Paralysie cérébrale

Les manifestations de la paralysie cérébrale sont diverses - il peut s’agir à la fois de troubles mentaux et de troubles moteurs. À proprement parler, la paralysie cérébrale n’est pas considérée comme une maladie génétique, mais les scientifiques pensent aujourd’hui que le facteur héréditaire est toujours présent. Les principales causes de l'infirmité motrice cérébrale sont les lésions des cellules cérébrales de l'enfant résultant d'une privation d'oxygène due à une hypoxie ou à une asphyxie, ou encore des blessures subies pendant la période prénatale ou postpartum. Le développement de la paralysie cérébrale peut également provoquer des maladies infectieuses et endocriniennes de la mère pendant la grossesse, un rayonnement indésirable, un décollement prématuré du placenta. Les statistiques montrent également qu'environ la moitié des bébés atteints de paralysie cérébrale naissent prématurément.

Signes et symptômes précoces de la paralysie cérébrale infantile

Dans certains cas, les symptômes de la paralysie cérébrale peuvent être remarqués immédiatement après la naissance du bébé. Cependant, parfois, ils apparaissent progressivement et il est extrêmement important de les reconnaître à temps. Les principaux signes de paralysie cérébrale comprennent une activité motrice altérée. Les enfants atteints de paralysie cérébrale commencent plus tard à se tenir la tête, à se retourner, à s'asseoir, à ramper et à marcher. Dans ce cas, les réflexes caractéristiques des nourrissons, ils persistent plus longtemps. Les muscles de ces enfants peuvent être excessivement relâchés ou, au contraire, trop tendus. Dans les deux cas, les membres prennent des positions non naturelles. Environ un tiers des enfants atteints de paralysie cérébrale ont des crampes. Ce symptôme se manifeste souvent non pas dans la petite enfance, mais un peu plus tard.

En outre, il existe des symptômes de paralysie cérébrale, tels que troubles de la vision, de la parole et de l'ouïe, altération de la perception et de la navigation dans l'espace, épilepsie, retard de développement mental et émotionnel, problèmes d'apprentissage, troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal et du système urinaire.

À un âge précoce, le diagnostic de la paralysie cérébrale peut être difficile. Mais les parents devraient consulter un neurologue si:

  • à l'âge d'un mois, l'enfant ne cligne pas des yeux en réponse à un son fort,
  • à l'âge de quatre mois, l'enfant ne tourne pas la tête vers le son,
  • à l'âge de quatre mois, l'enfant n'atteint pas le jouet,
  • à l'âge de sept mois, un enfant ne peut pas s'asseoir sans soutien,
  • à l'âge de 12 mois, l'enfant ne peut pas prononcer les mots,
  • à l'âge de 12 mois, l'enfant effectue toutes les actions d'une seule main,
  • l'enfant a des crampes,
  • l'enfant a un strabisme
  • les mouvements de l'enfant sont trop vifs ou trop lents,
  • à l'âge de 12 mois, le bébé ne marche pas.

La paralysie cérébrale peut se manifester de différentes manières, selon la région du cerveau touchée. Parfois, les manifestations de cette maladie sont mineures, mais dans les cas graves, les violations peuvent être extrêmement graves. Il existe plusieurs types de paralysie cérébrale:

  • Diplégie spastique trouvé dans 40% des cas. Dans cette forme de paralysie cérébrale, la partie du cerveau responsable de l'activité motrice des membres est affectée. Il en résulte une paralysie complète ou partielle des bras et des jambes.
  • Double hémiplégie - La forme la plus grave de paralysie cérébrale, dans laquelle les hémisphères cérébraux sont touchés. Cela conduit à la rigidité musculaire. Les enfants présentant une double hémiplégie ne peuvent pas se tenir la tête, se tenir debout, s'asseoir et se déplacer normalement.
  • Forme hémiparétique, qui se caractérise par des lésions de l’un des hémisphères cérébraux par des structures corticales et sous-corticales, conduit à une hémiparésie des extrémités d’un côté du corps.
  • Forme hyperkinétique, dans lequel souffrent les structures sous-corticales, s’exprime en hyperkinésie - mouvements involontaires. Cette forme de paralysie cérébrale est souvent associée à une diplégie spastique.
  • Forme atonique-astatique se produit lorsque le cervelet est affecté. Les plus touchés sont la coordination des mouvements et un sens de l'équilibre, une atonie musculaire est également observée.

Traitement et réadaptation des enfants atteints de paralysie cérébrale

La rééducation en paralysie cérébrale repose sur deux principes fondamentaux: une approche intégrée et la continuité. En outre, avec la paralysie cérébrale, la correction est nécessaire non seulement pour la motricité, mais également pour la parole, la communication et les compétences intellectuelles.

Le traitement de la paralysie cérébrale est un processus qui dure toute la vie, car une guérison complète est pratiquement impossible. Cependant, cela ne signifie pas que la paralysie cérébrale est une phrase. La plupart des patients atteints de paralysie cérébrale à l'âge adulte peuvent mener une vie normale. Cependant, tout dépend des mesures prises à un âge précoce pour minimiser les dommages pour la santé. Dans l'enfance, le cerveau se développe très activement. Ses capacités compensatoires sont bien supérieures à celles du cerveau adulte. Par conséquent, le traitement de la paralysie cérébrale, commencé dans les premières années, sera le plus efficace.

Le traitement de la paralysie cérébrale vise principalement à éliminer les symptômes. Il serait plus correct de ne pas appeler cela un traitement, mais une rééducation axée sur le rétablissement des fonctions altérées par cette maladie. Une des méthodes les plus efficaces est le massage, qui aide à normaliser le tonus musculaire. Également en rééducation avec paralysie cérébrale, les exercices thérapeutiques sont largement utilisés. La thérapie par l'exercice aide à améliorer la coordination. Mais cela ne produit d'effet tangible que si les cours ont lieu régulièrement tout au long de la vie. Un bon résultat est donné par des cours sur des simulateurs spéciaux.

En l'absence de convulsions, la physiothérapie est également indiquée - par exemple, la myostimulation et l'électrophorèse. De nombreux médecins recommandent également l’électroréflexothérapie pour restaurer l’activité des neurones dans le cortex cérébral - ceci aide à réduire le tonus musculaire, à améliorer la coordination, la parole et la diction.

Dans de nombreux cas, un traitement médicamenteux avec des médicaments améliorant l'activité cérébrale est indiqué.

Infirmité motrice cérébrale et recherche en laboratoire

Des études russes récentes ont confirmé chez des enfants atteints de paralysie cérébrale spasmodique divers troubles métaboliques se traduisant par une hypoxie tissulaire (manque de cellules en oxygène), par la forte intensité d'oxydation radicalaire de lipides (molécules adipeuses), par la tension compensatoire du système antioxydant. Tout cela conduit au développement de maladies de fond, telles que le rachitisme (manque de minéralisation osseuse), l'anémie (déficit en hémoglobine et globules rouges), la malnutrition (déficit en protéines-énergie), ainsi que des maladies chroniques des organes ORL, du tube digestif et des reins. La dépendance directe des troubles biochimiques sur la gravité de la paralysie cérébrale a été déterminée. Par conséquent, le diagnostic individuel et le contrôle du déséquilibre biochimique dans le corps sont importants pour compenser les écarts par rapport à la norme biologique à l'aide de médicaments spéciaux, de régimes alimentaires et d'une correction du mode de vie. En conséquence, le potentiel et l'efficacité de la réadaptation des enfants présentant des retards de développement peuvent être considérablement augmentés.

La paralysie cérébrale provoque des lésions irréversibles dans certaines zones du cerveau. La tâche des médecins et des parents est de corriger les conséquences de la paralysie cérébrale. Il faut accepter le fait que le processus de réadaptation doit être continu et continu.

Matériel de rééducation pour enfants atteints de paralysie cérébrale

Afin d’améliorer la qualité de vie dans le diagnostic de la paralysie cérébrale, il est important de doter l’enfant de matériel de rééducation technique choisi en fonction de ses besoins. Un grand choix de produits pour les enfants atteints de paralysie cérébrale est proposé, par exemple, par la société Armed, l'un des leaders sur le marché du TCP et des équipements médicaux en Russie.

La grande expérience de la société - plus de 20 ans - nous permet de fournir une qualité élevée et de maintenir les prix à un niveau abordable. Donc, pour environ 25 300 roubles, vous pouvez acheter un fauteuil roulant "Armed H 006". Fabriquée en nylon, équipée d’un dossier et d’un siège réglables, la poussette peut être utilisée longtemps pendant la croissance de l’enfant. Un repose-tête souple et un repose-pied pliable, réglable en longueur, procurent un confort accru. La sécurité lors du déplacement fournit une ceinture à cinq points, dont la longueur est facilement ajustable, ainsi qu'une main courante de protection et un abducteur.

Le fauteuil roulant "Armed N 032C" est également remarquable. Ce modèle est facilement ajustable pour l'inclinaison, y compris la position couchée possible - cette fonction peut protéger contre la fatigue et les tensions dans le dos lors de longues marches. Durable et confortable à la fois pour fixer la tête dans la bonne position, un repose-tête souple réglable et amovible avec clips latéraux aide. Vous pouvez également régler la hauteur des accoudoirs et la position des repose-pieds. Inclus est une table amovible. Le prix approximatif est de 23 000 roubles.

La société Armed propose une poussette Fumagalli Pliko (Italie) pour les personnes souhaitant acquérir un modèle de production européenne. Le dossier de la chaise peut être amené en position horizontale, le siège est réglable en profondeur. Le repose-pieds réglable amovible est équipé de sangles qui fixent les pieds - pour la sécurité et le confort du patient. La sécurité est également assurée par une sangle de verrouillage sur la poitrine et le bassin. La poussette est commode pour le stockage, car elle se plie facilement à une taille compacte. Une capuche amovible et une housse de pluie protègent des intempéries. Un avantage important de ce modèle est un bouton de commande personnalisable, pratique pour ceux qui accompagnent toute croissance. Le coût est d'environ 75 000 roubles.

La période de garantie pour tous les modèles ci-dessus est d'un an. La livraison des marchandises est effectuée dans tout le pays. À Moscou et dans la région, la livraison de toutes les poussettes pour enfants atteints de paralysie cérébrale est gratuite.

Informations générales

Selon les statistiques mondiales, la paralysie cérébrale survient à une fréquence de 1,7 à 7 cas pour 1 000 enfants jusqu'à un an. En Russie, cet indicateur, selon différentes sources, serait de 2,5 à 6 cas pour 1 000 enfants. Parmi les bébés prématurés, l'incidence de la paralysie cérébrale est 10 fois plus élevée que la moyenne. Selon des études récentes, environ 40 à 50% des enfants atteints de paralysie cérébrale sont nés d'une naissance prématurée.

Si nous parlons de maladies chroniques de l’enfance, la paralysie cérébrale est l’un des problèmes majeurs en pédiatrie moderne. Parmi les raisons de l’augmentation du nombre de patients atteints de paralysie cérébrale, on parle à juste titre de dégradation de l’environnement, mais aussi de développement progressif de la néonatologie, qui permet désormais d’allaiter des enfants atteints de diverses pathologies, y compris des prématurés de 500 g ou plus.

Causes de la paralysie cérébrale

Selon les concepts modernes, la paralysie cérébrale résulte de l’exposition au système nerveux central d’un enfant de divers facteurs néfastes qui entraînent un développement incorrect ou la mort de certaines parties du cerveau. De plus, l'action de ces facteurs se produit pendant la période périnatale, c'est-à-dire avant, pendant et immédiatement après la naissance de l'enfant (les 4 premières semaines de la vie). Le principal lien pathogénique dans la formation de la paralysie cérébrale est l'hypoxie, dont le développement est causé par divers facteurs causatifs de la paralysie cérébrale. Tout d'abord, pendant l'hypoxie, les parties du cerveau responsables du maintien de l'équilibre et de la fourniture des mécanismes de réflexe moteur sont affectées. Il en résulte des troubles du tonus musculaire, de la parésie et de la paralysie, typiques de la paralysie cérébrale, ainsi que des actes moteurs pathologiques.

Le facteur étiologique de la paralysie cérébrale au cours du développement intra-utérin est une pathologie différente de la grossesse: insuffisance placentaire, rupture prématurée du placenta, toxicose, néphropathie de la femme enceinte, infections (cytomégalovirus, rubéole, toxoplasmose, herpès, syphilis), conflit Rh, menace d'interruption de grossesse.Les maladies somatiques maternelles (diabète sucré, hypothyroïdie, malformations cardiaques congénitales et acquises, hypertension artérielle) et les blessures subies par une femme pendant la grossesse peuvent également conduire au développement de la paralysie cérébrale.

Les facteurs de risque pour le développement de l'infirmité motrice cérébrale affectant le bébé pendant l'accouchement incluent: présentation pelvienne du fœtus, accouchement rapide, naissance prématurée, bassin étroit, grand fœtus, travail trop intense, travail prolongé, travail discoordonné, période anhydre prolongée avant l'accouchement. Ce n'est que dans certains cas, le traumatisme à la naissance est la seule cause de la paralysie cérébrale. Souvent, une naissance difficile, entraînant l'apparition d'une paralysie cérébrale, est le résultat d'une pathologie intra-utérine existante.

L'asphyxie et la maladie hémolytique du nouveau-né constituent les principaux facteurs de risque de survenue d'une paralysie cérébrale dans la période postpartum. L'asphyxie du nouveau-né conduisant à la paralysie cérébrale peut être associée à l'aspiration de liquide amniotique, à diverses malformations des poumons et à la pathologie de la grossesse. Une cause plus fréquente d'infirmité motrice cérébrale après l'accouchement est une lésion cérébrale toxique liée à une maladie hémolytique, qui résulte d'une incompatibilité sanguine ou d'un conflit immunologique entre le fœtus et la mère.

Classification de la paralysie cérébrale

En fonction de la localisation de la région cérébrale touchée en neurologie, la paralysie cérébrale est classée en 5 types. La diplégie spastique est la forme la plus courante de paralysie cérébrale. Selon diverses sources, la paralysie cérébrale de cette forme représente de 40 à 80% du nombre total de cas de paralysie cérébrale. La base de cette forme de paralysie cérébrale est la défaite des centres moteurs, ce qui conduit au développement d'une parésie plus prononcée dans les jambes. Une lésion des centres moteurs d'un seul hémisphère provoque une paralysie cérébrale hémiparétique se manifestant par une parésie du bras et de la jambe du côté opposé à l'hémisphère atteint.

Dans environ un quart des cas, la paralysie cérébrale a une forme hyperkinétique associée à des lésions des structures sous-corticales. Cliniquement, cette forme de paralysie cérébrale se manifeste par des mouvements involontaires - hyperkinésie, aggravés par l'excitation ou la fatigue de l'enfant. Avec des violations du cervelet, une forme de paralysie cérébrale atonique-astatique se développe. Cette forme de paralysie cérébrale se manifeste par des violations de la statique et de la coordination, de l'atonie musculaire. Il représente environ 10% des cas de paralysie cérébrale.

La forme la plus grave de paralysie cérébrale est appelée double hémiplégie. Dans ce mode de réalisation, l'infirmité motrice cérébrale est le résultat de dommages totaux aux deux hémisphères du cerveau, conduisant à une rigidité musculaire, en raison de laquelle les enfants ne sont pas capables non seulement de rester debout et assis, mais même de garder leur tête seuls. Il existe également des variantes mixtes de la paralysie cérébrale, y compris des symptômes cliniques caractéristiques de diverses formes de paralysie cérébrale. Par exemple, une combinaison de la forme hyperkinétique de la paralysie cérébrale et de la diplégie spastique est souvent observée.

Symptômes de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale peut avoir une variété de manifestations plus ou moins graves. Le tableau clinique de la paralysie cérébrale et sa gravité dépendent de la localisation et de la profondeur des dommages subis par les structures cérébrales. Dans certains cas, la paralysie cérébrale est perceptible dès les premières heures de la vie d'un enfant. Mais plus souvent, les symptômes de la paralysie cérébrale deviennent apparents après quelques mois, lorsque l’enfant commence à accuser un retard important par rapport aux normes adoptées en pédiatrie pour le développement neuropsychique. Le premier symptôme de la paralysie cérébrale peut être un retard dans la formation des capacités motrices. Un enfant atteint de paralysie cérébrale ne tient pas la tête longtemps, ne se retourne pas, ne s'intéresse pas aux jouets, ne peut pas bouger consciemment des membres, ne tient pas de jouets. Lorsqu'il tente de poser un enfant atteint de paralysie cérébrale, il ne met pas son pied sur un pied complet, mais se tient sur la pointe des pieds.

La parésie dans la paralysie cérébrale ne peut être que dans un membre, avoir un caractère unilatéral (bras et jambe du côté opposé à la région du cerveau touchée), couvrir tous les membres. Le manque d'innervation de l'appareil vocal provoque une violation du côté prononciation du discours (dysarthrie) chez un enfant atteint de paralysie cérébrale. Si la paralysie cérébrale est accompagnée d'une parésie des muscles du pharynx et du larynx, il existe des problèmes de déglutition (dysphagie). La paralysie cérébrale s'accompagne souvent d'une augmentation significative du tonus musculaire. Une spasticité grave au cours de la paralysie cérébrale peut conduire à une immobilité totale du membre. Par la suite, les enfants atteints de paralysie cérébrale ont un retard dans le développement des membres parétiques, ce qui les rend plus minces et plus courts que les membres en bonne santé. En conséquence, des déformations du squelette typiques de la paralysie cérébrale (scoliose, malformations de la poitrine) se forment. En outre, la paralysie cérébrale survient lors du développement de contractures articulaires des membres parétiques, qui exacerbent les troubles moteurs. Des troubles de la motricité et des malformations squelettiques chez les enfants atteints de paralysie cérébrale conduisent à l'apparition d'un syndrome douloureux chronique avec localisation de la douleur aux épaules, au cou, au dos et aux pieds.

La paralysie cérébrale de forme hyperkinétique se manifeste par des actes moteurs involontaires soudains: tours ou hochements de tête, mouvements convulsifs, apparition de grimaces sur le visage, postures ou mouvements élaborés. La forme atonie astatique de la paralysie cérébrale est caractérisée par des mouvements discordants, une instabilité lors de la marche et de la posture debout, des chutes fréquentes, une faiblesse musculaire et des tremblements.

Dans la paralysie cérébrale, le strabisme, les troubles fonctionnels du tube digestif, les troubles respiratoires et l’incontinence urinaire peuvent être observés. La paralysie cérébrale survient dans l'épilepsie dans environ 20 à 40% des cas. Jusqu'à 60% des enfants atteints de paralysie cérébrale ont des problèmes de vision. Une perte auditive ou une surdité totale est possible. Dans la moitié des cas, la paralysie cérébrale est associée à une pathologie endocrinienne (obésité, hypothyroïdie, retard de croissance, etc.). La paralysie cérébrale s'accompagne souvent d’oligophrénie, de retard mental, de troubles de la perception, de troubles de l’apprentissage, d’anomalies comportementales, etc. degré doux.

La paralysie cérébrale est une maladie chronique mais non progressive. À mesure que l'enfant grandit et que son système nerveux central se développe, il est possible de détecter des manifestations pathologiques jusque-là cachées qui créent le sentiment de la «fausse progression» de la maladie. La détérioration de l'état d'un enfant atteint de paralysie cérébrale peut également être causée par des complications secondaires: épilepsie, accident vasculaire cérébral, hémorragie, anesthésie ou maladie somatique grave.

Diagnostic de la paralysie cérébrale

Bien qu'il n'y ait pas de critères de diagnostic spéciaux pour la paralysie cérébrale. Cependant, certains symptômes typiques de la paralysie cérébrale attirent immédiatement l’attention d’un pédiatre. Ceux-ci incluent: un score faible, défini sur l’échelle d’Apgar immédiatement après la naissance de l’enfant, une activité motrice anormale, des troubles du tonus musculaire, le retard de développement psychophysique de l’enfant, un manque de contact avec la mère. Ces symptômes inquiètent toujours les médecins en ce qui concerne la paralysie cérébrale et constituent une indication pour la consultation obligatoire d'un enfant par un neurologue pédiatrique.

Si vous suspectez une infirmité motrice cérébrale, un examen neurologique complet de l’enfant est nécessaire. Dans le diagnostic de la paralysie cérébrale, des méthodes d'examen électrophysiologiques sont également utilisées: électroencéphalographie, électromyographie et électro-neurographie, investigation des potentiels évoqués, stimulation magnétique transcrânienne.Ils aident à différencier la paralysie cérébrale des maladies neurologiques héréditaires se manifestant au cours de la première année de vie (myopathie congénitale, ataxie de Fredreich, syndrome de Louis-Bar, etc.). L'utilisation de la neurosonographie et de l'IRM du cerveau dans le diagnostic de la paralysie cérébrale permet d'identifier une paralysie cérébrale concomitante accompagnée de modifications organiques (par exemple, atrophie optique, foyers d'hémorragie ou d'ischémie, leucomalacie périventriculaire) et de diagnostiquer des malformations cérébrales (microcéphalie, hydrocéphalie congénitale, etc.).

Un diagnostic complet de paralysie cérébrale peut nécessiter la participation d'un ophtalmologiste pédiatrique, d'un oto-rhino-laryngologiste pédiatrique, d'un épileptologue, d'un orthopédiste pédiatrique, d'un orthophoniste et d'un psychiatre. Si nécessaire, pour différencier la paralysie cérébrale de diverses maladies héréditaires et métaboliques, des études génétiques et des analyses biochimiques appropriées sont utilisées.

Traitement de réadaptation de la paralysie cérébrale

Malheureusement, la paralysie cérébrale est une maladie incurable. Cependant, des mesures de réadaptation débutées de manière globale et continue, mises en œuvre en temps voulu, peuvent considérablement développer les compétences motrices, intellectuelles et d'élocution disponibles pour un enfant atteint de paralysie cérébrale. Grâce au traitement de réadaptation, il est possible de compenser le déficit neurologique présent dans la paralysie cérébrale, de réduire le risque de contractures et de difformités du squelette, d’enseigner à l’enfant la capacité de prendre soin de lui-même et d’améliorer son adaptation. Le développement le plus actif du cerveau, le processus cognitif, l'acquisition de compétences et l'entraînement se produisent avant l'âge de 8 ans. C’est pendant cette période de paralysie cérébrale que des efforts de rééducation maximaux sont nécessaires.

Un programme complet de rééducation thérapeutique est développé individuellement pour chaque patient atteint de paralysie cérébrale. Il tient compte de la localisation et de la gravité des lésions cérébrales, de la présence concomitante de la paralysie cérébrale, des troubles de l'audition et de la vision, des troubles intellectuels, des crises d'épilepsie, des capacités individuelles et des problèmes d'un enfant atteint de paralysie cérébrale. Le plus difficile est la mise en œuvre de mesures de rééducation combinées à la paralysie cérébrale associée à une déficience cognitive (notamment à la suite d'une cécité ou d'une surdité) et à l'intelligence. Pour de tels cas d'infirmité motrice cérébrale, des techniques spéciales ont été développées qui permettent à l'instructeur d'établir un contact avec l'enfant. Des difficultés supplémentaires dans le traitement de la paralysie cérébrale surviennent chez les patients atteints d'épilepsie, dans lesquels un traitement stimulant actif de la paralysie cérébrale peut provoquer le développement de complications. Pour cette raison, les enfants atteints de paralysie cérébrale et d'épilepsie doivent suivre une rééducation par des méthodes spéciales «douces».

La base du traitement de réadaptation pour la paralysie cérébrale est la thérapie par l'exercice et le massage. Il est important que les enfants atteints de paralysie cérébrale soient administrés quotidiennement. Pour cette raison, les parents d'un enfant atteint de paralysie cérébrale doivent maîtriser les techniques du massage et de la thérapie par l'exercice. Dans ce cas, ils pourront traiter indépendamment l'enfant entre les cours de rééducation professionnelle de la paralysie cérébrale. Pour des exercices de physiothérapie et une mécanothérapie plus efficaces chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, des appareils et des dispositifs spéciaux sont disponibles dans les centres de rééducation respectifs. Parmi les derniers développements dans ce domaine, les pneumocompines servant à réparer les articulations et à étirer les muscles ont été utilisées dans le traitement de la paralysie cérébrale, ainsi que des costumes spéciaux permettant, avec certaines formes de paralysie cérébrale, de développer le stéréotype moteur correct et de réduire la spasticité musculaire. De tels outils aident à maximiser l'utilisation des mécanismes compensatoires du système nerveux, ce qui conduit souvent au développement de nouveaux mouvements, auparavant inaccessibles, d'un enfant atteint de paralysie cérébrale.

Les mesures de rééducation dans l'infirmité motrice cérébrale incluent également les moyens techniques de rééducation: orthèses, inserts dans les chaussures, béquilles, marchettes, fauteuils roulants, etc.Ils permettent de compenser les troubles moteurs présents dans la paralysie cérébrale, le raccourcissement des membres et la déformation du squelette. La sélection individuelle de ces fonds et la formation d'un enfant atteint de paralysie cérébrale et capable de les utiliser sont importantes.

Dans le cadre du traitement de réadaptation de la paralysie cérébrale chez un enfant atteint de dysarthrie, des séances d’orthophonie sont nécessaires pour corriger la FFN ou l’OHP.

Traitement médical et chirurgical de la paralysie cérébrale

Le traitement de la paralysie cérébrale avec des médicaments est principalement symptomatique et vise à faire cesser un symptôme spécifique de paralysie cérébrale ou de complications. Ainsi, une combinaison d'infirmité motrice cérébrale et de crises d'épilepsie entraîne la prescription d'anticonvulsivants avec augmentation du tonus musculaire - antispastiques, de paralysie cérébrale associée au syndrome de douleur chronique - analgésiques et antispasmodiques. Le traitement médicamenteux de la paralysie cérébrale peut inclure des médicaments nootropiques, métaboliques (ATP, acides aminés, glycine), néostigmine, antidépresseurs, tranquillisants, antipsychotiques, médicaments vasculaires.

Les indications du traitement chirurgical de la paralysie cérébrale sont les contractures résultant d'une spasticité musculaire prolongée et limitant l'activité motrice du patient. Les ténotomies sont le plus souvent associées à la paralysie cérébrale pour créer une position de soutien pour un membre paralysé. Pour stabiliser le squelette dans l'infirmité motrice cérébrale, on peut utiliser l'allongement des os, la transplantation de tendons et d'autres opérations. Si la paralysie cérébrale se manifeste par une spasticité musculaire grossière symétrique, entraînant l'apparition de contractures et de douleurs, puis interrompre l'impulsion pathologique provenant de la moelle épinière, un patient atteint de paralysie cérébrale peut être une rhizotomie de la colonne vertébrale.

Traitement physiothérapeutique et thérapie animale de la paralysie cérébrale

Les méthodes à effet physiothérapeutique utilisées dans le traitement de la paralysie cérébrale sont parfaitement associées à la thérapie par l'exercice et au massage. Avec la paralysie cérébrale, l’oxygénothérapie, la stimulation électrique des nerfs et des muscles, l’électrophorèse des médicaments, la thérapie par la boue, les procédures thermiques et l’hydrothérapie se sont bien révélés. L'utilisation de bains ordinaires à l'eau tiède pour la paralysie cérébrale réduit la gravité de l'hyperkinésie et réduit le tonus musculaire pendant la spasticité. Parmi les procédures relatives à l'eau prescrites pour la paralysie cérébrale, les bains de conifères, d'oxygène, de radon, de térébenthine et d'iode-brome, des phytovannes à la valériane sont prescrits.

La thérapie pour animaux est une méthode relativement nouvelle de traitement de la paralysie cérébrale: traitement par la communication du patient avec un animal. Les méthodes les plus courantes de thérapie animale pour la paralysie cérébrale comprennent aujourd'hui l'hippothérapie de la paralysie cérébrale (traitement avec des chevaux) et la thérapie du dauphin pour la paralysie cérébrale. Au cours de ces séances de traitement, un instructeur et un psychothérapeute travaillent simultanément avec un enfant atteint de paralysie cérébrale. Les effets thérapeutiques de ces méthodes reposent sur: une atmosphère émotionnelle favorable, la mise en place de contacts privilégiés entre patients atteints de paralysie cérébrale et les animaux, la stimulation des structures cérébrales par le biais de riches sensations tactiles et l’expansion progressive des capacités motrices et motrices.

Adaptation sociale à la paralysie cérébrale

Malgré des déficiences motrices importantes, de nombreux enfants atteints de paralysie cérébrale peuvent être adaptés avec succès dans la société. Les parents et les proches de l’enfant atteint de paralysie cérébrale jouent un rôle important dans ce processus. Cependant, pour résoudre efficacement ce problème, ils ont besoin de l'aide de spécialistes: rééducateurs, psychologues et enseignants des services correctionnels directement impliqués dans les enfants atteints de paralysie cérébrale. Ils veillent à ce que l'enfant atteint de paralysie cérébrale maîtrise au maximum ses compétences en matière de soins personnels, acquiert des connaissances et des aptitudes correspondant à ses capacités et reçoive en permanence un soutien psychologique.

L'adaptation sociale dans le diagnostic de l'infirmité motrice cérébrale contribue dans une large mesure aux cours dispensés dans des jardins d'enfants et des écoles spécialisés, puis dans des sociétés spécialement créées. Leur visite est complétée par des opportunités cognitives et permet à l'enfant et à l'adulte atteint de paralysie cérébrale de communiquer et de mener une vie active. En l'absence de troubles qui limitent considérablement l'activité motrice et les capacités intellectuelles, les adultes atteints de paralysie cérébrale peuvent mener une vie indépendante. Ces patients atteints de paralysie cérébrale travaillent avec succès et peuvent créer leur propre famille.

Prévision et prévention de la paralysie cérébrale

Le pronostic de la paralysie cérébrale dépend directement de la forme de la paralysie cérébrale, de la rapidité et de la continuité du traitement de réadaptation. Dans certains cas, la paralysie cérébrale conduit à une invalidité profonde. Mais le plus souvent, grâce aux efforts des médecins et des parents d'un enfant atteint de paralysie cérébrale, il est possible de compenser dans une certaine mesure les troubles existants, le cerveau en croissance et en développement d'un enfant, y compris celui d'un enfant atteint de paralysie cérébrale, permet aux zones saines du tissu cérébral de jouer un rôle important structures endommagées.

La prévention de la paralysie cérébrale au cours de la période prénatale consiste en une gestion correcte de la grossesse, ce qui permet de diagnostiquer les affections menaçant le fœtus à temps et d'empêcher le développement d'une hypoxie fœtale. Par la suite, le choix du mode d’accouchement optimal et la prise en charge correcte de l’accouchement sont importants pour la prévention de la paralysie cérébrale.

Caractéristique générale de la paralysie cérébrale

Dans la paralysie cérébrale, divers troubles moteurs sont observés. Les structures musculaires sont affectées au maximum, principalement par une altération de la coordination des mouvements. Les troubles de l'activité motrice sont formés en raison de dommages aux structures cérébrales. De plus, le volume et la localisation des lésions cérébrales déterminent la nature, la forme et la gravité des manifestations de troubles musculaires.

Le volume et la zone spécifique de lésion cérébrale chez une personne atteinte de paralysie cérébrale déterminent les formes de pathologie musculaire, qui peuvent être simples ou combinées. Les principaux troubles musculaires de la paralysie cérébrale sont présentés dans les options suivantes:

  • tension musculaire
  • contraction musculaire spastique,
  • divers mouvements de nature involontaire,
  • perturbation de la démarche
  • mobilité réduite.

En plus d'une activité motrice altérée, la paralysie cérébrale peut s'accompagner de pathologies de la vision, de l'audition et de la parole. Très souvent, la paralysie cérébrale est associée à diverses formes d'épilepsie et à un développement mental et mental altéré. En outre, les enfants ont une perception et des sensations altérées. En raison de ces troubles, les personnes atteintes de paralysie cérébrale ont certains problèmes pendant l’alimentation, la miction involontaire et les selles, des difficultés respiratoires dues à une mauvaise position du corps, la formation de plaies de pression et des difficultés à percevoir les informations qui affectent l’apprentissage.

La paralysie cérébrale ne progresse pas, car les dommages aux structures cérébrales sont ponctuels et limités - ils ne se propagent pas et ne capturent pas de nouvelles zones de tissu nerveux. Au cours du processus de croissance et de maturation de l'enfant, il peut sembler que la paralysie progresse, mais tel n'est pas le cas. L’impression de progression de la paralysie cérébrale est due à la croissance de l’enfant, à des difficultés d’apprentissage et à une indication plus claire des symptômes, moins visible jusqu’à ce que le bébé marche, mange seul, etc.

Causes de la paralysie cérébrale

Les causes immédiates à l'origine du développement d'une clinique de paralysie cérébrale sont les processus pathologiques suivants:
1. Violation du développement des structures cérébrales.
2. Manque chronique d'oxygène (hypoxie, ischémie) pendant le développement fœtal et l'accouchement.
3. Infections intra-utérines (le plus souvent causées par des virus de l’herpès).
4. Différentes variantes d'incompatibilité du sang maternel et fœtal (par exemple, conflit rhésus) avec la formation d'une maladie hémolytique du nouveau-né.
5. Traumatisme aux structures cérébrales pendant le développement fœtal et l'accouchement.
6. Maladies infectieuses impliquant le cerveau dans la petite enfance.
7. Dommages toxiques aux structures cérébrales (par exemple, empoisonnement avec des sels de métaux lourds).
8. Mauvaises tactiques de contrôle des naissances.

Chaque cas de développement de la paralysie cérébrale est individuel, et la raison exacte n’est pas toujours claire, car l’influence combinée de plusieurs facteurs est possible, dont l’un est le principal, et tous les autres ne font qu’amplifier l’effet.

Dans le cas général, on peut dire que la paralysie cérébrale est une conséquence de divers facteurs qui perturbent le fonctionnement normal des structures cérébrales. La plus grande contribution est apportée par le manque d’oxygène - l’hypoxie, qui peut se développer avec un décollement prématuré du placenta, la position du fœtus ou du pied du fœtus, une naissance longue ou très rapide, un enchevêtrement du cordon ombilical, etc. infections transmises par une femme pendant la grossesse. Ainsi, le développement de la paralysie cérébrale repose sur divers troubles non héréditaires de la grossesse et de l'accouchement.

Pour faciliter la compréhension, toutes les causes du développement de la paralysie cérébrale peuvent être regroupées en six grands groupes, en fonction de la nature du facteur déterminant:

  • Raisons génétiques - Tout endommagement des chromosomes des père et mère peut entraîner la formation de paralysie cérébrale chez un enfant.
  • Manque d'oxygène du cerveau , pouvant se développer pendant la grossesse et l’accouchement (insuffisance placentaire, hypoxie fœtale, etc.).
  • Causes infectieuses associée à une maladie du bébé, une méningite, une encéphalite, une méningo-encéphalite ou une arachnoïdite au cours des premiers mois de la vie. Ces maladies peuvent entraîner la formation de paralysie cérébrale si elles se présentent sous une forme sévère, sur fond de température élevée, avec un grand nombre de globules blancs dans le liquide céphalo-rachidien et la présence d’un microbe-pathogène.
  • L'empoisonnement est associé à un effet négatif sur le corps d'un enfant ou d'une femme enceinte de poisons ou de médicaments puissants. En règle générale, ce facteur a une forte influence sur la présence de conditions de travail néfastes chez la femme enceinte, au contact de substances radioactives ou chimiques. L'empoisonnement est également possible lors de la prise de médicaments puissants pendant la grossesse.
  • Raisons physiques associée aux effets négatifs des champs électromagnétiques sur le fœtus pendant la grossesse. Cela peut être une radiographie, des dommages dus aux radiations, etc.
  • Raisons mécaniques associés à des blessures à la naissance.

Signes caractéristiques de l'infirmité motrice cérébrale - symptômes de la maladie

La paralysie cérébrale se déroule en trois étapes:
1. Tôt (jusqu'à 5 mois).
2. Résidu initial (de six mois à 3 ans).
3. Résidu tardif (plus de 3 ans).

Selon les stades de la manifestation de la paralysie cérébrale, on distingue les premiers symptômes et les derniers signes de la maladie. Les premiers symptômes de la paralysie cérébrale comprennent:

  • Le retard de développement de l'enfant (ne tient pas la tête, ne se retourne pas, ne tend pas la main vers des objets divers, ne s'assied pas seul, ne rampe pas, ne marche pas)
  • Saisir et autres réflexes des enfants qui persistent plus de six mois.
  • L'utilisation prédominante d'un seul membre supérieur, qui est associée à un tonus musculaire anormal sur le deuxième bras, qui n'est pas utilisé dans les jeux.

Ces symptômes précoces de l'infirmité motrice cérébrale peuvent avoir un degré de gravité différent de presque imperceptible à évident.La gravité des violations dépend du volume du tissu cérébral touché. Par exemple, le tonus musculaire pathologique peut se manifester par une tension excessive ou, au contraire, par la relaxation. Tension - augmentation du tonus musculaire, exprimée dans l'adoption par les membres d'une position forcée et inconfortable (par exemple, jambes croisées comme des ciseaux). La relaxation - diminution du tonus musculaire - entraîne au contraire la pendaison des membres et l’incapacité de tenir la pose. En raison du tonus musculaire pathologique, les mouvements d'un enfant atteint de paralysie cérébrale se caractérisent par les symptômes suivants:
  • sur la netteté
  • soudaineté
  • lent et vermifuge
  • incontrôlable
  • complètement inutile.

Tous les autres symptômes de la paralysie cérébrale sont attribués tardivement. Considérez les signes les plus caractéristiques et les plus communs de la paralysie cérébrale:
1.Difformité squelettique - caractérisé par un raccourcissement du membre du côté affecté. Si vous laissez le problème sans surveillance, une scoliose et une courbure des os du bassin se développent par la suite.
2.Contractures conjointes - Le symptôme est caractérisé par une raideur et une amplitude de mouvements limitée. Dans cette situation, une compression inégale de l'articulation se produit en raison de la différence de ton et de force des différents muscles l'entourant.
3.Les convulsions sont un symptôme particulier qui se manifeste dans les premiers mois de la vie ou quelque temps après le développement de la paralysie cérébrale. Souvent, les crampes sont difficiles à distinguer de l'activité motrice pathologique.
4.Trouble de la déglutition se développe à la suite d'un travail inférieur et du manque d'interaction appropriée et combinée des divers muscles impliqués dans ce processus. L'enfant ne tète pas bien, a des problèmes de nourriture et de boisson et n'est pas non plus en mesure de contrôler la salivation. Par conséquent, la salivation involontaire est une conséquence des troubles de la déglutition chez les enfants atteints de paralysie cérébrale.
5.Déficience auditive exprimé par le fait que l’enfant ne perçoit pas une variété de sons environnants, ce qui affecte grandement le retard dans le développement des capacités de parole.
6.Trouble de la parole - est formé en raison de l'incapacité de coordonner les mouvements exacts et subtils des lèvres, de la langue et de la gorge. Le tonus musculaire est altéré et les enfants ne sont pas en mesure de contrôler le travail des lèvres, de la langue et de la gorge. Ils ne sont donc pas en mesure de reproduire des sons normaux, ce qui complique grandement la parole.
7.Déficience visuelle exprimé dans le développement du strabisme ou de la myopie.
8.Troubles de la dentition exprimé en susceptibilité aux caries, pathologie de la position des dents individuelles, problèmes de nettoyage et structure pathologique de l'émail.
9.Retard mental peut ne pas être chez tous les enfants atteints de paralysie cérébrale. L'invalidité d'une personne dépend du niveau de développement intellectuel. Plus les capacités mentales d'une personne souffrant de paralysie cérébrale sont élevées, plus le degré d'invalidité est faible.
10.Violation de la miction et des selles en raison du travail incontrôlé de divers muscles impliqués dans la mise en œuvre de ces actions physiologiques.
11.Violation des mouvements et du tonus musculaire. Tous les mouvements de l’enfant semblent complètement maladroits, maladroits, blabbed, saccadés et déconcertants. Tous les mouvements sont lents et ressemblent à des vers. En outre, la paralysie cérébrale se manifeste par les violations suivantes des mouvements musculaires chez un enfant:
  • des crampes de gravité variable,
  • les muscles sont très tendus ou détendus,
  • l'absence de réflexe clignotant en réponse à des bruits forts,
  • âgé de plus de 4 mois ne tourne pas la tête vers la source du son à venir,
  • plus de 4 mois n'atteint pas les jouets
  • âgés de plus de 7 mois ne peuvent pas s'asseoir seuls,
  • à partir de 1 an ne prononce pas des mots individuels,
  • utilisation prononcée principalement de la main droite ou gauche jusqu'à l'âge de 12 ans,
  • plisser les yeux
  • difficulté à marcher, les marches sont difficiles, la raideur est visible,
  • en marchant, l'enfant ne se lève que sur les doigts et non sur tout le pied.

Tétraplégie spastique

L’implication d’un grand nombre de structures cérébrales dans le processus conduit au développement de syndrome pseudobulbaire , qui s’exprime en violation des processus de déglutition, de parole, de formation du son, etc. Ce complexe de symptômes inclut le phénomène des pleurs violents ou des éclats de rire pouvant se développer en réponse à une action quelconque (par exemple, toucher une dent avec une cuillère, etc.).

La tétraplégie spastique se manifeste par une parésie des muscles des bras et des jambes, des troubles de la vision, de la parole, de l’attention et du développement mental. En raison de la parésie sévère des muscles des bras et des jambes, il se forme souvent une sorte de chape qui entraîne une déformation de la position normale du corps, des membres supérieurs et inférieurs. Les dommages aux structures cérébrales affectent souvent les nerfs crâniens, ce qui entraîne un strabisme, une atrophie optique avec le développement de la cécité et des troubles de l'audition. Un retard dans le développement mental et des réflexes musculaires normaux entraînent le développement d'une microcéphalie (petite taille du crâne). Les violations de cette forme de paralysie cérébrale étant très graves, une personne n'est pratiquement pas en mesure de maîtriser les compétences de base en matière de soins personnels.

Diplégie spastique

La diplégie spastique est la forme la plus courante de paralysie cérébrale, qui représente jusqu'à 75% de toutes les autres formes de la maladie. Cette forme de paralysie cérébrale est souvent appelée par le nom du premier médecin anglais qui l’a décrite, Petite maladie . Lésion caractéristique des muscles des membres inférieurs, comparée aux bras et au visage, les deux jambes étant impliquées dans le processus. Malgré une plus faible atteinte des muscles du visage et des membres supérieurs, les enfants atteints de la maladie de Little à un âge précoce développent des contractures qui perturbent la forme anatomique normale de la colonne vertébrale et des articulations.

La maladie de Little est le plus souvent détectée chez les bébés nés prématurément. Et les principales raisons de cette forme de paralysie cérébrale sont les hémorragies dans les ventricules du cerveau, la liquéfaction du tissu nerveux et un certain nombre d'autres facteurs. Le symptôme prédominant est la parésie musculaire des membres inférieurs, accompagnée d’un retard dans le développement mental de l’enfant, de la parole et de la psyché, de manifestations partielles du syndrome pseudobulbaire (parésie des cordes vocales, altération de la formation du son). Assez souvent, avec la maladie de Little, les nerfs crâniens sont également impliqués dans le processus pathologique, ce qui entraîne la formation d'un retard dans le développement de la parole et d'un léger retard mental.

Les enfants atteints de la maladie de Little sont parfaitement formés et, avec un fonctionnement plus ou moins normal des membres supérieurs, ils sont en mesure d'effectuer un travail réalisable et de vivre dans la société. L’adaptation à la vie en société est d'autant plus efficace que les perturbations des mains de l'enfant sont minimes.

Forme hémiplégique

La forme hémiplégique de la paralysie cérébrale est caractérisée par l’implication des muscles des membres dans le processus sur un seul côté - droit ou gauche. De plus, on observe plus souvent des violations plus prononcées dans les mains que dans les jambes. Les causes les plus courantes de paralysie cérébrale hémiplégique sont les infarctus cérébraux et les hémorragies. Les enfants atteints de paralysie cérébrale hémiplégique peuvent apprendre à effectuer divers mouvements, mais le développement des compétences musculaires est plus lent que celui de leurs pairs en bonne santé. La capacité d'apprendre et de socialiser est déterminée par le niveau de développement mental de l'enfant et ne dépend pratiquement pas de violations des mouvements musculaires.

Un enfant atteint d’une forme hémiplégique de paralysie cérébrale a une démarche caractéristique, semblable à l’extérieur à Wernicke-Mann pose . La posture de Wernicke-Mann est décrite de manière plus précise et succincte par la phrase suivante: "Tonte des jambes, demande de la main".La jambe affectée est tendue dans la cuisse et le genou, pliée au niveau du pied, l'enfant se met sur les orteils et avance, une jambe complètement droite. La main du côté affecté a la pose caractéristique d'une personne mendiante. Outre les troubles moteurs, avec la forme hémiplégique de paralysie cérébrale, un retard dans le développement mental de l’enfant est observé, de même que la parole. Très souvent, l'infirmité motrice cérébrale est associée à des crises d'épilepsie.

Forme dyskinétique (hyperkinétique)

Cette forme de paralysie cérébrale est le plus souvent formée chez les enfants qui ont eu une maladie hémolytique du nouveau-né. Les enfants malades souffrent de mouvements musculaires involontaires qui peuvent se développer dans n'importe quelle partie du corps. Ce sont ces mouvements involontaires que l'on appelle hyperkinésie ou dyskinésie. Avec cette forme d'infirmité motrice cérébrale, l'hyperkinésie se manifeste sous forme de mouvements lents, visqueux, ressemblant à des vers et de crises convulsives avec contraction musculaire. L'hyperkinésie alterne avec la paralysie et la parésie. Les enfants et les adultes ont une violation de la posture normale du tronc, des bras et des jambes. Les muscles des cordes vocales sont sujets à la parésie, ce qui entraîne une violation de la parole et de la formation du son.

Les capacités mentales de ces enfants sont généralement normales et le développement intellectuel se déroule normalement. Par conséquent, les enfants présentant une forme dyskinétique de paralysie cérébrale sont pleinement formés et capables de mener une vie normale dans la société. L'enfant apprend avec succès à faire un certain travail, même des diplômés d'établissements d'enseignement supérieur et peut travailler avec des personnes en bonne santé.

Forme ataxique

La forme ataxique de la paralysie cérébrale se manifeste par une diminution du tonus musculaire et de forts réflexes tendineux. Très souvent, il existe divers troubles de la parole provoqués par une parésie des cordes vocales et des muscles du larynx, de la trachée, etc. La cause principale de la forme ataxique de la paralysie cérébrale est un traumatisme des lobes frontaux du cerveau et une hypoxie fœtale lors de l'accouchement.

Les signes d'infirmité motrice cérébrale ataxique sont bien évidents:

  • diminution du tonus musculaire
  • membres tremblants
  • violation des mouvements volontaires et de la parole.

En règle générale, ces enfants souffrent d'un retard mental modéré.

Articles d'experts médicaux

La paralysie cérébrale est l’une des maladies neurologiques les plus graves dans laquelle le cerveau est affecté ou non complètement développé, et divers troubles de l’activité motrice se produisent. En règle générale, avec cette maladie, l'enfant a des contractions musculaires réflexes, une altération de la parole, de l'équilibre, ainsi que des crises d'épilepsie, une diminution de sa capacité à apprendre, à comprendre et à s'adapter.

, , , ,

Caractéristiques des enfants atteints de paralysie cérébrale

La principale cause de la paralysie cérébrale est une modification de la structure normale du cerveau. Les principaux symptômes sont divers troubles de la sphère motrice. Les troubles du mouvement sont basés sur une transmission de signaux altérée du cerveau aux muscles et sur l'état pathologique concomitant des groupes musculaires (augmentation ou diminution du tonus). La paralysie cérébrale se caractérise par la présence de troubles moteurs, de la parole, mentaux, émotionnels et volontaires, associés à des lésions de divers groupes musculaires et de tissus cérébraux.

Les difficultés de développement des enfants atteints de paralysie cérébrale sont causées par de grandes difficultés pour effectuer des mouvements coordonnés et complexes. Les caractéristiques des enfants atteints de paralysie cérébrale sont dues à deux facteurs principaux:
1. Violation de la structure normale des tissus du système nerveux central.
2. Restriction d'indépendance due à l'incapacité de se déplacer librement et à une capacité partielle de libre-service.

Tous les mouvements d'un enfant atteint de paralysie cérébrale sont lents. Cela crée la base pour la formation de déséquilibres entre le développement de la pensée et l'idée de l'espace environnant. Le fait est que des connaissances abstraites et des capacités de réflexion logique peuvent être acquises normalement chez un enfant atteint de paralysie cérébrale, sans délai.Mais l'idée de l'espace environnant ne peut être formée correctement que dans des conditions de mouvements constants de l'enfant, au cours desquels la mémoire musculaire et les stéréotypes sont développés, ainsi que le développement de certaines fonctions cérébrales. En raison de ce déséquilibre, les enfants atteints de paralysie cérébrale se sentent souvent très mal, il leur est difficile de maîtriser les gestes mathématiques.

Une autre caractéristique des enfants atteints de paralysie cérébrale est la modification des performances mentales, c'est-à-dire que même dans le contexte d'une intelligence normale, l'enfant est capable de s'engager dans une période de temps plus courte, assimile moins d'informations par unité de temps, par rapport à un pair en bonne santé. En raison de cette caractéristique, les enfants atteints de paralysie cérébrale dans 70% des cas ont un retard mental. L'intelligence de ces enfants peut être différente - à la fois normale et fortement réduite, jusqu'à une morbidité sévère.

La sphère émotionnelle des enfants atteints de paralysie cérébrale présente les caractéristiques suivantes: vulnérabilité, forte sensibilité, attachement aux tuteurs et aux parents. Le retard et les violations du développement mental des enfants atteints de paralysie cérébrale sont principalement dus au manque de travail musculaire (impossibilité de participer à des jeux de plein air, etc.) et à la limitation des contacts avec des pairs en raison de difficultés de communication verbale. Les enfants atteints de paralysie cérébrale ont des troubles de la parole dus à une altération du tonus musculaire, directement impliqués dans la prononciation des sons.

Causes de la paralysie cérébrale

Cette maladie a été décrite en 1860 par le Dr William Little et a longtemps été appelée petite maladie. Après de longues observations, le Dr Little a conclu que la maladie se développait en raison d'une privation d'oxygène du fœtus pendant le travail. En 1897, le célèbre psychiatre Sigmund Freud a suggéré que la cause de la maladie pourrait être le développement anormal du cerveau du fœtus, même dans l'utérus. Cependant, cette théorie a été rejetée jusqu'aux années 1960. En 1980, des experts ont constaté que les lésions subies au cours de l'accouchement entraînaient la paralysie cérébrale dans seulement 10% des cas et que, dans la plupart des cas, les causes en étaient inconnues. À partir de ce moment, les scientifiques ont commencé à étudier plus attentivement la période de développement foetal de 28 semaines à 7 jours d'un enfant déjà né.

La paralysie cérébrale est provoquée par de nombreux facteurs qui perturbent le développement normal du cerveau de l'enfant.

La raison principale est considérée comme une privation d'oxygène, dans laquelle une quantité insuffisante d'oxygène pénètre dans le cerveau (dans l'utérus ou à la naissance) et où des processus irréversibles commencent.

Le manque d'oxygène peut être causé par la séparation du placenta de l'utérus avant la date prévue, la position incorrecte du fœtus dans l'utérus, le travail rapide ou prolongé, des processus pathologiques perturbant la circulation dans le cordon ombilical. Les facteurs de risque de développement de la paralysie cérébrale incluent également les cas où des micro-organismes attaquent le système central imparfait du fœtus, par exemple en cas de naissance prématurée, d'incompatibilité du groupe sanguin ou du facteur Rh de la mère et du bébé, de maladies virales pendant la grossesse, etc.

Les spécialistes accordent une attention particulière à deux causes principales du développement de la maladie: la rougeole rubéole transmise par une femme enceinte et l'incompatibilité entre le sang de la mère et celui de l'enfant. Comme vous pouvez le constater, les raisons principales ne sont pas liées à l'hérédité, mais au déroulement de la grossesse et au processus d'accouchement. Les médecins dans ce cas font un diagnostic de paralysie cérébrale congénitale.

La paralysie cérébrale acquise, qui se développe à la suite d'infections du cerveau ou de lésions cérébrales traumatiques d'un nouveau-né, est moins fréquente. En règle générale, la paralysie cérébrale acquise se développe avant l'âge de deux ans.

, , ,

Symptômes de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale peut survenir dès les premiers jours de la vie ou après quelques mois.Avec les lésions graves, les symptômes apparaissent dès les premières minutes de la vie, avec des troubles légers, la maladie peut se faire sentir au bout d'un moment. Les symptômes de la maladie et leur gravité dépendent également de la gravité de la maladie et des lésions cérébrales. Dans certains cas, les symptômes sont légers, dans d’autres, plus graves, conduisent à une invalidité.

En règle générale, en cas de maladie, les habiletés motrices de l’enfant apparaissent plus tard que prévu, les mouvements peuvent être soit totalement absents, soit inutiles, l’enfant ne tient pas bien la tête, des convulsions apparaissent, le développement de la parole se développe avec un retard important. Si de tels symptômes apparaissent, vous devez immédiatement consulter un spécialiste.

Généralement, les zones du cerveau responsables des mouvements, du tonus musculaire et de l'équilibre sont affectées, de sorte que le cerveau ne peut pas envoyer les signaux appropriés ni contrôler les muscles. Avec de telles violations, augmentation du tonus musculaire, paralysie, contractions réflexes musculaires (contractions musculaires) apparaissent. Le développement de l’enfant n’est pas conforme aux normes en vigueur, il ne bouge pas mal les bras (jambes), commence à tenir sa tête, se roule, montre de l’intérêt pour les choses environnantes, s’asseoir, marcher, etc. beaucoup plus tard que les pairs.

Dans le cas de la paralysie cérébrale, l’enfant ne repose pas complètement sur tout le pied mais repose sur les chaussettes, ne peut pas tenir le jouet dans sa main, le mouvement du pied, le pincement et le desserrage de la caméra se font inconsciemment.

Avec l’augmentation du tonus musculaire, les mouvements de l’enfant sont très limités et, dans certains cas, il perd complètement sa capacité de mouvement.

La paralysie peut affecter le côté gauche ou droit, un seul membre ou les deux.

Les membres paralysés restent sous-développés (plus minces, plus faibles, moins sains), en raison de la paralysie, de la déformation du squelette, des mouvements altérés des articulations peuvent commencer, ce qui conduit à une grande activité motrice.

En raison de lésions cérébrales, la coordination des mouvements est perturbée, ce qui se traduit par des chutes fréquentes, des hochements de tête, des mouvements involontaires, etc. maladies du tube digestif.

, , , ,

Selon la CIM 10, l'infirmité motrice cérébrale est une maladie du système nerveux (G00-G99). Dans la classification des maladies, il est répertorié sous le code G80 dans la section Infirmité motrice cérébrale et autres syndromes paralytiques (G80-G83).

, , ,

Infirmité motrice cérébrale à l'école maternelle

La paralysie cérébrale est une maladie progressive. Avec un traitement approprié, l'état de l'enfant s'améliore avec le temps, mais sa maturation psychologique est nettement à la traîne. Tout d'abord, l'activité cognitive est perturbée. Pour les enfants atteints de paralysie cérébrale, un développement particulier de la psyché est caractéristique, qui est associé à des lésions cérébrales organiques à un jeune âge et à une altération des fonctions motrices, sensorielles et de la parole. Un rôle important du développement mental est la limitation de l'activité motrice, des liens sociaux, des conditions d'éducation et de formation.

La plupart des enfants ont une faible capacité d'apprentissage en raison du manque de formation de représentations spatiales (capacité de distinguer les caractéristiques spatiales, les relations, la capacité de les exprimer correctement, l'orientation dans les relations spatiales). La valeur principale de l'analyseur spatial est l'analyse motrice.

En raison d'une insuffisance motrice en paralysie cérébrale, de problèmes de vision et d'élocution, l'orientation spatiale de l'enfant est à la traîne et de graves perturbations spatiales se manifestent généralement à l'âge scolaire.

, , , , , ,

Diagnostic de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale peut ne pas survenir dès les premiers jours de la vie et le pédiatre chargé de surveiller le développement du nouveau-né doit examiner périodiquement l'enfant afin de diagnostiquer la maladie en temps voulu.

À un âge précoce, les troubles moteurs chez l'enfant peuvent être transitoires et le diagnostic final est généralement posé à la fin de la deuxième année de la vie, lorsque des troubles moteurs graves se manifestent.

Le diagnostic de la maladie vise principalement à observer d'éventuelles anomalies du développement physique et intellectuel. En outre, en cas de suspicion d'infirmité motrice cérébrale, l'imagerie par résonance magnétique est prescrite.

L'analyse instrumentale comprend des informations complètes sur les maladies dont souffrait l'enfant, ainsi que des informations sur le déroulement de la grossesse et la maladie de la mère pendant cette période. En règle générale, les parents signalent un retard de développement, mais un médecin peut parfois détecter certains écarts lors d'un examen de routine.

Pour un diagnostic, un examen physique est extrêmement important, il évalue l’état général, la vision, l’ouïe, la fonction musculaire et la durée du réflexe néonatal.

Avec la forme latente de la maladie, des tests et des tests de développement aideront à diagnostiquer et à déterminer le degré de retard de développement.

Des mesures de diagnostic complètes aident à établir un diagnostic.

Pour exclure d'autres pathologies ou maladies possibles, une tomodensitométrie, une échographie du cerveau peuvent être prescrites pour évaluer l'état du cerveau.

Après avoir établi le diagnostic final, le médecin peut vous prescrire un examen supplémentaire qui aidera à identifier d’autres maladies pouvant se développer parallèlement à la paralysie cérébrale.

, , , , , , , ,

Traitement de la paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale doit être traitée dès le diagnostic et poursuivie de manière continue. Malgré le fait que la maladie est incurable et qu'un traitement approprié est fourni en temps voulu, l'état et la qualité de vie de l'enfant peuvent être considérablement améliorés.

Dans les premières années de la vie, le traitement de la paralysie cérébrale repose sur la réduction des crampes, du tonus musculaire, de l'amélioration des mouvements articulaires, etc. En conséquence, les risques de déformation du squelette chez l’enfant sont réduits, sa capacité à maintenir l’équilibre, à garder la tête, à effectuer des mouvements normaux avec les membres et à acquérir les compétences nécessaires pour prendre soin de soi.

Un pédiatre, un neurologue, un orthophoniste, un orthopédiste, un psychiatre et un rééducateur doivent surveiller les enfants atteints de paralysie cérébrale. Une approche intégrée de tous les spécialistes vous permettra d’adapter le plus possible l’enfant à la vie.

Pour chaque enfant, un spécialiste développe son propre programme de formation. Dans certains cas, il est nécessaire d'utiliser du matériel supplémentaire (simulateurs, échelles).

Le traitement doit associer plusieurs méthodes, médicaments habituellement prescrits, exercices thérapeutiques réguliers, traitement chirurgical, l'aide d'un orthophoniste, d'un psychologue, d'un traitement en sanatorium.

Dans la mesure du possible, il faut apprendre à un enfant atteint de paralysie cérébrale à lui rendre les mouvements accessibles et à lui apprendre à prendre soin de lui-même.

Le traitement médicamenteux comprend la nomination de médicaments empêchant les dommages neuronaux au cerveau, d'antioxydants, de médicaments vasculaires, de vitamines, etc.

Souvent, en cas de paralysie cérébrale, on prescrit à l'enfant des injections intraveineuses de cérébrolysine, de céraxon, de somazine, de piracétam, de pellicules, d'injection intramusculaire, de cortexine, de piracétam, de céraxone, de neurovitane ou de glycine (traitement).

Tous les médicaments sont prescrits par un neurologue. Des médicaments sont utilisés pour réduire le tonus musculaire (midlocal, baclofène). Dans les cas graves de la maladie, des injections de proserine ou d'ATP sur des points actifs ou l'introduction de toxine botulique (dysport, botox) sont prescrites. Le médicament prescrit par un spécialiste est injecté dans le muscle à l'étroit avec une aiguille spéciale (à plusieurs endroits), la procédure est assez efficace, mais après six mois, une seconde injection est nécessaire.

Dans le cas des crises d'épilepsie, les médicaments sont prescrits individuellement, en tenant compte de l'âge, de la gravité et de la fréquence des crises, ainsi que des maladies concomitantes. Habituellement, l’acide valproïque, la lamotrigine sont prescrits.

Les médicaments sont prescrits pour réduire les symptômes graves de la maladie. Dans certains cas, il est nécessaire de nommer des analgésiques, des antispasmodiques, des antidépresseurs, des antipsychotiques.

Des exercices de physiothérapie sont indiqués quotidiennement pour les enfants atteints de paralysie cérébrale. Pendant la gymnastique, on observe une amélioration progressive, l'enfant maîtrise de nouveaux mouvements, il commence à s'adapter progressivement à son corps et au monde qui l'entoure.

Pendant les cours, les parents devraient apprendre à faire eux-mêmes des massages et de la gymnastique, ces mouvements étant nécessaires au quotidien à l'enfant.

La physiothérapie comprend également des jeux, par exemple, pour apporter ou prendre un objet, des cours sur simulateurs ou avec des appareils spéciaux.

Les méthodes physiothérapeutiques comprennent la balnéothérapie, l’électrophorèse médicamenteuse, la stimulation électrique des muscles, des nerfs, le rayonnement thermique, etc. Ces méthodes permettent de réduire le tonus musculaire, les contractions musculaires, de développer des articulations et d’étirer la colonne vertébrale. Plusieurs procédures sont souvent prescrites pour améliorer l’effet.

En cas de violations graves des mouvements des articulations, une opération est prescrite pour allonger les tendons, les muscles, se greffer ou couper les tendons pour réduire les spasmes, intervention chirurgicale sur les nerfs.

Le traitement le plus efficace contre la paralysie cérébrale est la thérapie au dauphin, qui devrait être supervisée par un spécialiste. Comme le montre la pratique, les dauphins trouvent rapidement le contact avec un enfant malade et contribuent au développement des analyseurs, notamment visuels et tactiles.

Lorsqu'un enfant touche un animal, les fonctions réflexes responsables du fonctionnement du système nerveux s'améliorent. Les dauphins créent une sorte de massage de l'eau avec leurs nageoires, et l'eau réduit la charge sur les articulations, entraîne les muscles.

Massage pour paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale s'accompagne généralement d'une augmentation du tonus musculaire, de spasmes, etc. Le massage avec une paralysie cérébrale donne un résultat positif, améliore l'écoulement sanguin de la lymphe et du sang, améliore le métabolisme, augmente la masse musculaire et la capacité d'adaptation de l'enfant.

Avec la paralysie cérébrale, le massage aide à détendre les muscles tendus, à stimuler les muscles affaiblis.

Le spécialiste effectue un massage sur un groupe musculaire spécifique, souvent en combinaison avec des exercices de respiration.

Au cours du massage, diverses techniques sont utilisées, en tenant compte de l'état général de l'enfant, de la gravité de la maladie, etc.

Une séance ayant lieu après des interventions thermiques et après avoir pris des médicaments, l’enfant doit être dans une position dans laquelle les muscles sont relâchés autant que possible.

Avec la paralysie cérébrale, classique, segmental et acupression sont utilisés.

Le massage classique vise la relaxation maximale des muscles tendus, le tonus des muscles affaiblis. Avec ce massage, on utilise des mouvements caressants, roulants, pincés, frottants.

Le massage par acupression est recommandé dès le plus jeune âge, lorsque la fonction musculaire est altérée. La plupart des points sont situés dans la zone des tendons. Ce type de maximum montre l'efficacité après un massage classique ou segmentaire.

Le massage segmentaire est destiné aux impacts sur les muscles des bras, des jambes, de la ceinture scapulaire, du bassin. Pendant le massage, on utilise des vibrations, des pétrissages, des caresses, des frottements ainsi que du sciage ou du forage.

Comment se forme la paralysie cérébrale?

Les troubles du mouvement surviennent lors de dommages au cerveau de deux types:

  • Changements dans les cellules nerveuses d'un cerveau initialement normal
  • Lésions cérébrales primaires

Sous l'influence d'un facteur dommageable sur les cellules nerveuses, des défauts très divers apparaissent. La raison en est la vulnérabilité particulière de ces structures cérébrales qui se développent actuellement de manière intensive.Par conséquent, certains enfants atteints de paralysie cérébrale ont plus de difficultés à bouger les bras, d’autres ont des jambes et d’autres ont une coordination.

La forte incidence de paralysie cérébrale chez les enfants nés principalement avant 33 semaines est due à un cerveau immature et à des artères imparfaites. Chez les bébés nés à terme et en bonne santé qui souffrent du manque d'oxygène, le sang est distribué de manière à ne pas endommager le cerveau. Les petits enfants, en particulier ceux sous ventilation mécanique, ne disposent pas d'un tel mécanisme. Par conséquent, avec l'hypoxie, certaines parties du cerveau meurent, laissant des cavités à leur place.

Raisons du développement de la paralysie cérébrale

  • Selon les statistiques, la plupart des enfants atteints de paralysie cérébrale sont nés à l’heure normale de leur naissance et des violations ont été commises pendant la grossesse.
  • Seulement 10% des enfants malades avaient une asphyxie ou un traumatisme à la naissance
  • Parallèlement aux troubles moteurs, les enfants atteints de paralysie cérébrale souffrent souvent de déficience auditive, de déficience visuelle, de troubles de la parole et de troubles mentaux.

Facteurs après la naissance

  • Blessures à la tête
  • Infections (à la fois transmises au moment de la naissance et reçues dans les premiers jours de la vie)
  • Empoisonnement avec des drogues et des substances toxiques

En raison de la variété des manifestations de la paralysie cérébrale, il existe de nombreuses classifications différentes. Le principe de base pour la séparation des symptômes est le degré de dommage et le nombre de membres dans lesquels le mouvement est difficile:

Le syndromeChangements dans le cerveauCauses communes
Diplégie spastique
  • Les foyers de la mort
  • kystes (leucomalacie périventriculaire)
  • Prématurité et légèreté
  • Manque d'oxygène (hypoxie)
  • Infection
  • Dysfonctionnement thyroïdien
Tétraplégie spastique
  • Leucomalacie périventriculaire
  • Multiples foyers de mort
  • Malformations
  • Manque d'oxygène
  • Infection
  • Dysfonctionnement thyroïdien
  • Trouble du développement des embryons
HémiplégiePlus commun - hémorragie cérébrale
  • Trouble de la coagulation sanguine
  • Maladies héréditaires et malformations
  • Infection
Forme extrapyramidaleLa défaite d'une certaine zone du cerveau (basal)
  • Asphyxie
  • La défaite de la bilirubine (avec jaunisse sévère)
  • Maladie mitochondriale

Hémiplégie

C'est une violation de la fonction des mêmes bras et des mêmes jambes, le plus souvent - à droite. La main souffre davantage. À la naissance, tout le réflexe est préservé, mais avec le développement du bébé, une diminution de la fonction de la main du côté affecté devient perceptible.

  • le ton de la main est élevé, il peut être plié dans toutes les articulations et pressé contre le corps
  • l'équilibre et les postures assis et debout se forment presque à l'heure
  • l'intelligence souvent ne souffre pas
  • les crises sont possibles

Forme extrapyramidale (hyperkinétique)

C'est un type particulier de paralysie cérébrale. La défaite est due à une incompatibilité du sang de la mère et du fœtus ou à une grave prématurité.

  • le ton est souvent réduit
  • les enfants tiennent mal la tête
  • plus tard, il y a des épisodes d'hypertonicité, des mouvements violents
  • la marche autonome devient possible après 4-6 ans
  • déglutition, la prononciation des mots et des sons peut être altérée
  • l'intelligence reste intacte dans la plupart des cas

Les mouvements violents dans la paralysie cérébrale sont des types suivants:

  • Mouvements choréiformes - mouvements brusques et rapides des hanches et des épaules
  • Mouvements d'athétoïdes - mouvements lents et tordus des mains et des pieds en forme de ver
  • Forme mixte - athétose et chorée en même temps

Tous les mouvements violents augmentent avec le stress et les réactions émotionnelles, diminuent dans un état calme et disparaissent complètement pendant le sommeil.

Gravité de la paralysie cérébrale

Tous les symptômes susmentionnés de la paralysie cérébrale peuvent se manifester à des degrés divers. La gravité dépend le plus souvent de la taille de la lésion cérébrale. Le début des exercices de thérapie physique et de la correction de la parole joue un grand rôle.

  • Degré facile. Un enfant peut se déplacer sans aide, faire ses devoirs, fréquenter une école ordinaire et apprendre la plupart des métiers.
  • Degré moyen. L'enfant a besoin de l'aide de personnes extérieures, mais la socialisation est possible.
  • Degré sévère. L'enfant est complètement dépendant des autres, ne peut pas se servir lui-même.

Diagnostic différentiel

Grossesse et accouchementLa condition du nouveau-néPremiers mois de vieDiagnostics
Paralysie cérébrale
  • Grossesse compliquée
  • Travail rapide ou prolongé
  • Faible travail
  • Faible poids
  • Prématurité
  • Besoin de ventilation mécanique
  • La jaunisse du nouveau-né
  • Scores bas Apgar
  • Souvent - augmentation de l'excitabilité ou de la léthargie.
  • Tonus musculaire élevé, réflexes "d'enfants" existants.
  • Parfois, hydrocéphalie, crampes
Inspection par un neurologue. Échographie, EEG, CT, IRM.
Phénylcétonurie et autres maladies liées au métabolisme des acides aminésSouvent - sans fonctionnalitésSouvent - sans fonctionnalités. Parfois - symptômes similaires à la paralysie cérébraleSouvent - sans fonctionnalités. Parfois - symptômes similaires à la paralysie cérébraleAnalyses biochimiques
MucopolysaccharidoseSouvent - sans fonctionnalitésCaractéristiques: crâne large, front débordant, nez enfoncé, langue large, déformation de la poitrine et de la colonne vertébrale. Doigts courts, gros ventreDiminution du tonus musculaireAnalyse spéciale des urines et du sang pour les enzymes
NeurofibromatoseSouvent - sans fonctionnalitésSouvent - sans fonctionnalitésDiminution du tonus musculaire.Signes externes caractéristiques
Amyotrophie vertébrale de Verdnig-HoffmannSouvent - sans fonctionnalitésHypotension prononcée avec une posture détendue caractéristique sous forme congénitale. Sans fonctionnalités - à un stade précoceHypotension musculaire sévère sous forme congénitale.Électromyographie
Hypothyroïdie (diminution de la fonction thyroïdienne)Souvent - dysfonctionnement de la glande thyroïde chez la mèreGrande masse corporelle, gonflement des jambes, hypotension prononcéeSomnolence, tendance à la constipation, léthargieRecherche sur le statut hormonal

suite du tableau - PERFECTIONNEMENT DE L'ENFANT

Troubles moteursIntelligence, paroleSyndromes supplémentairesPossibilité d'acquérir de nouvelles compétences
Paralysie cérébrale
  • Avec des formes spastiques: tonus aigu, réflexes musculaires pathologiques.
  • Dans les formes hypotoniques: tonus musculaire diminué et inégal, mouvements violents
Diminution de l'intelligence à des degrés divers ou à la norme. La parole est souvent difficile, voire impossible.
  • L'hydrocéphalie
  • Microcéphalie
  • Crampes
Dans de nombreux cas, les compétences sont formées, avec un décalage important.
Phénylcétonurie et autres maladies liées au métabolisme des acides aminésAugmentation des réflexes tendineux.Apparition à la fin de la première année de vie. Inhibition Trouble de la parole.
  • L'apparition de strabisme, globes oculaires tremblants
  • Crampes
  • L'hydrocéphalie
  • Microcéphalie
Le déficit croissant de toutes les fonctions, la perte des compétences acquises
MucopolysaccharidoseMuscle hypotonique.Diminution de l'intelligence à des degrés divers.
  • Dommage pour le coeur, les yeux
  • Petite taille
Fortement réduit
NeurofibromatoseMuscle hypotonique.Ralentir le développement psychomoteur. L'intelligence ne souffre souvent pas.Formations tumorales sur la peau, la moelle épinière et le cerveau. Colore la couleur du café avec du lait sur la peau.Sauvé
Amyotrophie vertébrale de Verdnig-Hoffmann
  • Avec une forme congénitale, la maladie s'aggrave progressivement, une pneumonie se joint, la mort survient par arrêt respiratoire.
  • Dans une forme précoce après un an - hypotension musculaire.
Dans la forme précoce, il ne souffre pas ou est légèrement réduit.Le plus souvent - détérioration et perte de compétences, y compris l'immobilité.
Hypothyroïdie (diminution de la fonction thyroïdienne)Hypotone musculaireSans traitement, l'intelligence chez les enfants est réduite à des degrés divers.Vue caractéristique de l'enfant:
petite taille
gros ventre
cheveux ternes
pont de nez large
yeux étroits
bouche entrouverte
peau sèche.
Sauvé quand le traitement a commencé à l'heure

À quel âge la paralysie cérébrale est-elle diagnostiquée?

Bien que la paralysie cérébrale soit souvent présente dès les premiers jours, il est difficile de remarquer les symptômes de la maladie chez le nouveau-né. Les mouvements de l'enfant sont limités et il passe la majeure partie de la journée dans un rêve. Seules les formes les plus graves de la maladie peuvent être identifiées à un stade aussi précoce.

À l'âge de 3-4 mois, certains réflexes d'enfants disparaissent chez des enfants en bonne santé, ce qui leur donne la possibilité de développer et d'acquérir de nouvelles compétences. Chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, ces réflexes persistent, nuisant au développement moteur ultérieur. A ce stade, nous pouvons assumer le risque de développer la maladie avec une probabilité plus élevée.

  • L'enfant est souvent mou, ne pas avaler, ne pas sucer, il n'y a pas de mouvements spontanés
  • dans 3-4 mois les réflexes disparaissent chez les enfants en bonne santé:
    • Moro - dispersion des poignées lors de la levée et de l'abaissement abrupt du corps
    • Crawls - l'enfant essaye de ramper tout en maintenant les talons de sa main
    • Marche réflexe - avec le soutien de l’enfant dans une position verticale légèrement inclinée, il prend les doigts.

    Tous ces réflexes sont des enfants. à un âge plus avancé, ils entravent l'acquisition de nouvelles compétences, ce qui se produit avec la paralysie cérébrale.

Les parents doivent être alertés si après 4 à 6 mois, le bébé est très excité ou léthargique, ne correspond pas au moment choisi pour l'acquisition des compétences, s'assied et se tient debout de manière asymétrique, épargnant la moitié de son corps ou de ses jambes. Dès l'âge d'un an, les parents peuvent remarquer des mouvements involontaires chez l'enfant.

Pour plus d’informations sur les compétences qu’un bébé devrait avoir chaque mois et sur la conformité du développement de l’enfant avec les normes, voir «Journal de développement de l’enfant de la naissance à trois ans», A.M.Kazmin, L.V.Kazmina, 2001. Ceci est une liste très compréhensible et détaillée de compétences à un certain âge. Elle indique les dernières dates de leur apparition. Si les compétences sont en retard, cela peut être un signe de retard de développement, y compris de signes de paralysie cérébrale.

Dans le cas de la paralysie cérébrale, des symptômes allant jusqu’à un an se font sentir dans presque 100% des cas. Les compagnons d'infirmité motrice cérébrale peuvent également rejoindre cet âge.

Des complications

Malgré le fait que les centres de lésion dans le cerveau ne grandissent pas avec l’âge, la condition d’un enfant malade peut s’aggraver en raison de la formation de postures et de modes de mouvement incorrects. Le manque de communication avec les pairs et la négligence pédagogique peuvent entraîner une aggravation de la parole et des troubles émotionnels:

  • système moteur altéré
    • Contractures (flexion persistante des bras et des jambes due à un tonus prolongé).
    • Les contractures peuvent être si fortes qu'elles entraînent des dislocations articulaires.
    • Déformation du type de "pied de cheval", lorsque l'enfant marche exclusivement sur les orteils
    • Courbure de la colonne vertébrale, de la poitrine et du bassin, déformation due à une posture incorrecte prolongée pendant la marche et la position assise
  • trouble de la parole
  • problèmes psychologiques dus à l'isolement social

Objectifs de traitement:

  • Stimuler l'enfant à l'émergence d'habiletés de soins personnels, de mouvements et de mouvements appropriés de tout le corps.
  • Empêcher l'apparition de postures incorrectes, contractures et courbure de la colonne vertébrale.
  • Créer les conditions pour le développement complet de la parole et la formation d’une activité psycho-émotionnelle.

Le traitement des enfants atteints de paralysie cérébrale est déterminé par un spécialiste, car de nombreux facteurs doivent être pris en compte: la forme de la paralysie cérébrale, sa sévérité, le maintien des autres compétences, le niveau de développement intellectuel, l'âge de l'enfant et les maladies associées.

Massage et thérapie par l'exercice

Une étape très importante du traitement, réalisée tout au long de la vie de l'enfant. Si un bébé en bonne santé n’a besoin que d’un léger massage avec les mains de sa mère, alors en cas de paralysie cérébrale, il est nécessaire de faire appel à un spécialiste. Cela vous aidera à choisir des exercices et des massages pour les bons groupes musculaires. Un massage et des exercices inappropriés peuvent aggraver l'état de l'enfant.

Correction de mauvaises poses

Chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, des postures pathologiques peuvent apparaître en raison d'un tonus musculaire déséquilibré. À l'avenir, cela ralentira leur développement et entraînera des contractures et des conséquences irréversibles. La correction de telles poses est effectuée à l'aide de dispositifs spéciaux: entretoises, pneus, rouleaux, boucliers, bandages, verticalisateurs.

Autres méthodes

  • Physiothérapie visant à soulager les spasmes musculaires douloureux
  • Correction des troubles de la parole (séances individuelles et en groupe avec un orthophoniste)
  • L'élimination de l'exclusion sociale est un point extrêmement important sans lequel le succès du traitement ne peut être élevé.
  • Thérapie d'hippopotames et de dauphins. La communication avec les animaux permet aux enfants d'améliorer la parole, la coordination et de s'adapter à la vie en société (voir hippothérapie).

Les parents de bébés atteints de paralysie cérébrale doivent comprendre le principe de base: les cours et le traitement dureront toute la vie. La paralysie cérébrale est une maladie multisymptomatique. Par conséquent, un neurologue, un physiothérapeute, un médecin en physiothérapie, un chirurgien, un orthophoniste et un psychologue participent au traitement. Dans la plupart des grandes villes du pays, il existe des centres de traitement de la paralysie cérébrale, où tout le nécessaire pour une rééducation réussie est présent. Grâce aux spécialistes et à la famille, un enfant malade peut acquérir de nombreuses compétences, acquérir un métier, socialiser et se sentir membre à part entière de la société. Les cliniques et les sanatoriums acceptent les conditions générales et commerciales des patients.

La naissance d'enfants atteints de paralysie cérébrale est toujours un choc pour les parents. Pour apprendre à vivre avec cela et aimer votre bébé, peu importe le temps, il faut parfois du temps. Par conséquent, il est recommandé de faire appel à un psychologue pour résoudre les problèmes familiaux, accepter la situation et trouver une harmonie avec vous-même et le bébé.

Liste de certains centres de réadaptation pour enfants atteints de paralysie cérébrale

TitreAdresse, téléphone
PologneEuromedhttp://www.euromed-rehabilitacja.pl/
ElektrostalCentre de rééducation "Spark"Elektrostal, st. Tevosyan, d.27, téléphone + 7 (496) 573-54-44
SamaraSamara complexe thérapeutique "Reatsentra"(846) 205-03-43 Nouvelle impasse 21 "A"
VoronezhCentre régional de réadaptation pour enfants et adolescents handicapés "Sail of Hope"Voronezh, st. Plekhanovskaya, 10 tél. 255-48-38 fax: 255-38-70
TulaCentre régional de réadaptation de ToulaTula
VologdaCentre régional de Vologda
Saint-PétersbourgInstitut "Turner" - FSBI "NIDOI nommé d'après G.I. TURNER"Saint-Pétersbourg, Pouchkine, Park Street. maison 64-68
BelgorodCentre de réhabilitation régional de Belgorod, responsable du centre de Sverguzov
MoscouPNJ sur LodochnayaVille de moscou Bateau, date 15, bâtiment 2
MoscouCPS à SolntsevoMoscou rue Solntsevo Aviatorov, 38
MoscouCentre d'éducation médicaleMoscou, constructeurs, 17b
MoscouDans SUN, Aviatorov St., 38 Centre de logopédieMoscou AU SOLEIL, rue Aviatorov, 38 ans Nikolojamskaya, 20

Tatyana Nechay, membre du conseil de surveillance du Fonds d'aide aux enfants handicapés atteints de paralysie cérébrale "Adeli", parle de centres de réadaptation:

«Comme nous avons des parents de toutes les régions de la Russie, nous avons essayé beaucoup de centres. Le système de clubs du fonds permet non seulement de connaître les résultats, mais aussi de les voir. Bien que la plupart des centres soient équipés de la classe la plus élevée, les résultats du traitement sont différents et souhaitent souvent le meilleur. Le meilleur centre de traitement de la paralysie cérébrale, à en juger par les résultats chez les enfants, est le CENTRE ELECTROSTAL «SPARK». Même à un âge avancé, les résultats sont très élevés.

Nous tenons des statistiques non seulement sur les examens parentaux, mais aussi sur les conclusions des spécialistes qui observent un enfant dès son plus jeune âge. Nous réparons des documents photo et vidéo, participons à des conférences, y compris internationales.

Nous avons envoyé des enfants dans des centres étrangers pour qu'ils soient soignés. Ils sont arrivés à la conclusion que toutes les cliniques étrangères ne sont pas aussi bonnes. Par exemple, la médecine israélienne dans le traitement de la paralysie cérébrale n'est généralement pas digne d'intérêt. Ils ne peuvent pas traiter la paralysie cérébrale.

Cependant, le centre de réadaptation polonais Euromed, dans lequel le traitement est effectué selon la technique russe Adele, a été rédigé par le célèbre scientifique, médecin, professeur de l'Académie des sciences médicales de Russie, Ksenia Aleksandrovna Semenova, est le meilleur au monde dans le traitement de la paralysie cérébrale. Les médecins russes ont formé des spécialistes polonais.

De quoi parle-t-on? Le fait qu'il y ait de brillants scientifiques en Russie! Leurs travaux scientifiques, leurs méthodes et leurs développements sont très appréciés au niveau mondial.

Le centre de rééducation Ogonyok fonctionne également selon les méthodes de Ksenia Aleksandrovna Semenova, dispose de son propre centre scientifique et pratique, de ses propres développements dans le traitement de la paralysie cérébrale, le costume est la prochaine génération du costume Adele, de l'appareil et de la méthodologie de traitement du dysraphisme spinal (Spin Bifida).

L'activité du centre est détruite par les structures de pouvoir, au lieu d'aider à se développer. Service ambulatoire dans la rue. Rotert a été sélectionné et transféré à l'hôpital pour enfants Morozov, qui ne s'occupe pas du traitement de la paralysie cérébrale. Par conséquent, la rééducation ne peut désormais être effectuée qu'à Elektrostal, dans la région de Moscou. La salle du centre de production scientifique et de recherche "Ogonyok" située à l'adresse Otradny proezd house 3- "B" a également été retirée et la "Garde" de la FSUE y a été placée. Maintenant, dans cette pièce, un entrepôt d’armes et des gardes.

Le chef de l’entreprise est perplexe devant tout ce qui s’est passé et compte tenu du stress ressenti, il envisage de transférer les travaux du centre scientifique, pratique et de rééducation en Europe. Et cela signifie que nos patients russes devront bientôt se rendre non pas à Elektrostal, mais en Allemagne ou en Suisse, par exemple, en devises, en méthodes et en équipements russes.

Nos médecins qui travaillent dans le système de santé publique ne seront pas non plus enviés. Bien sûr, tout le monde ne souffre pas du système. Qui a de la chance?

Prenons un exemple du centre polonais. Avec un enfant, seulement une thérapie par l'exercice, deux thérapeutes participent à un programme complet d'une durée de deux heures. Ces spécialistes n'ont que trois patients par jour. En conséquence, l'ensemble du cours de rééducation, ils travaillent avec seulement 3 patients. Ils ont de très bons salaires, car un cours de rééducation pour un enfant coûte 8 000 euros pour 28 jours de rééducation. Les patients ont une excellente dynamique des résultats, visibles après deux semaines de cours.

Prenons maintenant un exemple en Russie: en février 2015, la filiale n ° 1 de l'hôpital Morozov a invité notre fonds de soins pour mères et enfants atteints de paralysie cérébrale (moscovites) à suivre un cours de rééducation pour obtenir un financement du budget. En moyenne, il s'avère 9 000 roubles maman + enfant. Pour 21 jours, le coût du traitement est de 189 000.

De plus, les mères et les enfants devaient subir une rééducation. Joy ne connaissait aucune limite.

Du 12 au 6 février, 6 enfants accompagnés de leurs parents se sont arrêtés.

Maintenant, imaginez la photo: la clinique de la succursale compte 160 lits. Il n'y a que trois masseurs, le même nombre de kinésithérapeutes. Trois thérapeutes et trois massothérapeutes peuvent-ils servir même la moitié du nombre total de patients? Combien de temps peuvent-ils traiter avec chaque enfant, sans parler des parents? De quels résultats pouvons-nous parler? En conséquence, 9 enfants et 9 parents qui étaient censés y téléphoner le 16 février ont totalement refusé une telle réadaptation, malgré le fait qu'elle soit gratuite.

Et le personnel médical est merveilleux. Les médecins sont des professionnels. Et ils ne sont pas responsables du fait que physiquement, ils ne peuvent pas saisir l'immensité. Et ces personnes sont payées trois fois moins qu'un spécialiste de l'enseignement médical secondaire en Pologne, qui ne s'occupe que de trois enfants, puis d'un assistant.

Nous concluons que même 20 rééducations dans la clinique d’Etat russe avec un système de rééducation similaire ne peuvent pas être comparées en termes de dynamique des résultats avec une rééducation en Pologne.

Dans le centre de rééducation Ogonyok à Elektrostal, un cours de 26 jours coûte deux fois et demie moins cher qu'en Pologne, 275 000 roubles ou 3 600 euros. Les cours y sont également organisés individuellement. Le seul point négatif, dans le service des patients hospitalisés, il n’ya que 27 lits et dans le service des consultations externes de Rotert, jusqu’à ce qu’ils soient sélectionnés, environ 50 patients étaient admis par mois. Par conséquent, ceux qui n'ont pas de chance vont à l'étranger.

Maintenant, beaucoup sont impatients d'aller en Chine, bien qu'il y ait beaucoup de réflexologues en Russie. Mais il y a des résultats.

Et voici le célèbre professeur Kozyavkin, qui a soigné avec succès tous les patients du 18e hôpital clinique pour enfants de TruskavetsMoscou et de nombreuses régions de Russie ont été obligées d'ouvrir une clinique à Chypre et le centre n'a pas répondu aux attentes des patients russes. Les Chypriotes, selon leurs parents, travaillent de manière dégoûtante.

Vous pouvez parler autant que vous le souhaitez et avoir également une opinion sur les endroits où elle est mieux traitée et comment. Nous avons un gouvernement, des fonctionnaires, le ministère de la Santé, qui sont obligés de mettre en place un système qui empêche les gens de partir, mais qui sont davantage traités en Russie.

Nous avons de nombreux centres qui traitent les patients atteints de paralysie cérébrale. Je peux mentionner le centre régional de réadaptation de Toula. L'équipement et les spécialistes, et les résultats sont bons.

À Moscou, il existe des centres où les parents emmènent leurs enfants avec joie. Il s'agit du PNJ de Solntsevo, du Centre de pédagogie clinique, du Centre d'orthophonie, du PNJ de Lodochnaya (voir tableau).

Il existe des centres à Vologda, à Voronej à Belgorod, à Samara et dans d'autres régions.

J'espère qu'un jour tout ira bien dans notre pays. Tout va bien: les médecins et les patients!

Et à l’Etat ... si le système de santé fonctionne comme prévu! "

Traitement de la paralysie cérébrale et principes de rééducation

Le traitement de la paralysie cérébrale vise à éliminer les déficiences motrices, les troubles de la parole et à corriger le développement mental de l’enfant. Les troubles moteurs d'un enfant atteint de paralysie cérébrale sont corrigés en définissant le stéréotype musculaire correct, en corrigeant la posture, etc. Outre les techniques symptomatiques visant à développer les capacités motrices et à accélérer le développement mental et mental, le traitement de la maladie sous-jacente, qui a conduit à la paralysie cérébrale, est nécessairement utilisé dans le traitement.

À ce jour, il n'existe pas de traitement universel pour la paralysie cérébrale. Les méthodes suivantes donnent d'excellents résultats:

  • exercices de physiothérapie
  • séances de massage
  • les médicaments visant à normaliser le tonus musculaire (par exemple, le baclofène, le Midokalm, le Dysport, etc.).

De plus, les méthodes et techniques suivantes ont eu un effet positif prouvé dans le traitement de la paralysie cérébrale:
  • Méthode de Voight
  • Thérapie Bobat
  • charge des costumes "Adele" et "Gravistat",
  • combinaison pneumatique "Atlant",
  • techniques logopédiques
  • appareils fonctionnels (marcheurs, chaise, stand-up, bicyclettes, appareils d’entraînement, etc.).

Si les modifications ci-dessus ne permettent pas de corriger les modifications pathologiques de la structure des muscles, il est alors nécessaire de recourir à un traitement chirurgical. Les interventions chirurgicales assurent la réparation des plastiques des tendons et des muscles, ce qui permet au tissu de retrouver sa forme et sa structure normales. En outre, les contractures sont enlevées chirurgicalement. S'il est possible de corriger des désordres dans les tissus du système nerveux, des interventions neurochirurgicales sont effectuées, par exemple une stimulation de la moelle épinière, une ablation des zones touchées, etc.

Avec les méthodes ci-dessus, vous pouvez appliquer un traitement de sanatorium et une zoothérapie - l'utilisation d'animaux dans le traitement (par exemple, des chevaux). Cela vous permet d'améliorer l'efficacité des mesures prises.

En Russie, les médicaments sont souvent utilisés pour traiter la paralysie cérébrale, qui améliore la circulation sanguine dans le cerveau (par exemple, Cerebrolysin, Actovegin, Glycine, etc.). Des antioxydants, des compléments alimentaires, des médicaments qui affectent le tonus vasculaire et même des cellules souches sont également utilisés. Tous ces médicaments et méthodes n’ont pas prouvé leur efficacité dans le traitement de la paralysie cérébrale.

La paralysie cérébrale doit être pratiquée le plus tôt possible car l'état de l'enfant peut s'aggraver en raison du développement progressif de la pathologie orthopédique. Cela peut être la courbure de la colonne vertébrale (cyphose, scoliose), la dysplasie de la hanche, les pieds plats, etc. En conséquence, il est nécessaire de traiter non seulement la paralysie cérébrale, mais également de corriger les troubles orthopédiques acquis en portant des attelles, des pneus et des attelles. La dysplasie de la hanche entraîne de nombreuses luxations et subluxations chroniques, qui ne peuvent être éliminées que par la chirurgie.

Travailler avec des enfants atteints de paralysie cérébrale

Les enseignants et les médecins doivent travailler avec des enfants atteints de paralysie cérébrale pour obtenir des résultats positifs optimaux. Le travail commence très tôt. Les enfants âgés de 1 à 3 ans assistent à des cours dans lesquels on leur apprend à parler, à effectuer des actions simples au quotidien, à acquérir les compétences nécessaires pour prendre soin de soi et à développer des moyens d'interaction avec leurs pairs. Beaucoup de travail vise à maîtriser divers mouvements et à maintenir des positions anatomiquement correctes.

En travaillant avec des enfants atteints de paralysie cérébrale, une grande attention est accordée au développement de la parole et des stéréotypes de comportement dans la société. Chaque enfant atteint de paralysie cérébrale nécessite une approche individuelle tenant compte de la forme de la pathologie, de l'âge, des compétences disponibles, etc. L'éducation des enfants se déroule sous la forme d'un jeu dirigé par un adulte, orientant les actions de l'enfant dans la bonne direction. Dans le même temps, les mouvements de l’enfant font l’objet d’un suivi attentif, les mouvements faux et pathologiques sont arrêtés et les mouvements corrects et nécessaires sont au contraire encouragés.

Pour développer la motricité correcte chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, des dispositifs spéciaux sont utilisés pour soutenir la tête dans la bonne position, pour maintenir le corps, les bras et les jambes. Dans ce cas, l'enfant s'entraîne et développe l'articulation, la correction visuelle des mouvements et des réactions en réponse aux changements de l'espace environnant.

Massage et thérapie par l'exercice

Des cours de massage pour la paralysie cérébrale commencent à être donnés aux enfants à partir de 1,5 mois. Appliqué avec succès massage classique, segmental, acupression, à l'azote liquide (cryomassage) et méthode selon Manakov. Le massage ne doit être effectué que par un spécialiste capable d'évaluer correctement le tonus musculaire, le degré d'exposition, la fréquence des séances, etc. Il n'est pas recommandé aux parents de masser indépendamment leur enfant atteint de paralysie cérébrale.

La thérapie physique pour les enfants atteints de paralysie cérébrale est nécessairement incluse dans le complexe thérapeutique, et elle devrait être systématique et régulière. L'ensemble des exercices et leur complexité sont définis individuellement pour chaque enfant, en prenant en compte toutes ses caractéristiques, son âge, son niveau de développement mental et l'évolution de la maladie. Les exercices physiques sont effectués de manière dosée, la charge augmente progressivement à mesure que l'état s'améliore.

Les enfants atteints de paralysie cérébrale doivent effectuer les exercices physiques suivants:

  • étirement
  • relaxation musculaire et réduction du tonus,
  • augmentation de l'amplitude et de l'amplitude des mouvements musculaires de différentes parties du corps,
  • renforcer les muscles impliqués dans les mouvements de différentes parties du corps,
  • exercices d'endurance musculaire,
  • entraîner un stéréotype musculaire normal pour définir le bon pas,
  • entraînement à l'équilibre en marchant sur des plans inclinés,
  • exercices pour augmenter la force musculaire.

Traitements pour la paralysie cérébrale

Parallèlement aux séances de massage, des exercices de physiothérapie sont appliqués. Par exemple, marcher sur un tapis roulant devant un miroir dans lequel tous les mouvements sont réfléchis vous permet de les corriger, de les corriger et de former la bonne technique musculaire. Les mouvements corrects des membres inférieurs sont développés sur un vélo spécial au cours duquel l'enfant est fixé sur ses mains, son dos et ses jambes dans la bonne position. Si l'enfant bouge très mal, les marcheurs l'aident. L'appareil vestibulaire entraîne le trampoline.

La balnéothérapie, c'est-à-dire l'hydrothérapie en piscine, est également utilisée avec succès. Dans l'eau, le poids du corps diminue, l'enfant est plus facile à déplacer. Tout d'abord, il développe un stéréotype musculaire de la marche dans la piscine, après quoi il lui est relativement facile de commencer à marcher sur le sol. Très souvent, les enfants atteints de paralysie cérébrale apprennent à nager et ne deviennent capables de marcher qu’après cela. La procédure d’eau et la baignade se terminent par une procédure d’hydromassage efficace, utile et agréable pour l’enfant.

La thérapie par la boue a de bons effets dans le traitement de la paralysie cérébrale, ce qui permet de stimuler les cellules nerveuses et d’améliorer la sensibilité de l’enfant. Les enveloppements chauds de boue aident à soulager le tonus musculaire accru. L'hypertonicité est efficacement réduite et normalisée par électrophorèse. En principe, les techniques de physiothérapie ont de bons effets thérapeutiques et peuvent donner d'excellents résultats chez les enfants atteints de paralysie cérébrale. Parmi les méthodes physiothérapeutiques, la magnétothérapie et la thérapie à la paraffine sont les plus largement utilisées et ont une bonne efficacité.

Pour créer les conditions d'un développement mental normal, il est nécessaire de suivre un cours de massage d'orthophonie et de boire les médicaments appropriés. L'aide d'un orthophoniste pour un enfant atteint de paralysie cérébrale est essentielle car le tonus accru des muscles de la langue et des cordes vocales empêche le bébé de faire des sons et, par conséquent, de parler. Un ralentissement dans le développement des compétences de la parole entraîne un retard dans le développement mental et mental, et donc l'adaptation sociale.

Les méthodes ci-dessus sont utilisées régulièrement, en moyenne 2 à 3 fois par an. Le cours comprend 35 à 40 leçons.