la pression intracrânienne et pourquoi ne resterait-il pas immobile?

Pour comprendre la différence entre l'imaginaire et le réel ICP élevé, il est nécessaire de comprendre comment fonctionne le crâne humain et de quoi il s'agit.

Donc, le crâne est une cavité. Dans cette cavité se trouvent le cerveau, le sang (et par conséquent les vaisseaux sanguins), ainsi que le liquide céphalo-rachidien - le liquide céphalo-rachidien. La liqueur est produite dans le plexus choroïde, pénètre dans le crâne par le canal rachidien, puis lave le cerveau (apportant nourriture, oxygène, hormones en mouvement, etc.), est temporairement retenue dans les ventricules spéciaux, puis quitte le crâne par les sinus veineux.

Ces trois composantes vitales de notre tête y sont présentes non pas d'une manière ou d'une autre, mais dans une proportion strictement définie (en médecine, c'est la doctrine de Monroe-Kelly): le cerveau occupe 85% de l'espace du crâne, le sang 8% et l'alcool 7%. La somme des pressions des trois composants est notre pression intracrânienne normale.

Le rôle clé dans l'état ICP est joué par le fait que le sang et le liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne ne sont pas présents statiquement (comme le cerveau), mais bougent tout le temps. Mais à des vitesses différentes! Par exemple, lorsque le corps du bébé est au repos - les mouvements du liquide céphalo-rachidien et du sang sont normaux - et la pression à l'intérieur du crâne est également modérée. Mais dès que le bébé paie bien, la vitesse de circulation des fluides augmente, ce qui signifie que la pression intracrânienne augmente pendant un certain temps. Mais pas de panique! Il monte dans la plage normale. Il est important de comprendre qu'il n'y a pas de pathologie dans une telle fluctuation de la PCI. Dans tous les cas, tant qu’il est autonome et sans problèmes, il revient à la normale.

Qu'est-ce qui peut entraîner une augmentation pathologique d'ICP?

Tout est extrêmement simple, en particulier pour ceux qui se souviennent du cours de physique de la 8e année. Il y a un crâne - une cavité osseuse, qui ne peut pas s'étirer, grossit, puis rétrécit. Par conséquent, quand à l'intérieur du crâne un (ou plusieurs) des trois composants qui «y vivent» (médulla, sang et liquide céphalo-rachidien) augmente en taille - la pression à l'intérieur de cette cavité augmente considérablement.

  • Le cerveau peut augmenter en raison d'une tumeur ou d'un processus inflammatoire,
  • Le sang peut augmenter en raison d'un hématome résultant d'une lésion cérébrale traumatique.
  • L'alcool peut augmenter en raison de l'impossibilité de l'écoulement de fluide à travers les sinus veineux.

C’est dans de tels cas que l’on évoque le symptôme d’une augmentation de la pression intracrânienne, qui ne reviendra en soi à la normale que lorsque les facteurs concomitants changeront: le chirurgien enlève la tumeur, le fluide n’est pas pompé par une opération de manœuvre, l’hématome est retiré et .p.

Il y a une maladie, mais pas votre honneur

Ainsi, si nous parlons d'une pression intracrânienne accrue de manière sérieuse et responsable (disons - à un niveau médical civilisé), alors les parents devraient savoir ce qui suit: en réalité, une ICP accrue est toujours le symptôme de maladies extrêmement graves et dangereuses.. En d'autres termes, ce n'est pas une maladie indépendante qui peut être guérie avec des pilules ou des pilules. Un compagnon constant de catastrophes familiales telles que:

  • Blessure grave à la tête,
  • Maladie neuro-infectieuse sévère (méningite, encéphalite, etc.),
  • Hydrocéphalie congénitale (une maladie dans laquelle l'échange de liquide dans le cerveau est perturbé et qui survient en moyenne avec une fréquence de 1: 4000 nouveau-nés),
  • Tumeur cérébrale,

Dans la plupart des cas, toutes ces circonstances entraînent une invalidité profonde de l’enfant. Mais heureusement, toutes ces maladies sont des centaines, voire des milliers de fois moins probables que les neurologues locaux ne le disent, condamnant nos enfants - augmentation de la pression intracrânienne.

Même avec un symptôme très dérangeant chez un bébé (par exemple, rouler les yeux, se lever sur la pointe des pieds, tomber en arrière en cas de pleurs ou d'hystérés persistants, etc.), on ne peut parler de pression intracrânienne dangereuse et pathologique accrue chez l'enfant.

Mon bébé est hyperactif. Est-ce dû à une augmentation du PCI?

Parmi les enfants d'aujourd'hui, chaque tiers est marqué «hyperactif». Capricieux, peu apaisant, explosif, hystérique, "agité", avec un manque d'attention - toutes ces définitions décrivent parfaitement la génération actuelle d'enfants, qui commence tout juste son chemin de vie.

Les premiers symptômes de l'hyperactivité se manifestent même dans la petite enfance (crises de longue durée, pleurs intenses, troubles du sommeil), puis vers l'âge de 6 ans environ, un pic d'hyperactivité particulier se produit, après quoi il s'estompe progressivement. Mais un tiers des bébés - ce syndrome persiste jusqu'à la puberté, et chez certains - pendant toute la vie.

Les parents de ces enfants «désinhibés» se demandent toujours: l'hyperactivité de mon bébé est-elle liée au syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne? Et d'autres ne doutent même pas, mais à la tranche ils sont sûrs de la réponse: oui, ICP est à blâmer pour tout!

En réalité - aucune des manifestations de l'hyperactivité n'a rien à voir avec la pression intracrânienne. Les vraies causes de l'hyperactivité chez les enfants sont:

    L'hérédité. Selon la supervision des médecins, tous les enfants hyperactifs ont un parent du même syndrome.

Travail lourd. Le plus souvent, il s'agit d'un travail long et prolongé, avec un manque d'oxygène ou d'asphyxie.

  • Puissance De nos jours, le syndrome d'hyperactivité est souvent associé au style de nutrition chez l'enfant. L'augmentation du contenu en substances artificielles présentes dans les aliments - agents de conservation, arômes et autres additifs - affecte l'ensemble du corps, y compris les hormones, et donc de manière significative, ainsi que le psychisme de l'enfant.
  • La pression intracrânienne chez les enfants: signes et anti-symptômes

    Si un spécialiste de la clinique vous propose de mesurer la pression intracrânienne chez un enfant avec un appareil donné, ne vous accordez pas. En réalité, la médecine moderne ne connaît que deux manières de mesurer la pression intracrânienne, et les deux sont liées à l’ouverture du crâne.

    Néanmoins, certains signes extérieurs peuvent indiquer que le nourrisson a augmenté de CIP (ce qui, à son tour, peut être le symptôme d'une de leurs maladies dangereuses).

    Chez les nourrissons et les jeunes enfants jusqu'à un an, les principaux signes d'augmentation du PCI sont les suivants:

    • Dépasser le taux de croissance du tour de tête,
    • "Tirer" la fontanelle (quand elle n'est pas retardée comme il se doit, mais au contraire, elle se détache)
    • La divergence des os du crâne,

    Comment mesurer la circonférence de la tête du bébé?

    Pour connaître les véritables indicateurs du tour de tête du bébé, vous devez placer une règle souple (le mètre du tailleur convient) strictement au-dessus des sourcils - à l’avant et au sommet de la tête - dans le dos.

    En moyenne, le tour de tête des nouveau-nés est de 34 cm, puis augmente (en moyenne!) De 1 cm tous les mois. C’est-à-dire que pour la première année de vie, la tête du bébé ajoute environ 12 cm.

    Il est très important de savoir: aucun des signes énumérés d'augmentation de la pression intracrânienne n'est une raison évidente pour poser un diagnostic de «CIP accru». Les symptômes doivent se manifester dans un complexe et être étayés par des études ultérieures - par exemple, une échographie du cerveau et d’autres.

    Se souvenir Les symptômes de la pression intracrânienne accrue ne sont PAS:

    • Fontanelle à fermeture lente,
    • Tout retard de développement ("en retard" a commencé à se retourner, à s'asseoir ou à marcher, ne parle pas, ne parle pas, etc.),
    • La pointe des pieds
    • Saignements de nez,
    • Frisson, tremblement ou tremblement (poignées, jambes ou lèvres),
    • Syndrome d'hyperactivité
    • Sommeil perturbé ou appétit,

    Traitement de la PIC accrue

    Avant d'énumérer les méthodes de traitement, il est logique d'expliquer clairement aux parents qu'il n'est PAS habituel de traiter une pression intracrânienne accrue en médecine civilisée. Donc le traitement d'ICP n'est pas pertinent:

    • Compléments alimentaires,
    • Les préparations phytopharmaceutiques,
    • Remèdes homéopathiques
    • Vitamines et massages,
    • Les médicaments qui affectent la circulation sanguine et le métabolisme dans le cerveau (y compris la glycine),

    Tout ce que les parents devraient savoir sur le traitement de la PCI accrue peut être résumé en deux points principaux:

    • 1 Si le diagnostic est "imaginaire" (C'est le cas même où un neuropathologiste dans une clinique domestique traite une hystérie infantile pour un soi-disant ICP accru) - aucun médicament n'est nécessaire. Cela prendra un peu de temps - et la pression est normalisée par elle-même.
    • 2 Si le diagnostic est réel (c’est-à-dire qu’il est accompagné de maladies dangereuses telles que la neuroinfection, une tumeur au cerveau, un traumatisme crânien grave ou une hydrocéphalie congénitale) - aucun médicament ou médicament alternatif visant à réduire la PC ne pourra vous aider. Ici «l'artillerie lourde» entre en vigueur et les as de leur travail sont les neurochirurgiens, les traumatologues et les spécialistes en réanimation.

    Loading...